Verre de nuit

Trois mille quatre cent quarante trois ans.

Trois mille quatre cent quarante trois années que les Psychopompes sont arrivés parmi les humains.

Les Psychopompes, les avatars des dieux venus pour guider les humains et fonder les huit traditions.

Enfin non, les neuf traditions, si on compte l’Égérie comme telle. Car même si elle ne compte qu’une minorité de membres et n’a pas de Psychopompe attitré, c’est techniquement une tradition à part entière.

L’Égérie est la tradition des guides, les humains qui sacrifient leur âme pour guider leurs congénères.

Sacrifier est un bien grand mot, mais c’est de cela qu’il s’agit : comme ils n’ont pas de Psychopompe, leur esprit de peut pas aller dans l’Autre Monde à leur mort.

Enfin bref, cela fait presque trois millénaires et demi que les Psychopompes sont les guides spirituels suprêmes des huit principales traditions, et personne dans l’Histoire n’a contesté cela.

Les dieux sont absolus, mais pas leur emprise sur les humains. Leurs pouvoirs sont réels – et craints – mais cela ne leur donne pas la légitimité de dominer les humains. Les humains ont effectivement besoin d’être guidés, mais ils doivent aussi chercher des réponses ailleurs que dans les préceptes divins.

Comme dans les écrits de la très secrète Léda, par exemple…


Yven se tira de sa rêverie avec lassitude. Elle écarta le drap en prenant soin de ne pas réveiller la personne à côté d’elle. Elle se leva et contempla cette dernière.

Pour beaucoup de gens, tout est une question de relation de pouvoir. Même le sexe. C’est si absurde.

Elle ramassa son sous-vêtement et l’enfila. Elle mit un peu plus de temps à trouver ses braies et sa ceinture, qui étaient derrière le grand canapé de velours.

Elle vérifia que la personne dans le lit était toujours endormie, puis récupéra la longue dague qu’elle avait caché entre la tête de lit et le mur.

Elle attacha la dague dans son dos, apprécia le contact rassurant du fourreau sur sa peau, puis enfila sa chemise par-dessus.

Elle s’arrêta un instant face à sa blouse, sa longue blouse de soie aux couleurs de feue sa noble famille. Le bleu roi avait terni, les fils d’or était devenu jaunes. Seul le flamboyant orange des motifs en feutrine avait gardé son intensité. À l’instar de l’élégance et de la richesse qu’évoquait autrefois son nom, il ne lui restait plus que sa détermination.

Mais les dieux en était témoins, il s’agissait d’une quantité indécente de détermination.


Les pans de la blouse de soie voletaient dans les rues venteuses de Fort-brise. Le visage caché derrière un large chapeau de paille, peu de passants lui prêtait attention. Quelques roturiers lui adressait un poli signe de tête, mais aucun bourgeois ni aucun noble de daignait baisser les yeux sur ses armories fanées.

Elle s’enfila dans une ruelle et s’arrêta devant une porte qu’elle avait repéré la veille. Elle frappa.

Un petit homme d’âge mûr commença à ouvrir la porte, mais quand il reconnut Yven, il essaya aussitôt de la refermer.

Yven l’en empêcha en donnant un grand coup de pied dans le battant, ce qui projeta le vieillard en arrière.

“Mélia Banen ! Qu’est-ce que vous faites ici ? Comment m’avez-vous retrouvé ?“

Yven s’approcha de lui en tirant sa dague. Elle plaça la pointe juste sous le menton de l’homme, le feu dans les yeux.

“C’est ‘Mélia Sesfant Banen’ pour toi, sale déserteur. Tu croyais vraiment que je ne pourrais pas te retrouver alors que tu te cache dans la ville qui était autrefois nôtre ?”

Le vieillard tentait de ramper pour échapper à la menace de la lame, mais ne fit qu’accentuer la pression qu’Yven exerçait sur lui.

“Maintenant, dis-moi où ils sont !”

“Q-Qui ?“ demanda le vieil homme en bégayant de peur.

“LES ENFANTS MAUDITS DE LA SYCOPHANTE !“ vociféra-elle en réponse.

Le vieillard semblait des plus cacochymes devant la fureur de l’intruse. Il se ratatina sur lui-même au mépris du long couteau qui opprimait sa gorge.

C’est quand il sentit un filet chaud couler dans le col de sa chemise qu’il se décida à parler.

“Je- je ne sais pas… Il s’est su qu’à sa mort, elle a renvoyé ses enfants dans leur pays de naissance, mais on a retourné le Grand Désert sans – hum – sans succès.“

Yven relâcha un peu sa prise sur la dague.

“Qui as-tu envoyé pour ça ? Et quand ?“

“Les descendants de la maison – de l’ex-maison – Kiaworven…”

Les yeux d’Yven se remplirent d’aigreur en entendant le nom de son défunt père. Le vieil homme avait donc mandaté ses propres cousins.

“Je les ai missionnés il y a environ six ans. Sur les cinq qui ont accepté de partir à leur recherche, seuls deux sont revenus. Deux n’ont pas donnés de nouvelles depuis plusieurs mois, et on m’a confirmé le décès de la dernière.“

Yven réfléchit.

“Qui est celle qui est morte ?” demanda-t-elle.

“Il s’agit de Repias Mélia Trifant Banen Kiaworven Kaggralf”

Yven était contrariée. Elle avait connu la jeune Repias. C’était une bonne fille. Elle se surprit à éprouver de la peine pour elle.

Mais elle se ressaisit.

“Vous avez fouillé l’intégralité des pays de Meyis et Kayis ?“

“Oui. Tout le Grand Désert, je vous dis. Que ce soit les grandes villes ou les villages reculés. De fond en comble. Plusieurs fois. Les descendants de la Sycophante ne sont pas dans le Grand Désert.“

Yven, la dague toujours en main, se concentra pour décider quelle serait la marche à suivre désormais.

“Vous avez échangé des lettres avec mes cousins, pendant leur recherche, n’est-ce pas ? Vous les avez gardées ?“

Le vieillard pointa un doigt timide en direction d’un petit bureau en sapin.

“Entendu. Je vais les prendre. Vous, restez ici.“

Yven rengaina sa dague et rejoignit le petit bureau en question.

À ce moment, le vieillard se trouva un souffle de courage et courut en direction de la porte restée ouverte.

“À moi ! À la g–”

Il fut interrompu net dans sa course. Des pics de verre noirs étaient apparus tout autour du cadre de la porte, juste avant qu’il ne l’atteigne, et il s’était empalé sur trois d’entre-eux, cassant les autres dans sa course et sa chute.

Yven, le bras encore tendu en direction du sort qu’elle venait de lancer, soupira.

Elle se dirigea vers le corps mourant du vieil homme et le saisit par le col.

“Tu devrais pourtant savoir qu’il ne faut pas essayer de me baiser, petit con. Pourquoi crois-tu qu’on m’appelle l’Archimage d’Obsidienne ? Je suis capable d’affronter une armée de vieux mercenaires comme toi, toute seule, et sans transpirer.“

Elle jeta le corps à présent sans vie au milieu de la pièce, puis retourna récupérer les lettres.

Il y en avait deux ou trois dizaines, à vue de nez. Elle les lirait à tête reposée.

Elle vida les lieux sans même refermer la porte derrière elle.


Alors que son destrier galopait a vive allure, juste à côté de la voie pavée, Yven était de nouveau plongée dans des pensées profondes.

Le relations de pouvoir ont beau être absurdes, elles me poursuivent. Il n’aurait pas dû essayer de s’enfuir. Je n’aurais pas eu à le tuer s’il avait su rester à sa place.

Puis elle remarqua la contradiction.

La relation de pouvoir a été installée dès que je suis entrée, en fait. Et j’ai tout fait pour la conserver. C’est en quelque sorte un mal pour un bien, mais est-ce que c’est réellement dispensable ? Est-ce par nature qu’on ramène tout aux relations de pouvoir ?

Son cheval passa à toute vitesse devant un couple de voyageurs qui était assis sur le bas-côté, à un cheveux de les piétiner.

Ou bien est-ce qu’on interprète tout déséquilibre par une relation de dominant à dominé ? Il faudrait que je trouve la réponse à cette question avant de retrouver les descendants.

Son fil de pensée s’interrompit quand elle aperçu les murs de l’Enclave.


Yven attendait son associé en regardant par la fenêtre.

Dieux ce qu’elle détestait cette ville. Elle était bruyante, bondée, hautaine et sale. Plus les semaines passaient, et plus Fort-brise lui manquait.

La porte de l’auberge s’ouvrit et une cavalière crottée entra.

Quand elle aperçu Yven, celle-ci lui fit un signe de la main. Elle vint s’asseoir à sa table.

“Vous avez des résultats cette semaine ?“ demanda Yven.

“Oui. Un de mes coursiers a retrouvé la trace des descendants de la Sycophante” Elle s’autorisa un long soupir de soulagement. ”Apparemment, ils habiteraient à Estmo“

“Ils étaient donc à Slevaria…“ Yven ne put empêcher un rictus d’apparaître à la commissure de ses lèvres. La Sycophante avait été ingénieuse, mais Yven avait réussit à retrouver sa trace.

Elle se leva d’un bond “Très bien ! Je m’y rend immédiatement.“

La cavalière leva sa main gantée. “Attendez, il y a un soucis.“

Yven se stoppa dans son élan, les sourcils froncé d’inquiétude.

“Les descendants ne sont plus là bas. Il sont tous les deux partis. L’un a quitté son domicile il y a une semaine et l’autre a… complètement disparu. Il y a deux ans.“

Yven se rassit.

“On a interrogé les locaux, et apparemment il a disparu du jour au lendemain sans laisser de trace. Des recherches ont été lancées dans les mois qui ont suivis, mais sans succès.“

“Et l’autre est parti il y a une semaine, c’est ça ?”

“Oui. On ne sait pas trop pourquoi, mais certains pensent qu’il essaie de rejoindre les steppes de Balanciel. Du coup, on est allé au port de Uestea pour essayer de l’intercepter avant qu’il ne traverse la Mer Intérieur, mais il n’y avait aucune trace de lui là-bas.“

Yven resta pensive. “Ça veut dire qu’il est parti dans le Grand Désert ? Mais pourquoi faire ?“

Puis elle comprit.

Elle éclata alors de rire, si fort qu’elle s’attira l’animosité des autres clients de l’auberge.

Elle se leva et donna de nouvelles instructions.

“Envoyez un agent au Bazar et essayez de trouver le descendant. Ouvrez l’œil, car il ne devrait pas y rester longtemps. Peut-être même est-il déjà reparti.

“Pour ma part, je vais tenter de l’intercepter plus loin sur la route.“


Yven trouva un banc qui avait l’air relativement confortable et s’y assit.

A-controlo était une ville calme. La seule animation qui l’agitait était la file d’attente devant le péage qui permettait de passer la frontière vers les terres arcanistes.

D’où elle se tenait, elle pouvait voir le visage de tous les voyageurs qui désiraient changer de pays.

Bientôt, elle se tiendrait face à l’un des deux descendants.

Les relations de pouvoir ne s’appliquent pas qu’aux humains. Les dieux ont, dans l’esprit de beaucoup de gens, une relation de domination avec nous autres mortels. C’est un parti pris, un préjugé. Les dieux ne sont rien. Si les dieux pensent avoir un droit inaliénable de domination sur moi, alors je m’octroie le droit de me considérer comme une déesse pour les autres humains. En particulier les descendants.

