La diseuse solitaire

En l’an 2101 du calendrier divin.

Attention aux bandits, qu’il disait… Ce vieux fou n’était pas la moitié d’un idiot.”

Meaha se maudissait de ne pas avoir écouté son vieux professeur. Elle qui avait décidé de traverser les dunes de Plaeios seule ne se serait jamais imaginée tomber sur un bandit dans ce trou perdu…

Et pourtant elle se trouvait là, face à une femme qui avait au moins deux fois son âge, armée d’une hache bien plus grande qu’elle, au manche faisant facilement deux mètres de long, et dont le fer devait peser dans la trentaine de kilogrammes.

“Joli kora”, complimenta ironiquement Meaha en désignant l’arme démesurée de la bandite tout en serrant entre ses doigts sa propre lance. “C’est la première fois que j’en vois un en vrai.“

La jeune femme était tendue, presque terrifiée. Elle avait souvent entendu parler des koras, ces armes gigantesques servant autant à effrayer l’adversaire qu’à broyer ses os et de la force dantesque de ceux qui les manient. La bandite, quant à elle, était détendue. Elle arborait un sourire cynique et une posture agressive. Ce qui effrayait le plus Meaha, c’est qu’elle ne lui avait pas demandé rançon.

“Elle veut juste me tuer” pensa la jeune diseuse. “C’est une meurtrière. Si je veux survivre, il faut que je la surprenne à son propre jeu. Son arme est lourde, si j’attaque de manière vivace, je passerai son allonge et pourrait la frapper directement au buste.“

L’instinct de survie était là. Cette jeune femme, qui n’avait jamais levé l’arme contre personne, était sur le point de tuer pour survive. Au moment même où elle se décida à se jeter contre son adversaire, elle fut bombardée par l’adrénaline. Elle se jeta de tout son soûl sur la bandite pour la frapper directement à la poitrine.

C’est au moment où elle perçut la réaction de son ennemie et la vivacité avec laquelle elle pouvait mouvoir son arme qu’elle se rendit compte de son erreur. Emportée par son élan, elle ne put être que spectatrice de sa propre mort, voyant le tranchant de la hache se propulser en direction de son abdomen. L’instant suivant, un éclat blanc couvrit sa vue et elle fut jetée sur le côté.

Meaha atterrit mollement dans le sable brûlant du désert matinal. D’abord elle sentit un engourdissement. Elle n’arrivait plus à bouger ses membres. Puis un frisson parcourût tout son corps. Enfin, la douleur survint. Elle était tellement atroce que ses yeux s’obscurcirent. Elle voulait crier, mais seul maigre un filet d’air parvint à sortir de ses poumons. À la limite de la conscience et à bout de souffle et tenta de reprendre une grande bouffée d’air, mais elle n’arrivait pas à inspirer. Plus elle essayait, plus la douleur s’intensifiait. Alors qu’elle sombrait lentement dans un coma salvateur, elle vit la bandite, aspergée de son propre sang, se pencher vers elle et lui caresser ses cheveux poisseux, habillée d’un rictus sadique.


La mort est quelque chose de merveilleux. Rejoindre les dieux, marcher vers son destin. Même si elle précoce, la mort est sacrée.

… moi !

Mais un étrange frisson frappa une Meaha dérivant sur les affres de la mort. Elle aperçut la psychopompe, mais refusa de la suivre. Elle n’avait pas fini ! Elle devait s’accrocher et parachever son dessein ! Elle avait encore la force de revenir !

… revient à moi !

Par sa seule volonté, la paix la quitta alors. Et perdit de vue la psychopompe. D’abord, l’engourdissement revint. Ensuite, ce fut le frisson. Puis la douleur. Une douleur intense, torrentielle, accentuée par la chaleur du sable. Une douleur vivante.

“♫ Par les dieux, reviens à moi ! ♫

D’un seul coup, Meaha ouvrit les yeux et les écarquilla douloureusement. Elle prit une grande inspiration, un grand bol d’air salvateur. Puis, haletant, recouvrant ses esprits, elle revint complètement à la vie.