Elle retourna cette dernière pensée dans sa tête pendant de longues minutes.

Elle fut interrompue par une mendiante qui lui demandait l’aumône. Yven fouilla dans sa bourse et lui donna une plaque monétaire d’une valeur d’un Stel.

Les yeux de la mendiante s’agrandirent, ébahie par tant de générosité. Elle agrippa la plaque à deux mains et arrosa sa bienfaitrice d’éloges. Yven les reçu sobrement et l’enjoignit à continuer sa route afin de pouvoir se replonger dans ses réflexions.

Comment devrais-je procéder, avec le descendant ? Devrais-je l’interroger, pour savoir où se trouve son frère ? L’interroger comment, en lui posant la question l’air de rien ? En le torturant ?

C’est là qu’elle l’aperçut. Elle ne connaissait pas son visage, mais reconnut le physiom caractéristique des enfants de la Sycophante.

Hum, l’enfant maudit est accompagné. Deux personnes. La première ne sera pas un problème, mais la seconde est une guerrière. Il faut que je prenne ça en compte.

Le trio échangea quelques paroles, puis se dirigea vers la station de péage. Yven se leva avec hâte pour arriver dans la file d’attente juste avant eux.

Patienter dans la file lui laissa quelque instants de réflexion supplémentaires, au terme desquels elle prit une décision.

Inutile de tergiverser ou de risquer de mettre ma mission en péril. Je vais les tuer tous les trois.

Elle se retourna brusquement. Les trois regards se tournèrent vers elle, surpris. Le premier était affolé, la peur se lisait déjà sur son visage. Le deuxième était dur, la guerrière avait rapidement compris la situation et était en train de saisir son arme. Le troisième, celui de l’enfant maudit, était éberlué. Rien ne l’avait préparé à cela.

Alors qu’un déluge d’obsidienne déferlait sur tout le monde dans un rayon de vingt pas, faisant gicler quantité de sang et saillir des cris de terreur, Yven avait trouvé la conclusion à ses longues réflexions sur les relations de pouvoir et de domination.

Seule la destruction, peut apporter l’équilibre.

Elle serait donc l’incarnation de la destruction.

Madame Carmin !

Cosma, année 3123 du calendrier divin

“Madame Carmin ! Madame Carmin !”

En beuglant ainsi comme un dégénéré au milieu du quartier de la Foi, Enven Hansof se dit qu’il devait ressembler à ces personnages caricaturaux qu’on trouvait dans les mauvais romans.

Mais il ne pouvait y couper. L’urgence de la situation prévalait sur sa propre image, et ce malgré le fait qu’il était tout de même un émérite membre de l’administration cosmique – en tout cas, c’est par ces termes que se désignaient les commis administratifs de la ville de Cosma.

Ainsi, malgré les regards fixés sur lui et sur l’insigne qui rebondissait sur sa poitrine – d’ordinaire source fierté mais dans l’instant plus gênante qu’autre chose – Enven Hansof reprit à plein poumons :

“Madame Carmin ! Madame Carmin !”


A première vue, on pourrait se dire qu’il est aisé de naviguer dans le quartier de la Foi. En effet, celui-ci était organisé en une immense avenue rectiligne, partant du centre-ville jusqu’aux quais, pavée de large blocs de marbre parfaitement entretenus, de part et d’autre de laquelle étaient disposés les immenses immeubles richement ornementés caractéristique de l’architecture de cette culture.

Mais Enven Hansof eut la malchance de devoir s’y rendre le matin, à l’heure précise de la prière journalière, moment où tous les habitants du quartier sont invités à se rendre devant les temples pour prier. Comme les bâtiments et la rue étaient larges, les parvis et les trottoirs étaient étroits, ce qui faisait que la grande avenue était noire de monde.

“Poussez-vous ! Ah, mais poussez-vous donc, sacrebleu !“

Le commis essayait de fendre la foule, mais sa petitesse bedonnante ne lui donnait pas le levier nécessaire pour forcer un quelconque passage.

Il commença à jouer des coudes et pu enfin progresser à travers une foule aux sourcils de plus en plus froncés.

“Écartez-vous, je dois voir Madame Carmin urgemment !“ renchérit-il face à tant de jugement silencieux.

Une main se posa sur son épaule, l’arrêtant dans sa lancée. Il s’agissait d’un homme d’âge mûr, probablement quatre-vingt ans passés, qui l’interpella à mi-voix.

“Arrêtez de crier, jeune homme, vous perturbez la prière.“

Hansof bomba le torse pour mettre l’emphase sur son insigne, mais celle-ci s’était partiellement décrochée dans sa course, ce qui lui donnait un air assez pitoyable.

“Oui, j’ai vu,“ repris l’homme, “mais ça ne vous donne pas le droit d’interrompre une cérémonie sacrée.“

Il avait la posture droite des gens importants. Hansof reconnut le blason noble qui était cousu sur sa robe blanche et se sentit soudain diminué. Il n’avait l’autorité ni de perturber une cérémonie traditionnelle, ni de tenir tête à un notable d’une maison majeure.

Il se tordit les doigts. “Mais je cherche Ma…“

“Madame Carmin, oui, ça aussi j’ai entendu.“ Interrompit le noble. “Où se trouve-t-elle ? On va faire en sorte de vous y amener en silence.“

Hansof se sentit penaud, car il ne savait pas. À cause de l’urgence, il avait machinalement couru dans la direction la plus évidente, celle où toutes les têtes était présentement tournées, c’est-à-dire le temple principal qui enjambait de manière grandiose la grande avenue.

Il sentit une grosse goutte perler sur son front. Il n’allait tout de même pas admettre qu’il ne savait pas ? En tant que représentant de l’administration, il ne pouvait pas se permettre de perdre la f…

“J’ai entendu dire qu’elle avait rendez-vous avec la bourgmestre” dit un jeune homme qui se tenait non-loin et qui avait entendu leur conversation. “Peut-être qu’elle sont encore ensemble ?“

Hansof prit son air le plus supérieur et l’instigua “Conduisez-moi à elles.“

Le jeune homme fit une moue mi-confuse, mi-indignée, mais ne bougea pas. Le torse bombé du commis se dégonfla dans un soupir désespéré.

Le vieux noble se pinça l’arrête du nez, puis concéda “Suivez-moi, je vais vous y conduire.“

Ils fendirent la foule avec grâce, le vieux clerc étant visiblement habitué à naviguer ainsi. Au bout de quelques minutes, ils arrivèrent près d’une petite estrade réservée aux personnes notables, près du grand temple et de l’officiant perché sur une chaire à une hauteur plutôt vertigineuse.

Hansof parvint à distinguer sur l’estrade la bourgmestre du quartier. Il fit un pas dans sa direction, avec la ferme intention d’aller lui parler, mais la main du noble le retint. Le commis tourna vers lui un œil interrogateur, qui lui fut répondu par un simple “Après la cérémonie.“

Enven Hansof dut donc prendre son mal en patience.

On était maesdi, sixième jour de la semaine. Hansof dut faire un effort pour se souvenir quelle prière était effectuée le maesdi. Mais il n’eût pas besoin de se creuser la tête longtemps, vu que d’ici il entendait très bien l’officiant. Celui-ci enjoignait les clercs à remercier Cosma, déesse qui veillait sur la ville éponyme, et No-hide, dieu qui veillait sur la mer entourant la ville. C’était donc la prière de remerciement aux dieux locaux, aussi appelée l’oktane de l’hôtelier.

La prière dura très longtemps, au moins une heure. Tous les clercs du quartier invoquèrent successivement Cosma et No-hide, en offrant des sacrifices de nourriture et quelquefois de bijoux.

Puis, beaucoup de gens enjoignirent la déesse Cosma à communiquer avec eux. Visiblement, pour eux la communication entre dieux et humains était importante, et Hansof pu en voir certains entrer dans une sorte de transe.

Enfin, à l’issue d’un grand chant liturgique repris en cœur par l’assemblée, la prière prit fin. La plèbe commença à se disperser, laissant les restes des sacrifices sur le sol, à la merci des éboueurs qui avaient déjà saisit leur balai.

Les notables sur l’estrade étaient restés pour discuter entre eux, saisissant l’occasion d’être tous réunis pour parler des affaires courantes, comme l’aimaient si bien faire les femmes et hommes politiques.

Hansof remercia le vieux noble d’un signe de tête et s’avança vers la bourgmestre.

Durant les quelques mètres qui le séparait d’elle, il fit un effort surhumain pour tenter de se souvenir de son nom, tout en se maudissant de ne pas y avoir réfléchi pendant l’heure qui venait de s’écouler. Il s’agissait de la personne la plus importante du quartier de la Foi, et il devait s’adresser à elle selon le protocole s’il voulait obtenir quoi que ce soit d’elle.

“Dame… Kiaravan ? Veuillez m’excuser, mais puis-je vous parler un instant ?”

La bourgmestre se tourna vers le petit commis. Sa chevelure rousse était tressée en couronne et formait un complexe chignon à l’arrière de sa tête, ses yeux vert feuille était surmontés de sourcils broussailleux, et sa peau claire tirait sur le jaune. Elle était vêtue d’une redingote pourpre brodée d’or, et d’une longue jupe assortie. Son cou était orné d’une lavallière de soie épinglée d’une broche d’argent sertie d’une émeraude d’une taille estomaquante.

Du haut de son estrade, elle avait l’air sévère et supérieur. C’est un peu le leitmotiv de la caste dirigeante, pensa le commis. Elle jaugea un instant Hansof et lui lança :

“C’est KiaravEn.“ Sa voix était froide et incisive. “Que me veut un simple employé administratif à une heure aussi tôtive de la journée ?“ ajouta-t-elle en remarquant l’insigne branlante de son interlocuteur.

“Je… hem.. Enven Hansof, pour vous servir“, bredouilla ce dernier. “J’ai un message urgent pour Madame Carmin, et certains l’ont aperçue en votre compagnie alors…“

Hansof jeta un œil par-dessus son épaule pour chercher du soutien, mais le noble s’était éclipsé.

La bourgmestre resta un instant interdite, puis finalement répondit avec un geste négligeant de la main.

“Elle m’a quittée juste avant la prière, elle n’est plus ici.“ Puis elle se détourna, comptant bien reprendre ses discussions au plus vite.

“Hem…“ insista Hansof, “Savez-vous dans quelle direction elle est partie ?“

Dame Kiaraven se tourna derechef vers le commis, les sourcils haussés du fait qu’on l’alpague avec une telle simplicité alors qu’elle avait déjà pris congé.

Hansof bomba son torse – comme, vous l’aurez compris, il aimait le faire – et profita que la bourgmestre était coite pour enchaîner avec une aisance entraînée : “Vous connaissez la position de Madame Carmin, en tant que chancelière de l’Administration Globale de Cosma, elle ne peut se permettre aucune entorse à son organisation, quelle qu’en soit la raison ou la personne.“

Kiaraven cligna rapidement des yeux devant le débit de parole du petit homme qui venait miraculeusement de reprendre sa contenance devant elle.

“Or, c’est selon son ordre que je suis missionné de la retrouver, car la nouvelle que je porte est fondamentale pour elle. On ne peut se permettre de perdre une seule minute pour la lui apporter.“

Il était à peine intelligible, mais prenait bien soi d’appuyer sur les mots-clés de son monologue.

La bourgmestre posa ses poings sur les hanches, attentive mais pressée que Hansof aille au bout de son argumentaire.

“Si elle apprend qu’un quelconque obstacle s’est positionné entre elle et son messager, elle risque d’être fort…“ Il laissa un petit silence dramatique. “contrite.“

Il mit une emphase particulière sur ce dernier mot et vit le regard de son interlocutrice ciller presque imperceptible, signe d’une panique naissante.

Kiaraven le fixa un instant, plissant ses yeux scrutateurs, cherchant un éventuel bluff de sa part, mais Hansof était confiant. Et pour cause, il disait la vérité.

Elle céda alors, lâchant son air inquisiteur pour se munir d’une moue faussement détachée. Elle fit un geste de la main vers une rue perpendiculaire, en signifiant “Elle m’a brièvement mentionné qu’elle avait rendez-vous avec quelque bourgeois druide. Elle est partie en direction du quartier druidique.“

Hansof, victorieux, la remercia avec une courtoisie mécanique et partit comme une balle en direction du quartier voisin.

Il longea les bâtiments gargantuesques du quartier divin jusqu’à arriver à la grande porte frontalière, un grand édifice qui était assez large et assez haut pour laisser passer une frégate entière – en tout cas, si les bateaux pouvaient naviguer sur le pavé.

Les portes séparant les quartiers étaient toujours ouvertes en journée, ainsi Hansof s’y engouffra et plongea dans le quartier druidique et ses fragrances luxuriantes.


“Madame Carmin ! Madame Carmin !“

Enven Hansof trébucha et chut. Les larges dalles blanche du quartier divin s’étaient changées en de longues langues de terre battue envahies par une végétation presque sauvage.

Nez contre terre, Hansof pesta contre ces satanés druides qui refusaient de construire des routes pavées alors qu’on se trouvait en pleine ville.

“Ça va, monsieur ?”

Une femme d’âge moyen s’était approchée de lui et commença à essayer de le relever. Avec son aide, Hansof se hissa en position assise et repris son souffle.

“Y faut pas courir comme ça, monsieur ! Vous auriez pu vous faire très mal !“

Le commis se releva de toute sa hauteur et fit du mieux qu’il pu pour avoir l’air digne.

“Merci beaucoup, ma bonne dame ! Dites-moi, pourriez-vous me dire où je puis trouve Madame Carmin ?“

La druidesse le dévisageait d’un air intrigué. Elle pencha la tête sur le côté et demanda “C’est qui ?“

Hansof dut accuser le fait qu’elle ne connaissait pas Madame Carmin. Voyons, tout le monde connaît Madame Carmin !

“Il s’agit de la Chancelière de l’Administration Globale de Cosma…“

La moue de la femme ne changea pas.

“Vous savez… la plus haute fonctionnaire de la cité ? Celle qui dirige l’assemblée civile ? La cheffe de la commission pluri-traditionnelle ?“

À mesure que les titres se succédaient, les yeux de l’inconnue s’élargissait. Puis un déclic se fit et elle s’exclama : “Aaaah ! La chancelièèèèère ! Bien sûr que je la connais !“

Hansof eut une lueur d’espoir, mais qui se ternit rapidement.

“Enfin, pas personnellement, évidemment. Mais je sais qu’elle fait des… trucs… pour la ville. Enfin, elle est très importante, quoi.“

Le petit fonctionnaire se pinça l’arrête du nez en soupirant et en se répétant mentalement qu’il devait rester courtois avec cette roturière qui l’avait tout de même aidé à se relever.

“Je… Merci madame. Vous êtes fort aimable, je vais pouvoir continuer ma recherche.“

Il commença à s’éloigner en mimant une petite révérence, ce à quoi la roturière répondit un simple. “De rien, et bonjour !”

Enven Hansof progressait à longs pas au fil des chemins tortueux du quartier druidique. Cette partie de la ville était envahie de bout en bout de végétation, de rochers et de constructions grotesques qui formaient un labyrinthe non seulement complexe, mais aussi impossible à cartographier.

Les seuls repères de navigation qu’un non-habitué comme Hansof pouvaient utiliser étaient les sentiers de terre battue – qui n’est le résultat d’aucun projet d’urbanisme mais uniquement dû au passage fréquents des locaux qui, eux, connaissaient bien les différents chemins – et les rares panneaux – si on pouvait appeler ça des panneau vu qu’il s’agissait en réalité de large balises de pierre gravée – dont l’inscription était, bien entendu, en langage druidique.

Le druidique était une langue que quasiment personne ne parlait en dehors de la tradition éponyme, et certainement pas un petit fonctionnaire bedonnant aux genoux écorchés.

Cette organisation pseudo-urbaine pouvait sembler chaotique, mais elle était en réalité étudiée pour que chacun puisse y installer une demeure – fuit-ce une véritable maison de briques ou une simple cabane en paille – en toute intimité.

Au grand dam de Hansof qui cherchait une personne précise.

Il mit une bonne demie-heure à trouver une place où était réunie une large communauté de locaux. Ils avaient tous des habit simples et partageaient une pipe, assis en tailleurs, autour d’un four en pierre sur lequel grillaient quelques légumes.

Ce n’était pas la première fois qu’Hansof avait affaire à des druides et il savait que, malgré les apparences rustres, il y avait très certainement des nobles dans cette assemblée.

Il s’avança donc avec toute prudence.

“Bonsoir mesdames, messieurs, et pardonnez-moi de vous interrompre…“

Il fit une pause un court instant, le temps de voir les yeux se lever vers lui. Il analysa la foule avec l’œil expert des subordonnés de la fonction publique.

Il croisa le regard d’une très jeune femme dont le visage était calme et doux, la tête légèrement inclinée sur le côté en signe d’écoute, mais l’œil retors et les lèvres pincées.

Son instinct lui souffla que ce calme et cette hauteur était la marque d’une noble lignée. Il se tourna donc vaguement dans sa direction et demanda : “Est-ce que l’un – ou l’une – d’entre vous pourrait m’indiquer où je peux trouver Madame Carmin, dont on m’a dit qu’elle avait conversé avec un bourgeois de votre tradition un peu plus tôt dans la matinée ?“

Hansof, une fois sa longue phrase terminée, scruta l’assemblée en attendant une réponse, tout en observant du coin de l’œil la réaction de la jeune femme qu’il avait repéré. Celle-ci, après un court instant à jauger le curieux personnage venu interrompre leur méditation, sourit imperceptiblement et tourna la tête vers une autre femme, sur sa gauche.

Après un hochement d’assentiment, ladite femme s’adressa au commis dans une langue que celui-ci ne comprenait pas – probablement du druidique – tout en pointant dans une direction.

Le petit homme pris bien soin de noter mentalement cette direction, avant de demander derechef : “Excusez-moi, pourriez-vous répéter le nom de ce brave bourgeois ?“

En effet, le fonctionnaire savait que ça ne servait à rien de lui demander de répéter dans une autre langue. Après tout, si elle lui avait répondu, c’est qu’elle avait compris la question, et que donc elle faisait exprès de lui répéter dans une langue qu’il ne comprenait manifestement pas.

Au contraire, ce serait un signe de bonne foi de la part d’Hansof que de s’adapter. Tout ce dont il avait besoin pour continuer sa quête, c’était une direction et un nom. La femme lui avait donné la première, et elle était en train de lui répéter le second.

Des sourire satisfaits apparurent sur le visage des autres druides de l’assemblée. Visiblement, la débrouillardise du petit commis suscitait l’approbation générale. La jeune noble lui octroya même une inclinaison appuyé de la tête en guise de reconnaissance.

Hansof les remercia avec cérémonie puis pris congé dans la direction évoquée.

Les druides sont bien aimables, pensa-t-il, mais leur manie de toujours vouloir donner des “enseignements philosophiques“ à travers leurs échanges avec les autres cultures est parfois peu pertinente. Fort heureusement, on ne me la fait pas à moi ! Je passe mes journée à travailler avec des gens qui ne disent pas ce qu’ils pensent et ne pensent pas ce qu’ils disent. Je suis devenu un expert pour lire entre les lignes !

Naviguer dans ce quartier qui ressemblait plus à une jungle qu’à une ville n’était pas facile, et Hansof dû s’acquiter de l’aide ne plusieurs passant pour rester sur la bonne piste.

C’est ainsi essoufflé et couvert de poussière qu’il arriva à sa destination : une grande demeure construite avec des grosses pierres nue, sans ciment ni ardoise. Les nombreuses fenêtres étaient creuses, sans carreaux, et l’unique porte en chêne massif portait une inscription en druidique que Hansof supposait être le nom du propriétaire.

Il frappa lourdement à la porte et appela “Il y a quelqu’un ?“.

Elle s’entrouvrit à peine qu’il déblatéra : “Bonjour monsieur, je me nomme Enven Hansof et je suis un fonctionnaire de l’administration cosmique. Je cherche Madame Carmin et on m’a prévenu qu’elle était en votre compagnie. Est-elle toujours avec vous ?”

Hansof s’était exprimé en arsom, sa propre langue, qui est aussi la langue la plus parlée dans le monde et, a fortiori, à Cosma.

Il y eut un instant de flottement, au cours duquel les espoirs du commis s’amenuisait peu à peu, craignant que le bourgeois ne le comprenait pas, mais celui-ci finit par dire : “Bonjour monsieur, vous avez l’air affamé. Venez vous restaurer.“

L’hôte ouvrit sa porte en grand, puis s’écarta pour laisser entrer son invité impromptu.

Hansof commença à contester. “C’est très gentil de votre part, mais je suis un peu pressé et…“, mais il fut interrompu par le rugissement sans équivoque de son estomac, réalisant par là même que ça faisait plusieurs heures qu’il avait quitté son poste au bâtiment administratif et que midi était presque là.

Le bourgeois se permit de renchérir avec une voix douce “La coutume m’interdit d’avoir plus d’échange avec vous si je ne vous permet pas d’être à l’aise. Entrez, je vous servirai le thé et quelques gâteaux pendant que je vous expliquerai où est partie Madame Carmin.“

Le petit fonctionnaire entra sans plus de cérémonie et pu découvrir son hôte. Il s’agissait d’un homme, très grand et sec, probablement entre cinquante et soixante ans, légèrement courbé mais la posture digne. Ces cheveux étaient noirs, longs et soignés, tenus par une queue-de-cheval serrée. Il avait la peau rouge des gens qui viennent des terres druidiques, et les yeux noirs assortis.

Ses vêtements étaient discrets, une simple toge grise jetée par-dessus son épaule et laissant voir un sein, ainsi que des sandales de cuir. Mais en s’attardant dessus, Hansof remarqua qu’ils étaient en réalité assez riches. La toge était en soie et brodée de subtils motifs au fil d’argent. Des bijoux discrets mais sertis de pierres précieuses ornaient ses doigts, ses poignets, ses chevilles et ses oreilles.

Ou comment puer le fric en toute sobriété, pensa le commis qui était en train de revoir ses préjugés sur les druides tout en s’installant dans le fauteuil que son hôte lui indiquait.

“… ainsi Madame la chancelière est entrée en contact avec moi pour que nous discutions d’un contrat d’approvisionnement en bois provenant de la Forêt Sacrée.” Il tendit à Hansof une tasse fumante dans laquelle baignait un long biscuit sec.

Il saisit lui-même une tasse et s’assit sur une banquette couverte de peaux.

“C’est un contrat compliqué à établir, car la Forêt Sacrée est relativement loin de Cosma et l’approvisionnement passera forcément par plusieurs autres nations – en tout cas tant que le Marais des Démons reste impraticable.“

Le bourgeois sirota bruyamment son thé et croqua allègrement dans la partie imbibée du biscuit.