“Par les dieux, tu es vivante !“

La femme qui avait crié ces mots se tenait à genoux, à côté d’elle. Elle était couverte de sang et de sable et brandissait ses mains rougies vers le ciel dans un geste de victoire. Elle avait l’air extatique.

En se redressant, la jeune diseuse reconnut l’étoile d’or ornant son vêtement blanc : une clergesse. Elle ouvrit la bouche pour parler, mais la sauveuse y porta immédiatement une gourde, la forçant à boire. Elle eut le réflexe de la repousser, mais quand l’eau toucha ses lèvres desséchées, une saveur d’ambroisie coula dans sa bouche. Elle ne parvint à s’arrêter de boire que lorsque la gourde fut vide. En la tendant à sa bienfaitrice souriante, elle parvint enfin à éructer quelques mots d’une voix rauque.

“Pardon… et merci.”

Puis, constatant finalement son environnement, elle remarqua avec surprise qu’il n’y avait plus aucun stigmate de sa mort, si ce n’est le sable rougit sous elle, et une fine cicatrice rose là où elle avait été à moitié coupée en deux.

“Je suis contente que tu ailles bien. Tu vas dans quelle direction ?“

Meaha se souvint alors que les clercs pouvaient guérir autrui en usant de leur magie, tout comme les druides. Mais elle se souvint aussi que seuls les plus puissants avaient le pouvoir de sauver une personne aussi gravement blessée… Instinctivement, Meaha prit peur. Elle était traumatisée parce qu’elle venait de vivre et elle ne savait rien de cette personne qui était visiblement bien plus puissante que tous ceux qu’elle avait pu rencontrer dans sa vie. L’avait-elle vraiment sauvée par altruisme ? Qu’allait-elle faire d’elle maintenant ? Une rose de couleur azur ornait le col de la clergesse. La rose de la gloire et de la puissance. Elle reprit ses esprits, se concentra pendant quelques secondes en fermant les yeux, et répondit :

“Je vais à Drop-Jaoud et vous ne me voulez aucun mal.

Alors qu’elle prononçait ces mots, elle s’était mise en position rituelle face à la clergesse. L’iris et la pupille de ses yeux avait pris la forme d’une demi-lune et une fine brume blanche semblait émaner d’elle. Les deux femmes eurent une vague impression de déjà-vu, puis la clergesse afficha un grand sourire en s’agenouillant près de la diseuse.

“Mince ! Ça n’a pas marché !” pensa Meaha. Elle commençait à paniquer. L’autre femme posa une main calme sur son épaule, puis lui dit d’un air légèrement amusé :

“Non, effectivement, je ne te veux aucun mal.“

Elle se leva et se tourna dans une direction.

“Je dois aller à Essae, nos routes se séparent donc ici. Mais si tu suis mes traces en sens inverse, tu devrais arriver là où tu veux aller d’ici deux ou trois jours.”

Elle pointa dans la direction opposée à la sienne, montrant les traces de pas qu’elle avait laissés dans le sable. Elle fit mine de partir, mais se ravisa.

“Si tu cherches tes affaires, elles sont juste derrière cette dune. J’espère qu’on se reverra. À bientôt !”

Puis, elle s’en alla.

Meaha, encore confuse, mit quelques secondes à assimiler les dernières paroles de l’inconnue. Elle se leva, puis se dirigea vers la dune désignée. Une fois passé son sommet, elle eut un hoquet de stupeur, qui la fit presque basculer en arrière.

Son sac était bien là, mais il n’était pas seul. À quelques mètres se trouvait la bandite qui l’avait presque tuée. Elle était intégralement calcinée. Son kora, complètement brûlé lui aussi, était serré dans ce qu’il restait de ses bras. Le sable qui se trouvait dans les deux mètres autour de la carcasse avait été vitrifié. Dans un sursaut, Meaha se retourna pour chercher la clergesse des yeux, mais celle-ci avait déjà disparu.

Un commentaire

  1. Eli dit :

    Comme tu le sais, j’ai lu dans le désordre.

    Bien écrit, le suspens toujours bien amené. On est vraiment dans la peau du protagoniste de cette histoire. Tu as beaucoup de talent.

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s