“Surtout qu’il y a des règles très strictes sur l’exploitation de la forêt et que les ouvriers druidiques ne travaillent qu’en petites entreprises. Il n’y a pas de conglomérat dans notre tradition. Cela complique beaucoup les choses pour l’exportation de ces denrées…“

Hansof bu lentement son thé pour diluer son impatience.

“J’ai donc dit à Madame Carmin qu’il faudrait qu’on se voie directement à son bureau si elle veut établir pareil approvisionnement, parce qu’il faudra rédiger autant de contrat qu’elle aura besoin d’exploitants arboricoles, et ça prendra beaucoup de temps…“

“C’est à ce moment qu’elle a pris congé ?“ demanda le fonctionnaire, avant de croquer dans son biscuit.

“Oui. Elle m’a dit qu’elle avait besoin d’un scribe. Ont été mentionnés les diseurs, qui d’après elle – et je suis bien d’accord là-dessus – font les meilleurs scribes.“

“Elle est donc partie en direction de la Grande Bibliothèque du quartier linguistique ?“

“Selon toute vraisemblance, oui.“

Hansof se leva en hâte, engouffra le reste du gâteau dans sa bouche et, n’ayant plus vraiment le temps ni l’énergie pour son usuelle courtoisie dithyrambique, prit congé en lâchant un “Merfi, bonne vournée !”


“Madame Carmin ! Madame Carmin !”

Enven Hansof trottinait sur les pavés blancs des rues sinueuses du quartier linguistique, en évitant les regards réprobateurs des discrètes gens.

Les diseurs – c’est le nom qu’on donnait aux membres de la tradition linguistique – étaient des individus introvertis et qui préféraient l’ombre des bâtisses en pierre à la lumière du zénith. Car avant tout, c’était un peuple qui venait des grands déserts de sables chauds.

Ici, à Cosma, les diseurs n’étaient pas très couverts – le soleil de la cité n’était rien face à la brûlure diurne du Grand Désert – mais la plupart gardait un foulard autour de la moitié inférieure de leur visage par pudeur.

Ainsi, Hansof ne pouvait voir que les sourcils froncés et les yeux assassins des habitants du quartier qui tentaient de lui enjoindre le silence, en silence.

Le commis, un peu déboussolé, tenta de héler deux ou trois de ces individus, pour au moins obtenir une direction. Mais sitôt qu’il tentait d’accrocher le regard de l’un d’eux, celui-ci l’évitait. Quand il tentait de s’approcher, on lui tournait le dos.

Au bout d’une bonne demi-heure de cette danse gênante, Hansof décida de faire fi de ces ingrats et de tenter de trouver par lui-même la Grande Bibliothèque du quartier.

Mais il rencontra un autre problème, car les architectes diseurs construisaient des bâtiments à étage, séparés par d’étroites ruelles – afin de générer le plus d’ombre possible – et bien qu’il était certain que quelques grands axes existaient, le fonctionnaire se surpris rapidement à être perdu au milieu d’un dédale de rues longues et fines.

Fort heureusement, son tourment fut de relativement courte durée, car il finit par tomber sur une de ces grandes esplanades recouvertes d’étals marchands établis à même le sol.

À partir de là, il put rapidement retrouver son chemin et suivre les panneaux.

Qualifier la Grande Bibliothèque de “grande” était un euphémisme. Pas tant en hauteur, puisqu’elle ne faisait que deux étages en plus du rez-de-chaussée, mais en surface, car elle seule était aussi vaste que cinq ou six blocs de maisons, si bien qu’il aurait sans doute fallu une bonne heure pour en faire le tour complet.

Puisque Hansof jugea qu’il était plus utile d’y pénétrer que d’en faire le tour, il emprunta la première porte qui lui était accessible.

Il fut sobrement accueilli par… des panneaux. Forcément, un bâtiment aussi grand ne pouvait pas posséder un accueil à chacun de ses accès. Mais en tant qu’émérite membre de l’administration cosmique, Enven Hansof se sentit floué par un tel manque d’étiquette bureaucratique. À la Grande Chancellerie, on s’assurait à tout moment qu’aucun citoyen ne se retrouvât à vagabonder seul dans les couloirs ! Certes, c’était surtout pour éviter que les citoyens ne mettent leur nez là où ils ne le devaient pas, mais tout de même !

Ce fut donc en grommelant que l’émérite fonctionnaire se dirigea vers le bureau d’accueil le plus proche, qui se trouvait tout de même à dix minutes de marche.

La frustration du commis s’accentua lorsque, à l’accueil, la première chose qu’il vit était également absente de la Grande Chancellerie : un réceptionniste souriant.

“Bonjour, mon brave monsieur ! Que puis-je faire pour vous ?“

“Je cherche Madame Carmin. On m’a dit qu’elle était passée par ici, à la recherche d’un scribe pour un de ses travaux.“

“Békatra“

Hansof écarquilla les yeux d’incompréhension

“Je vous demande pardon ?”

Le réceptionniste, toujours aussi irritablement souriant, articula :

“Aile B, escalier 4, bureau A. B-4-A.“ L’homme pointait du doigt un petit panneau qui donnaient les directions des différentes ailes de la bibliothèque, qui allaient de A à P.

Hansof répéta “B-4-A. Très bien ! Je vous remercie !”

Le réceptionniste lui rendit un sourire large et le commis se lança derechef dans les couloirs tortueux de la bibliothèque.

Il fallut encore un certain temps pour qu’il trouve l’aile B, puis l’escalier 4, et enfin le bureau A. Le bâtiment n’était pas très ergonomique et le trajet était loin d’être en ligne droite, au point que le commis se demanda s’il ne tournait pas en rond.

Une fois arrivé au B-4-A, il se retrouva devant un tout petit bureau dans lequel une femme entre deux âges était occupée à se plaindre de la quantité de formulaire qu’elle était en train de viser.

Quand il frappa à la porte ouverte, elle lui lança un croassement sec. “QUOI ?”

Hansof fut refroidit par cette agressivité soudaine. Il répondit un petit “Euh… je cherche Madame Carmin…“

La femme leva les bras au ciel en braillant “Et par quel miracle je saurais où se trouve Madame Carmin !“

Le commis de répondre “Parce qu’elle est venue ici plus tôt dans la journée pour engager un scribe ?“

Son interlocutrice laissa mollement tomber ses bras et afficha une moue lasse.

“Hum. Très bien. Je vais regarder le registre.”

Elle s’extraya tant bien que mal de son bureau, en essayant de ne pas faire tomber les hautes piles de formulaires qui attendaient d’être visés.

Elle pris un gros volume à la couverture de cuir qui se trouvait sur un pupitre et se mis à parcourir les lignes.

“Madame Carmin, Madame Carmin… Ha, voilà, je l’ai trouvée. Elle a engagée la scribe Méazi Ok-Alemssif. La commande a été visée, donc Madame Carmin est probablement déjà partie. Mais si vous voulez, vous pouvez aller parler à la scribe qu’elle a engagé. Elle se trouve sans doute au scriptorium, en haut de l’escalier 5, sur votre gauche.“

Enven Hansof, satisfait de ces informations et surtout du fait de laisser derrière lui la râleuse, se munit de son plus beau sourire forcé et articula.

“Merci beaucoup, brave dame. Puissiez-vous passer une bonne journée.“

Renfrognée, elle se contenta de lâcher un “C’est ça. Bonne journée.” tout en regagnant son siège.

Quand Hansof s’éloigna dans le couloir, il put entendre le vacarme d’une lourde pile de feuilles qui tombe sur le sol, accompagné d’une collection de jurons qui ferait rougir un charretier.

C’est quand même amusant, se dit le fonctionnaire en cherchant le fameux escalier 5, c’est plus facile d’avoir du recul sur le fonctionnement de sa propre administration quand on en est confrontée à une autre.

Cependant, quand il fit le bilan des bons et des mauvais côtés qu’il avait pu relever lors des deux échanges qu’il venait d’avoir – tout en gravissant les marches jusqu’au deuxième étage – il se dit que pour améliorer l’administration de la chancellerie de Cosma, cela demanderait beaucoup trop d’argent et de temps, choses qu’il était plus utile d’attribuer aux vrais problèmes.

Perdu dans ces pensées, Hansof poussa la porte du scriptorium sans tenir compte de la prière qui était y inscrite en grosse lettres rouges.

Un grincement sordide se répercuta dans la vaste pièce et fit sursauter la cinquantaine de scribes qui y grattaient du papier, ruinant ainsi probablement une quantité inacceptable de lettrines.

Une vague de regards haineux déferla sur lui, mais pour la première fois, il éprouvait de l’empathie pour ces pauvres travailleurs injustement perturbés et ne put empêcher ses oreilles de rougir de honte.

Il saisit néanmoins l’opportunité que toutes les attentions étaient tournées vers lui pour signifier d’une toute petite voix : “Est-ce que madame Méazi est présente ?“

Il espérait que son seul prénom suffirait car, si d’aventure il était parvenu à se souvenir de son nom de famille – ce qui aurait été un exploit en soi – jamais il ne se serait aventurer à essayer de le prononcer.

Par chance, une des personnes présentes se leva et se dirigea en silence vers lui. Les autres scribes, quant à eux, retournèrent à leur travaux. Le petit commis eut la nette impression que s’il perturbait à nouveau l’assemblée, au moins l’un d’entre serait capable de sortir une arme et attenter à sa vie. Aussi, il invita ladite Méazi à le suivre dans le couloir.

La scribe devait être jeune, à peine majeure, remarqua Hansof, mais elle avait déjà les traits marqués et les yeux plissé des gratte-papiers. Elle portait deS lunettes, qu’elle retira sitôt sortie du scriptorium et qu’elle rangea dans un petit étui de cuir.

“Oui ?“ demanda-t-elle simplement.

“Vous avez parlé à Madame Carmin, aujourd’hui, n’est-ce pas ?“

“Hum, oui, elle avait besoin d’une scribe pour retranscrire un contrat dans trois langues différentes et dans – je crois – cinq exemplaires chacun, alors elle m’a engagée. J’ai rendez-vous avec elle dans deux jours pour parler des détails…”

“Très bien très bien,” l’interrompit Hansof, “est-ce que vous savez où elle est allée, après ? Il y a une urgence qui nécessite sa présence !“

Méazi ouvrit de grand yeux ronds. “Eeeuuuh, je sais pas trop. Elle m’a juste demandé le plus court chemin pour se rendre dans le quartier expressionniste.”

“Très bien, c’est donc là où je vais. Et du coup, quel est le chemin ?”


“Madame Carmin ! Madame Carmin !”

Enven Hansof ne se faisait plus vraiment d’illusion à présent, il avait compris qu’il allait devoir traverser toute la ville pour trouver Madame Carmin.

Mais l’urgence était toujours d’actualité – ça il ne l’avait pas oublié –, alors s’il avait la moindre chance de la rattraper avant le coucher du soleil, il fallait absolument qu’il essaye, malgré la fatigue et les humiliations.

Le quartier expressionniste était organisé en parcelles, chacune sous la responsabilité d’une maison majeure de la tradition.

Mais le commis ne savait pas trop quelle direction prendre, car cette fois-ci, il ne savait ni qui Madame Carmin allait voir, ni la raison de sa visite.

Il s’arrêta pour réfléchir. Chaque parcelle avait un genre de bourgmestrerie où on pouvait s’adresser et poser des question – et probablement que s’il se rendait à celle que la Grande Chancelière était allé voir, il le saurait rapidement – mais le problème c’est qu’il y avait une douzaine de maisons nobles, et que toutes les visiter lui prendrait – au bas mot – le reste de la journée.

Et il n’avait pas toute la journée.

Pour contrevenir à ce problème, Hansof se mit en quête d’un petit groupe de jeunes gens. Il tomba rapidement sur une poignée d’adolescentes et adolescents qui fumaient des cigarillos à l’ombre d’un bâtiment résidentiel, le long d’une avenue. Deux d’entre eux donnaient des coups de pieds dans une balle de cuir. Les autres commentaient et discutaient de sujets variés.

“Excusez-moi, jeunes gens ?” héla le fonctionnaire.

Il tournèrent vers lui des visages intrigués.

“Est-ce que certains d’entre vous voudrait gagner un peu d’argent ? J’ai une course plutôt urgente à faire, et j’aurais besoin de petites mains.“

Les ados se regardèrent, quelques instants, sourire aux lèvres, donnant l’impression qu’ils allaient éclater de rire. Quelques uns pouffèrent même, jusqu’à ce qu’une d’entre elle – une des deux qui jouait à la balle – annonça d’un air sérieux : “Moi, ça m’intéresse.”

Les autres lancèrent des “Hein ?” étonnés.

“Ben quoi ? Vous avez vu son insigne ? C’est un fonctionnaire. On peut lui faire confiance. Et puis, les clopes, c’est cher.“

Un silence circonspect s’installa. Hansof patientait calmement.

Puis la voix d’un autre adolescent se fit entendre. “T’as raison. Hé, moi aussi, ça m’intéresse ! Combien ça paye ?“

Le commis de répondre, “Cinq prynces par personne pour aller me chercher une information et me la rapporter ici.“

Rapidement, comme une boule neige, d’autres voix s’élevèrent et de fil en aiguille, tous les ados étaient d’accord pour faire affaire avec le fonctionnaire.

Il leur expliqua la situation et leur demanda d’aller démarcher chaque famille noble du quartier.

Puis il donna une avance de 2 prynces à chaque ados, “Vous aurez le reste quand vous reviendrai avec l’information que je cherche.“

Les jeunes gens se répartirent les bourgmestreries et partir en trottinant dans toutes les directions.

En attendant, Hansof prépara le reste du paiement de ses jeunes coursiers. Bon, je ne pense pas que j’arriverai à faire passer ça en note de frais, mais ça en vaut la peine, se dit-il quand il constata qu’il allait débourser un total de 35 prynces, ce qui faisait (à un arrondi près), presque 3 roys. Ce n’était pas vraiment une fortune, mais c’était suffisant pour lui arracher un rictus amer.

Guidés par la fougue de la jeunesse et l’appât du gain, les adolescent mirent à peine une heure pour ramener à leur commanditaire l’information qu’il convoitait.

“La Maison Pixeum, Madame Carmin a visité la Maison Pixeum.“

Hansof se para d’un sourire satisfait : “Merci beaucoup ! Tenez, voici votre dû !”

Il laissa les jeunes gens derrière lui, satisfait d’avoir pu rôder son autorité de fonctionnaire auprès de quelques citoyens, et se dirigea vers la bourgmestrerie de la maison susmentionnée.

“Bonjour et bienvenue au centre public de la maison Vrévivant Pixeum !“ fut l’accueil mélodieusement tonitruant que l’hôtesse lui lança avec un entrain exercé.

Hansof n’était pas rompu aux usages des interprètes – c’est ainsi qu’on nommait les citoyens de la tradition Expressionniste – ainsi il ignorait ce que signifiait “Vrévivant”. Mais un vague souvenir de son éducation semblait lui souffler que cela indiquait le grade et la fonction de la maison.

“Bien le bonjour, madame ! Je me nomme Enven Hansof et je suis le commis assistant de la Grande Chancelière. J’ai une nouvelle urgente à lui transmettre, et on m’a dit qu’elle était passée par chez vous !“

L’hôtesse hocha de la tête. “Ah, c’est vous qui la cherchez ! Oui, Madame Carmin s’est effectivement entretenue avec un de nos virtuoses. Monsieur Tuly Pixeum a été prévenu et est disposé à vous recevoir.“

“Et bien, vous êtes rapide !“

Un sourire satisfait habilla le visage de la réceptionniste. “Oui, quand nous avons compris que quelqu’un cherchait Madame Carmin, on s’est dit que vous voudriez peut-être rencontrer la personne avec qui elle a conversé. Nous avons donc pris sur nous de la prévenir.“

Elle désigna une porte menant plus profondément dans la demeure.

“Par chance, il n’a aucun autre rendez-vous de prévu aujourd’hui. Tuly Pixeum, sixième porte à droite !“

Satisfait par leur efficacité et leur prise d’initiative, Hansof s’enfonça dans les couloirs richement décorés du manoir Pixeum.

Quand il arriva près de la sixième porte à droite, il entendit une légère musique filtrer au travers, comme si un orchestre de chambre jouait à l’intérieur.

Hansof ne comprenait d’ailleurs pas pourquoi une famille aussi ostensiblement riche avait une isolation sonore d’aussi piètre qualité. Il ouvrit la porte.

Mais en réalité l’isolation sonore était excellente, et le petit fonctionnaire faillit tomber sur son postérieur sous le souffle de l’orchestre philharmonique qui jouait à pleine puissance dans l’immense salle qui venait de s’ouvrir à lui.

Quand il repris ses esprits, il remarqua qu’un homme dansait, seul, sur la piste, habillé d’un justaucorps sur lequel était brodé les armoiries de la maison Pixeum. Ses longs cheveux d’argent était attachés en un chignon serré. Il n’avait pas remarqué que la porte s’était ouverte et continuait à enchaîner sauts, chassés, pointes et pirouettes.

C’est quand à l’issue d’une figure il se retrouva face à la porte qu’il remarqua la présence du fonctionnaire. Avec un large sourire, il fit signe au maestro d’interrompre la musique d’un gracieux geste de la main.

Le noble parcouru la distance qui le séparait du commis de quelques pas lestes. Il était bien plus grand que lui et, bien sûr, beaucoup plus sec.

“Bienvenue à vous, mon brave monsieur ! Je suis Tuly Piseum, virtuose de la maison Vrévivant Pixeum, à votre service !“

Hansof, qui avait les oreilles qui bourdonnait encore un peu, se présenta maladroitement. “Env… Enven Hansof, assistant de la Grande Chancelière de Cosma. Je cherche Madame Ca…“

“Désirez-vous une tasse de thé, monsieur Hansof, avant toute chose ?“ l’interrompit le danseur.

“Euh… non merci. À vrai dire, je suis un peu p…”

“Très bien !” Tuly Pixeum tapa deux fois dans ses mains. “Bon travail, les enfants. On reprend dans une heure !“

Le musiciens commencèrent à s’agiter. Tuly Pixeum, lui, quitta la pièce à grandes enjambées, invitant Hansof à le suivre, et se dirigea vers une autre pièce, qui se révéla être un salon de thé.

Le noble claqua des doigts à l’intension des domestiques qui s’y trouvaient, et il se posa dans un grand fauteuil molletonné.

Le fonctionnaire choisit de s’assoir sur une banquette de velours – qui se révéla moins confortable qu’elle en avait l’air – et constata avec amertume que les domestiques étaient en train de revenir avec du thé à l’attention de leur maître.

Ce ne fut qu’une fois le thé convenablement servi que Tuly Pixeum daigna s’adresser de nouveau à son invité.

“Et donc, comme ça, monsieur Hansof, vous cherchez Madame Carmin ?“

“Oui”, répondit l’intéressé, “et ne vous inquiétez pas, je serai bref. J’ai compris qu’elle n’était plus avec vous, aussi j’ai juste besoin de savoir où est-ce qu’elle est allée après vous avoir quitté.”

Mais le noble n’avait pas l’air d’écouter.

“C’est pour un motif urgent, si j’ai bien compris ?“

Hansof n’aimait pas la tournure que la discussion prenait.

“En quelque sorte, voyez-vous, il faut que je le retrouve au plus vite pour… raison professionnelle.“

Le danseur sirota sa tasse et afficha une satisfaction narquoise.

“Mais quelle raison professionnelle peut bien amener un petit commis à pourchasser la personne la plus importante de la ville plutôt que de patiemment attendre son retour au bureau ?“

Évidemment, évidemment que le noble allait essayer de politiser la discussion et d’essayer de tire son épingle du jeu. Hansof n’avait ni l’énergie, ni la patience pour jouer à ce jeu là avec lui. Mais il n’avait pas non plus envie de lui dire des choses qu’il n’avait pas à savoir, surtout étant donnée l’ampleur de ladite chose.

Et puis, Madame Carmin allait le lui faire payer, si jamais il vendait la mèche.

Le problème, c’est que le petit fonctionnaire n’était pas a proprement parler un politicien, contrairement à la plupart des membres de la caste noble. S’il tentait de s’en sortir dans les règles de l’art, il allait se faire avoir comme un bleu.

Non, il fallait l’attaquer sur un terrain qu’il maîtrisait. L’administration.

Hansof se para de son plus beau sourire “Oh, je pense que je peux vous le dire, mais pour des raisons d’archives, il faudrait que je le consigne dans le registre du greffier officiel – vous comprenez, tout ce qui concerne les responsabilités de Madame Carmin doit être dûment noté –. Comme c’est impossible vu que le bureau du greffier est assez loin, il suffira de remplir le formulaire A-015.“

Bien entendu, le danseur ne se laissa pas intimider. “Allons, allons, nous sommes entre amis ! Pas besoin de registre !“

“Ah, vous êtes un ami de Madame Carmin ? Dans ce cas, ce sera plus simple en effet, vous devez sans aucun doute déjà avoir sa procuration ! Il s’agit du matricule… B8G, ou B8C, je ne suis plus sûr. Vous voulez bien me la montrer pour que je confirme ? Il s’agit d’une simple formalité.“

“Vous plaisantez, sans doute !“ Son sourire était large, mais son regard trahissait une panique naissante.

“Avec le protocole ? Jamais ! Grands dieux, oh jamais !“ s’offusqua le fonctionnaire avec une exagération cabotine.

Le regard de Tuly Pyseum se fit glacial.

“Bien“, repris Hansof, “en l’absence des formulaires – et procurations – adéquats, je dois me rabattre sur la directive 1, alinéa 16 du protocole d’affectation des fonctionnaires.“

“Qui est ?” interrogea l’hôte d’un air incrédule.

“Retourner à mon poste, pardi !“

Hansof se leva. Le noble était nonchalamment vautré dans son fauteuil, se tenant la tête du bout des doigts, les sourcils froncés de mécontentement.

Il était très certainement vexé, vu qu’il ne fit qu’un geste vague dans sa direction quand Hansof lui tendit sa main pour le saluer, mais le fonctionnaire n’en n’avait cure, s’il avait un problème, il règlerait ça avec Madame Carmin !

Par contre, le fonctionnaire était bredouille d’information. En se dirigeant vers la porte, il commençait déjà à paniquer du fait qu’il ne savait plus où chercher…

“Un instant, monsieur Hansof.“

Le noble avait l’air tout aussi nonchalant, mais il avait changé de position sur son siège.

“Si cela vous intéresse toujours, vous trouverez Madame Carmin au Collège National Andréas Malbosquet.“

Hansof accusa le choc de ce retournement inattendu de situation. “Dans le quartier de l’Alchimie ? Entendu. Merci bien !“

En y repensant, ce n’est pas si inattendu. Tuly Pixeum savait que le commis véhiculait une information urgente pour sa patronne. Si jamais cette dernière apprenait que cette information avait été retardée par la faute de la maison Pyxéum – et Hansof n’aurait pas manqué de le mentionner – la réputation de cette dernière en aurait pâtis. Le titre de Grande Chancelière a beau n’être que mineur face à la grande noblesse expressionniste, Madame Carmin était une femme politique, de poigne et avec de l’influence.

Ainsi, Enven Hansof quitta le manoir Pixeum avec le sentiment satisfaisant du Tout est bien qui finit bien.


“Madame Carmin ! Madame Carmin !”

Enven Hansof trottinait dans les couloirs du Collège National en tentant tant bien que mal de ne pas perturber les chercheurs, les professeurs et les étudiants qui y travaillaient.

Il n’avait eu aucun mal à s’orienter dans le quartier Alchimique et à trouver le collège. Déjà, parce que les alchimistes avaient conçu leur quartier de manière très ergonomique, mais aussi et surtout parce que c’était dans ce quartier que Hansof avait grandi.

Il avait même passé quelques années à étudier les sciences administratives, entre ces même murs, au Collège National Andréas Malbosquet, comme il a pompeusement été nommé d’après un grand inventeur alchimiste du dixième siècle.

Cependant cela faisait presque trois décennies qu’il n’y avait plus mis les pieds et l’endroit avait bien changé.

Soudain, un homme de haute stature se mit en travers de sa route. Il avait une blouse de chercheur, des lunettes rectangulaires et des sourcils aussi touffus que froncés.

“Non mais ça va pas, de crier comme ça dans les couloirs ? Qu’est-ce que vous voulez à la fin ?“

Un peu penaud, le commis répondit d’une petite voix : “Madame Carmin…”

Une des touffe qui faisaient office de sourcils se leva.

“Et pourquoi ici ?”

Hansof reprit un peu de sa contenance et précisa sa quête.

“J’ai une nouvelle urgente à lui porter et on m’a dit qu’elle était ici.“

Le chercheur se détendit.

“Oh. Dans ce cas vous devriez aller voir madame Mageclass, c’est elle qui s’occupe des visites officielles. Vous pourrez la trouver dans le bâtiment administratif. Pour vous y rendre, il suffit de traverser la faculté de chimie, puis la faculté de magologie, et enfin la fac de sociologie.”

Hansof le remercia et commença à se diriger dans la direction indiquée par les panneau qui étaient accrochés à tous les carrefours, mais la main du chercheur se posa sur son épaule.

“Et tâchez d’arrêter de crier, d’accord ?“

Le fonctionnaire fit un sourire gêné et partit.

La faculté de chimie se tenait dans un bâtiment où toutes les surfaces, mur, sol et plafond, étaient carrelées de blanc. Bien que la plus grande partie du carrelage fut immaculée – probablement nettoyée chaque jour – on pouvait voir çà et là des restes d’expériences qui avaient mal tourné, laissant de larges taches colorées indélébiles.

“Très bien, maintenant nous allons voir le fonctionnement de la chambre à compression de destruction.”

Hansof s’arrêta un instant. De destruction ?

La voix venait d’un amphithéâtre dont la porte avait été laissée ouverte. On pouvait voir une professeure manipuler un tube transparent aussi grand que le bras, qui avait une trappe et un loquet d’un côté, et un ressort étanche bloqué avec une goupille de l’autre.

“Premièrement, remplissons la chambre de compression avec de l’eau.“ Elle ouvrit la trappe, remplit le tube à environ un cinquième de son volume, puis referma la trappe avec le loquet.

“Et maintenant, je vais lancer un sort du cercle de la destruction pour déconstruire l’eau à l’intérieur.”

Elle saisit un paquet de notes s’y référa tout en incantant son sort. Une fois fait, elle pointa du doigt le contenu du tube.

“Si vous regardez bien, vous pouvez voir l’eau bouillir et sa quantité diminuer. C’est parce qu’on a déconstruit la molécule d’eau. Comme l’eau est constituée d’un volume d’hydrogène et de deux volumes d’oxyde, la molécule se casse en trois. Puis, comme cette forme est très instable, une partie va se retransformer en eau, et l’autre va former des molécules d’hydrogène et d’oxygène – qui sont respectivement constituées de deux volume d’hydrogène et de deux volumes d’oxyde.

“Statistiquement, chaque molécule déconstruite a une chance sur deux de reconstruire une molécule d’eau, ce qui fait que pour vingt molécules d’eau, on obtient dix molécules d’eau, cinq d’hydrogène et dix d’oxygène.”

Hansof tenta de confirmer ces nombres en recalculant de tête, mais abandonna rapidement.

“L’effet du sort se maintient sur la durée, donc tant qu’il y aura de l’eau qui se reconstituera, elle sera de nouveau cassée, et la quantité d’eau va ainsi diminuer, jusqu’à ce qu’il n’y en aie plus ou jusqu’à ce que l’effet du sort s’arrête.”

L’eau ne bouillait plus maintenant. Il n’en restait qu’une quantité infime.

“Comme il y avait déjà de l’air dans le tube, et qu’on y a rajouté des molécules d’hydrogène et d’oxygène, tous ces gaz forment une pression immense à l’intérieur du tube.“

La professeur indiqua le ressort qui était toujours bloqué par la goupille.

“C’est le principe du canon magique qu’on appelle alchimique. La pression permet de propulser une capsule alchimique à plusieurs centaines de disses, voire jusqu’à une kalieue, ce qui est bien plus important que tous les trébuchets fabriqués pendant le Premier Âge, et ce en étant bien plus léger à transporter.“

La professeure saisit la goupille fermement et tira d’un coup sec. Un BAM de décompression se fit entendre, et le ressort se comprima au maximum en l’espace d’une fraction de seconde.

“Des questions ?”

Un élève leva probablement la main hors du champ de vision de Hansof car la professeure pointa du doigt et une jeune voix se fit entendre. “C’est quoi ce dépôt blanc sur les bord du tube ?”

La réponse ne se fit pas attendre “Ce sont les minéraux qui était initialement contenus dans l’eau. Comme nous n’avons affecté que la molécule d’eau, tout ce qui y était dissous redevient solide. Il n’y aurait pas eu de dépôt si j’avais utilisé de l’eau distillée.”

Hansof se rendit alors soudainement compté qu’il s’était arrêté pour écouter et que ça faisait bien cinq minutes qu’il n’avait pas bougé, alors qu’il avait une mission urgente en cours. Il reprit sa course effrénée.

La faculté de magologie était une de celles qui était la plus axée sur la recherche. Les couloirs étaient bondés de personnes en blouse – on se demandait bien pourquoi d’ailleurs, vu que la magologie était un travail purement théorique.

Hansof fut stoppé net dans sa course par trois personnes qui occupaient toute la largeur du couloir et qui se disputaient.

“Moi je vous dit que la Théorie des Associations Binaires Complémentaires c’est du génie ! Il faut approfondir ça et continuer les recherches dans ce sens“ mugissait une femme en blouse.

Hansof essaya de passer, mais la femme était en train de tirer un large chariot recouverts de livres, de folios et de feuille volantes, qu’un autre homme empêchait de bouger, ce qui bloquait complètement le passage.

“Mais c’est idiot ! La théorie a plus de cent ans maintenant ! Il faut explorer les disciplines qu’elle a ouverte, et arrêter de théoriser dessus ! Sinon on progressera jamais !“

Le commis essaya de capter leur attention, mais ils criaient trop fort et était confinés dans leur dispute.

La troisième personne, également un homme, se tenait derrière le chariot, les bras croisé et visiblement en colère.

“Ignares ! La magologie moderne ne se limite pas à la Théorie ABC, essayez un peu de vous ouvrir l’esprit et cesser de marcher dans l’ombre des génie passés ! Vous ne voulez pas marquez l’histoire de votre propre révolution scientifique ?“

Hansof se pinça l’arrête du nez. Les trois chercheurs parlaient tous en même temps désormais, chacun contre-argumentant envers ses deux autres collègues.

Le fonctionnaire prit une profonde inspiration, pour se calmer. Il s’apprêtait à la libérer en un long soupir, mais la frustration accumulée dans la journée et la colère vécue sur le moment lui montèrent à la tête, et il hurla à plein poumons :

”ÇA SUFFIT ! Si vous voulez vous disputer, ALLEZ-LE FAIRE AILLEURS ! Il y a des gens qui essayent de TRAVAILLER ici !”

Puis, sans ménagement, il bouscula l’homme qui bloquait le chariot et le passage, forçant ainsi la barricade involontaire.

Alors qu’il s’éloignait, il entendit un des chercheurs murmurer à ses collègues, “c’est qui, lui ?”

Le bâtiment de sociologie était bien plus calme. La plupart des laboratoires et des amphithéâtres gardaient leur porte close, et des seuls qui était ouverts n’émanait que les son des porte-plumes glissant sur le papier, parfois entrecoupé que quelques chuchotements discrets.

Même les gens que Hansof croisaient dans le couloir avaient l’air de flotter tant leur démarche étaient légère et silencieuse. Lui-même osait à peine trottiner et il se sentait gêné d’entendre l’écho de ses bottines à talons résonner dans les couloirs.

Les quelques chariots – aux roues bien huilées – qu’il pouvaient croiser longeait les murs, portant des livres et des folios classés par thématique, et les personnes les accompagnants – professeurs et étudiants confondus – réfrénaient d’élever la voix avant d’avoir atteint leur étude.

Ce silence était presque oppressant, surtout après le remue-ménage de la fac de magologie, mais au moins le couloir était dégagé et Hansof apercevait déjà à son bout le panneau peint en jaune indiquant l’entrée dans le bâtiment administratif.

Il commençait à être à bout de souffle quand il se présenta au secrétariat.

“Bonjour, je viens voir madame Mageclass.“

Le secrétaire lui sourit poliment, “Ça se prononce, Ma-GÈC-lass, monsieur. Puis-je connaître le motif de votre visite ?“

“Hem, comment vous dire, je cherche Madame Carmin – une urgence la concernant – et je sais qu’elle est venue au collège pour quelque affaire. Un des professeurs que j’ai croisé m’a dit d’en parler à madame Mageclass, qui est en charge des interactions avec l’extérieur ? Si j’ai bien compris ?“

Le sourire du secrétaire ne décrocha pas “Oui, effectivement, vous êtes au bon endroit. Je vais voir si elle peut vous recevoir maintenant. Qui dois-je annoncer ?“

Le fonctionnaire bomba le torse malgré lui quand il énonça son titre complet “Enven Hansof, commis administratif de la ville et assistant de Madame Carmin, Grande Chancelière de Cosma.“

“Entendu, monsieur Hansof, ne bougez pas je reviens dans un instant.”

Le secrétaire ne mit pas cinq minute à revenir.

“Vous pouvez y aller. Mais elle n’a pas beaucoup de temps à vous accorder. Est-ce que dix minutes suffiront ?“

Hansof hocha de la tête. “Ce sera plus que suffisant, merci beaucoup !“

Le secrétaire lui indiqua le chemin.

Hansof arriva devant une porte sur laquelle était inscrit en lettre d’airain

Her Mageclass
Directrice des Relations Externes

Il fut reçu dans un grand bureau où on pouvait voir des monceaux de feuilles de papier, affichettes, tracts et posters ventant les mérites de diverses facultés ou évènements collégiaux. Il y avait même une espèce de construct en carton qui était aussi grand que le commis et sur lequel avait été peint en lettres colorées l’inscription Portes ouvertes qui, d’après la date indiquée en dessous de l’inscription, devrait avoir lieu dans deux semaines.

“Bonjour monsieur Hansof, asseyez-vous, je vous en prie.”

La femme qui se tenait devant lui avait facilement passé la soixantaine mais avait un corps robuste et une énergie visiblement débordante.

“Alors alors, vous cherchez Madame Carmin n’est-ce pas ?”

Elle s’était assise derrière son bureau, en face de Hansof, mais ne pouvait s’empêcher de réorganiser les documents qui s’y trouvait pour garder ses mains occupées.

Hansof ouvrit la bouche pour lui répondre, mais elle le coupa “Elle s’est entretenue avec le professeur Sarratsonn, mais elle est partie il y a une demie-heure, je viens de recevoir le mémo y faisant référence.“

Elle agita dans les air une demie-feuille griffonnée à la va-vite.

“J’ai juste besoin de savoir où est-ce qu’elle est allée ensuite” précisa le fonctionnaire.

Mageclass cessa d’agiter la feuille et fixa ce qui y était inscrit d’un air perplexe.

“C’est juste écrit qu’elle a besoin de l’assistance de Fabeiner…”

Hansof réfléchit un instant. “C’est un nom arcaniste, non ?“

Son interlocutrice releva, “Estuged Fabeiner est un scientifique arcaniste réputé, spécialisé en forcelle.“ elle lu de nouveau le mémo qu’elle avait en main. “Apparement, la Grande Chancelière cherche un moyen d’optimiser le bilan énergétique de la cité.“ Elle posa soigneusement le petit papier sur une pile bien ordonnée. “Pas une mince affaire, si vous voulez mon avis.”

Le commis se leva et conclut “Ma patronne est ambitieuse, mais elle a les épaules pour mener ce genre d’entreprise à bien.”

Mageclass lui serra la main en affichant un rictus approbateur “Je n’en doute pas, bonne journée monsieur Hansof !”

“Bonne journée, madame Mageclass !“


“Madame Carmin ! Madame Carmin !”

Les rues du quartier arcaniste était désertes. Celui-ci était organisé de manière très systématique : pour chaque seigneur arcaniste résidant à Cosma, une immense tour avait été érigée – une quatorzaine, au total, en comptant les tours plus petites des seigneurs les plus modestes – et autour de chacune de ces spires avait été construit une petite ville miniature, pour accueillir l’entourage de la famille seigneuriale et toutes les facilités de la vie quotidiennes, de sorte à ce que chaque mini-ville forme une espèce d’arcologie.

Ce qui avait pour conséquence que les larges avenues séparant les villes miniatures étaient exemptes de passants.

La tradition arcaniste avait des valeurs théoriquement proches de l’alchimie – qui étais rappelons-le la tradition natale de Enven Hansof – mais en pratique est très élitiste et individualiste. Ainsi, bien que le quartier arcaniste aie été construit de manière urbainement optimale comme son homologue alchimique, aucune indication, panneau, plan ou quelconque manière de se guider n’était à disposition des visiteurs.

De fait, pour Hansof, ce quartier restait un enchaînement d’avenues bordées par les haut murs de chaque mini-ville, sans pour autant savoir où se trouve celle qu’il cherchait.

Fabeiner, Fabeiner, se répétait-il en cherchant des yeux une inscription inexistante, tout en essayant de se rappeler si ce nom – apparemment très connu – lui disait quelque chose ou pas.

Au bout d’une vingtaine de minutes de déambulation futile, il tomba sur les ruines d’une charrette qui avait visiblement cassé une roue, en plein milieu de la route. Un très jeune homme – pas plus de vingt ans – à la peau bleue et aux cheveux blancs y était adossé, l’air las.

Hansof s’approcha du jeune homme :

“Bonjour mon brave, comment allez-vous ? Vous avez l’air de jouer d’infortune.“

“S’lut,“ répondit nonchalamment le garçon, “s’tu parle de la charette, ouai, on a pas eu d’pot.“

Le commis regarda le véhicule d’un air circonspect. “Pourtant, ça doit faire un moment que vu êtes là, vu l’heure qu’il est. Vous n’avez pas pu changer la roue ?“

Le jeune homme haussa les épaule. “S’pas la roue qu’est pêtée, c’est l’essieu. Y’a ma mère qu’est partie chercher un artisan et qui m’a d’mandé de garder les marchandises.”

Hansof prit un air désolé “La guigne !”

Il eut pour réponse une moue fataliste. “Moi j’l’avais bien dit qu’y était trop chargé, mais é m’écoute jamais !”

“Ha ! Ça lui servira de leçon ! Tenez, pendant que je vous tiens, puis-je vous demander un renseignement ?”

Son interlocuteur haussa les épaules. “Bah, j’veux bien, mais comme chu pas du coin, j’vais ptêt’ pas pouvoir t’aider.”

“Hum, je cherche la résidence Fabeiner, vous savez où elle est ?”

Le visage du garçon s’éclaira. “Ah ! Bah bien sûr, mon gars ! On livre souvent là bas ! Par contre, t’es carrément pas du bon côté du quartier… Tu vois la tour, là bas, avec le toit en triangle et les chenaux qui rebiquent ? C’est là. Mais ça fait une trotte !“

Hansof lui accorda un sourire gracieux. “Merci mon brave, et bon courage !“

“À plus mon gars !“

Hansof avait à peine la force de trottiner, et il devait s’arrêter toute les dix minutes pour souffler. Le soleil était environ à la moitié de sa descente vers l’horizon quand il atteint la mini-ville au milieu de laquelle trônait la tour que lui avait indiqué le garçon.

L’entrée de l’arcologie se faisait par un grand portail, ouvert, à côté duquel se trouvait une petite loge de gardiennage.

“Bonjour monsieeeuuur,“ lança la gardienne au fonctionnaire à travers un parloir, en prenant bien soin d’étirer la dernière syllabe de manière nasillarde.

“Bonjour madame, je suis l’assistant de la Grande Chancelière et j’ai besoin de lui parler. On m’a dit qu’elle avait requis un entretien avec monsieur Fabeiner et–“

Docteur Fabeiner” coupa la gardienne.

“Pardon, avec le docteur Fabeiner et je suis venu voir si elle était encore là.”

La gardienne plaqua un formulaire sur le comptoir. “En deux exemplaires s’il vous plaaaîîît.”

Hansof, un peu ébaubi, se saisit d’un stylo de plomb qui se trouvait à sa disposition, et entreprit de remplir les formulaires demandés.

“Dites-donc, date de naissance, pays de naissance, profession actuelle, c’est très détaillé comme formulaire !“

“C’est la procédure, monsieeeuuur…”

Le ton de la gardienne commençait à l’énerver.

“Êtes-vous sûre que c’est bien légal, tout ça ? Techniquement, l’accès aux rues de chaque quartier ne peut être restreint par la tradition qui en est responsable. Ces formulaires sont donc forcément optionnels et relèvent donc soit du recensement, soit du sondage, qui sont tous les deux interdits sur la voie publique.“

La gardienne poussa un soupir las. “Si vous voulez faire une réclamation, je peux vous donner le formulaire adéquat. En trois exemplaires.“

Hansof l’interrompit : “Ça ne sera pas la peine. Je travaille pour l’administration de Cosma.” Il pointa du doigt son insigne – qui à force de chalutage n’était tenu à son vêtement que par quelque fils. “Je ferai en sorte que cette procédure soit auditée dans les prochains jours.“

La gardienne haussa les épaule. Faites ce que vous voulez, ce n’est pas mon problème, semblait-elle dire. Elle fit glisser les formulaires remplis dans une corbeille prévue à cet effet et reprit son journal, se détournant de Hansof sans autre forme de cérémonie.

Celui-ci, de bonne éducation, la salua malgré tout et départit.

L’intérieur de l’arcologie était, en contraste avec l’extérieur, bondée. Les habitants était réunis en petit groupes et profitaient de la chaleur tempérée du milieu de l’après-midi pour discuter en plein air.

Les rues débordaient tellement de monde que Hansof était obligé de marcher sur la route, ce qui n’était pas un problème vu que très peu de véhicule était en circulation à cette heure-là.

Ne connaissant pas la route à prendre, il accosta un groupe de trois personnes qui était en train de plaisanter, le visage souriant et le rire aux lèvres.

Mais quand il exprima son égarement et demanda la direction à prendre, les trois visages devinrent hautain et condescendant.

“Voyons,” lui dit une femme en appuyant son propos d’un geste de la main, “tout le monde sait où se trouve le secrétariat de la maison Fabeiner…“

Une autre femme eu un rire pédant à son égard.

La troisième personne du groupe – un homme – pris ses deux comparses par les épaules et les éloigna du commis.

“Venez, laissez-le chercher son chemin seul. Peut-être que ça l’aidera à être un peu plus autonome.“

Hansof était rouge de rage, mais fut contraint d’intérioriser sa colère. Au vu des broderies sur leurs tuniques, ces trois personnes étaient nobles. Même s’il représentait l’autorité de Cosma, il n’était qu’un simple bourgeois.

Il décida donc de prendre la route la plus évidente à ses yeux : vers la tour principale.

La tour en question était gardée par deux miliciens armées de grandes épées.

“Le motif de votre visite ?” demanda l’un d’eux.

“J’ai besoin de renseignement auprès du secrétariat de la maison Fabeiner, au sujet d’une des commissions du docteur Estuged Fabeiner.”

C’est l’autre milicien qui lui répondit. “La maison Fabeiner ne communique pas d’affaire privée avec les personnes extérieures. Veuillez passer votre chemin.“

Le fonctionnaire se dépêcha de renchérir. “Il s’agit d’une commission qui concerne la ville de Cosma et s’est réalisée auprès de Madame Carmin, la Grande Chancelière, dont je suis le commis personnel.“

Le garde hésita un instant, posa les yeux sur l’insigne de fonctionnaire, puis sur Hansof, et enfin s’écarta sans ajouter un mot.

Le fonctionnaire entra dans le bâtiment et pu découvrir un assortiment incroyablement méthodique de bureaux rectangulaires et aménagés dans un grand espace ouvert qui devait faire en surface presque l’intégralité du rez de chaussée.

Les bureaux étaient groupé en petit nombre, avec des panneaux indiquant la fonction principale de chaque groupe – secrétariat, intendance, comptabilité, etc – et chaque bureau individuel était sertis d’une plaque avec le nom de son occupant ou occupante ainsi qu’un titre complexe et unique.

Hommes et femmes était tantôt à leur poste, tantôt en train de naviguer vers d’autres bureaux ou vers les étages.

Hansof s’approcha timidement du secrétariat et s’adressa à la seule personne présente.

“Euh, pardonnez-moi monsieur…“. Il lut la plaque sertie sur le bureau. Elle indiquait :

Stefalf Ludesholf
Premier secrétaire adjoint au bureau des
relations publiques et de la communication

“… monsieur Ludesholf… Je cherche Madame Carmin. J’ai eu vent de son passage dans la tour Fabeiner et j’aimerais savoir si elle est encore ici.”

Le secrétaire regarda le commis avec un froideur analytique.

“Bonjour monsieur le fonctionnaire,“ répondit-il en lorgnant l’insigne toujours branlante du visiteur, “la Grande Chancelière est effectivement passée dans nos locaux, mais elle est partie il y a un moment déjà.“

“Je m’en doutais un peu, pour tout vous dire. Auriez-vous l’amabilité de m’indiquer par où est-elle partie ?”

“Je suis navré monsieur, mais il faudra vous adresser à ma consœur Beten Anken pour ça, c’est elle qui l’a reçue.”

Hansof ne put s’empêcher de lâcher un soupir : “et où puis-je la trouver, je vous prie ?“

Le secrétaire indiqua le bureau tout juste en face du sien. On pouvait y voir la plaque :

Beten Anken
Secrétaire générale des affaires officielles
Porte-parole de l’administration

Mais ce qui contristait le plus le petit commis, c’était l’absence manifeste de ladite secrétaire derrière son bureau.

“Et… où est elle actuellement ?”

Son collègue répondit sans lever les yeux du papier qu’il était en train d’examiner : “En pause. Elle prend une heure de pause le matin, et une heure l’après-midi. Là je dirais qu’elle en a encore pour vingt bonnes minutes.“

Hansof était dépité. Il avisa une petite rangée chaises, adossée à un mur et décida de se laisser tomber sur l’une d’entre elle. “Très bien, je n’ai pas vraiment le choix, je vais devoir l’attendre.” soupira-t-il en entreprenant de raccrocher convenablement son insigne.

Durant toute son attente, il put observer le fonctionnement des commis de la maison Fabeiner devant lui. C’était une organisation complexe et très bien réglée, où chacun savait sa place et faisait son travail de manière minutieuse. Cependant, les arcanes de cette organisation étaient absconses, probablement uniquement lisibles par les personnes qui l’avait mise en place.

Ainsi, bien qu’en apparence tout se déroulait avec une fluidité parfaite, il était compliqué de prendre du recul et de juger par soi-même la qualité effective de cette organisation.

Nul ne savait ici-bas s’il y avait des processus qu’il était possible de raccourcir ou d’optimiser, s’il y avait des angles morts ou des impasses administratives.

Mais visiblement cela convenait parfaitement au petit personnel. Ils prenaient leur poste, leurs pauses et la quille à heures fixes, menant ainsi une vie bien huilée.

Comme un genre de fourmilière, se dit Hansof en se remémorant soudain un vieux cours d’entomologie.

Puis finalement, de manière presque détachée, il remarqua que quelqu’un vint s’assoir au bureau de celle qu’il l’attendait.

Il sortit de sa contemplation et se rua presque sur la nouvelle arrivante.

“Madame Anken !” rugit-il, faisant sursauter son interlocutrice.

“Excusez-moi, je ne voulais pas vous faire peur. Je cherche Madame Carmin, sauriez-vous où est elle partie ?”

La secrétaire jaugea un instant l’inconnu qui se tenait face à elle, puis se saisit d’une feuille qui se trouvait sur son bureau – la première d’une haute pile intitulée À trier – et lu simplement :

Taomi-Kiushin, artisane fondeuse et horlogère, rue des tanneurs, quartier perfectioniste, Cosma, pour le projet d’étude de rénovation de la dissipation thermique de l’infrastructure fonctionnant à la forcelle.

Hansof eut le souffle coupé que ces vingt longues minutes d’attente se concluaient sur une note aussi brève. Il trouva néanmoins la force de répéter.

“Taomi-Kiushin, rue des tanneurs, quartier perfectionniste.“

La secrétaire hocha la tête.

Après cela, Hansof se jura de faire en sorte qu’à l’avenir, il interagirait le moins possible avec les arcanistes.


“Madame Carmin ! Madame Carmin !”

Hansof se sentait particulièrement malvenu dans le quartier perfectionniste. Premièrement, parce que sa physionomie se démarquait énormément de celle des autochtones, qui pour la plupart avait la peau bleue et les cheveux pâles, contrairement au fonctionnaire qui avait la peau pâle et les cheveux blonds.

De plus, peu d’entre eux parlait arsom, la plupart parlant soit paarann, la langue de la nation perfectionniste, soit tradivi, la langue des pays de la Foi. Tous les panneaux et toutes les enseignes étant dans ces langues, Hansof était incapable de se repérer convenablement.

Mais fort heureusement, Cosma était, comme son nom le suggérait, une ville cosmopolite. Aussi on pouvait facilement trouver des moines qui parlait arsom – comme le jeune livreur de tantôt – ou des membres d’autres traditions qui venaient dans le quartier perfectionniste pour une quelconque affaire.

Hansof approcha donc successivement différents groupes qui avaient l’air de parler sa langue et leur demanda de proche en proche le chemin de la rue des tanneurs.

Celle-ci portait bien son nom, et quand il s’y engouffra, le bureaucrate faillit répandre son déjeuner – qui, rappelons-le, était principalement composé de thé et de biscuits druidiques – tant l’odeur y était forte.

À vrai dire, il n’y avait pas que des tanneries dans la rue éponyme, il y avait également des teintureries, des chapeliers, ainsi que nombre d’entreprises odorantes ou travaillant avec des produits toxiques.

Le commis s’arrêta pour souffler et ne put inspirer de nouveau que lorsqu’il plaça son mouchoir de soie devant sa bouche.

La traversée de la rue ne fut pas sans peine. Quasiment tous les commerces gardaient portes et fenêtres grandes ouvertes pour faire partir les vapeur toxiques ou nauséabondes, portant à toutes les oreilles un vacarme d’outils de bois ou de métal. Comme la plupart des bâtiments étaient des échoppes d’artisans, beaucoup de monde y passait pour acheter, vendre, négocier, tout cela en essayant de se faire entendre au-dessus du tintamarre.

Entre les fragrances et le brouhaha, Hansof se sentit faillir et manqua par quatre fois de choir dans le caniveau.

La fonderie qu’il cherchait se démarquait remarquablement dans ce décor extrême. La dissonance s’accentua quand il remarqua une femme assise en position du lotus juste devant la porte. Au vu de son tablier et de ses lunettes d’horlogerie qui était remontées sur son front, il s’agissait probablement de la tenancière.

Une question alors brûla les lèvre du petit commis si fort qu’il ne put s’empêcher de la prononcer à mi-voix :

“Mais qu’est-ce qu’une fondeuse-horlogère fait dans une rue aussi peu accueillante ?“

L’artisane – Taomi-Kiushin si la mémoire de Hansof était correcte – devait avoir une très bonne ouïe, car malgré le vacarme ambiant, elle ouvrit les yeux et regarda l’inconnu qui venait de la juger.

“C’est un exercice“ répondit-elle avec une voix sèche et tranchante. “Une sorte de mithridatisme.“

Hansof lui jeta un regard ahuri.

“En éprouvant ma concentration dans des conditions aussi extrêmes, cela me permet de l’affiner à son pinacle, et ainsi d’exceller dans mon art. Quand, dans quelques années, je quitterai cette rue pour aller exercer dans un endroit plus calme, j’atteindrai un niveau de concentration et de minutie jamais vu auparavant, et deviendrait ainsi la plus grande artisane de Cosma.“

Ces affirmation sans équivoque laissèrent le fonctionnaire perplexe, mais il se rappela que l’entraînement dans des conditions extrêmes était un des leitmotivs de la tradition perfectionniste. C’était aussi probablement la raison pour laquelle les membre de cette tradition se faisaient appeler des moines.

Il s’efforça cependant de ne pas faire remarquer que le principe du mithridatisme était de s’habituer grâce à des petites doses, et non pas en prenant des doses extrêmes.

Il haussa les épaules et passa au sujet qui l’intéressait.

“Il paraît que Madame Carmin est venue faire affaire avec vous. Je suppose qu’elle est déjà repartie, mais savez-vous où est-elle allée ?”

L’artisane referma les yeux avant de répondre :

“Dites-moi, mon cher monsieur, quel est votre axe de perfectionnement ?”

Le commis fut un surpris de cette question saugrenue. Déjà, il n’aimait qu’on réponde à une de ses questions par une autre question, mais surtout parce qu’il n’avait pas de temps à perdre avec une moniale un peu trop philosophe.

En plus, il ne savait pas quoi répondre.

“Je sais que vous n’êtes pas moine,“ reprit-elle, “mais chaque personne, peu importe sa tradition, doit connaître ses axes d’amélioration. Il n’y a que comme ça que l’on grandit en tant qu’être humain.“

Hansof se gratta la tête puis, contrarié, lui demanda :

“C’est quoi votre définition de l’amélioration ?“

Elle rouvrit les yeux et planta son regard dans le sien.

“Peut importe. Ce qui compte, pour répondre à cette question, n’est pas ma définition de l’amélioration, mais la vôtre.“

Le commis grommela mais ne put s’empêcher de considérer sincèrement sa remarque.

Après un temps de réflexion, il répondit finalement :

« Mon objectif est de servir la ville, pour des raisons qui me regardent, et j’essaie de m’améliorer pour que mon travail soit dans le sens de cet objectif.“

“Du coup, je suppose que vous faites régulièrement de l’exercice physique, vu que que vous avez l’air de crapahuter un peu partout dans le cadre de votre métier ?”, rétorqua-t-elle en désignant du regard les auréoles sous les aisselles de son interlocuteur.

Hansof se contempla un instant et constata l’état de crasse dans lequel il était. Couvert de poussière, de sueur, et même de terre jusqu’aux genoux. Il pouvait sentir son corps exulter de puanteur, et ce malgré l’ambiance particulière de la rue.

“De l’exercice ? Non.“ il éclaira, “Courir est un phénomène rare dans la vie d’un fonctionnaire bureaucrate. Mais si je me tiens devant vous maintenant alors que j’ai quitté mon bureau juste après l’aube, c’est grâce à ma détermination sans faille qui m’a poussé, pendant plus de huit heures, à poursuivre ma tâche qui est de retrouver Madame Carmin, et ce malgré mon physique inapproprié pour une telle escapade.“

Il conclut sa diatribe d’une frappe franche sur son ventre proéminent.

La moniale lui sourit alors. Elle quitta la position du lotus et se leva.

“Entrez, je vous vais vous servir un café.“

Le liquide noirâtre ressemblait à du goudron quand elle le versa dans une grande choppe en porcelaine. Lorsque Hansof le porta à ses lèvres, il se rendit compte que ça en avait aussi le goût.

Mais assis au milieu d’une fonderie, le front perlant de sueur à cause de la chaleur et les oreilles toujours brinquebalées à cause du bruit persistant des atelier alentour – sans parler des odeurs qui peinaient à s’effacer derrière le fumet acre du soi-disant café – le breuvage semblait parfaitement approprié. Ça le rendait, d’une certain manière, appréciable.

La moniale était plus petite que Hansof mais avait des bras aussi large que des poteaux. Elle donnait l’impression d’avoir la peau aussi épaisse que le cuir de son tablier et sirotait son “café” de manière exercée.

“Prenez votre temps, ça décape un peu la gorge quand on n’a pas l’habitude.“

Hansof acquiesça, les lèvres serrées, se retenant pour ne pas tousser à cause du picotement qui remontait le long de son œsophage.

“Du coup, on s’est pas présentés,“ dit-elle tandis que son invité risquait une autre gorgée. “Je suis Taomi-Kiushin, fondeuse et surtout horlogère. Mais ça, vous le savez déjà.“

Hansof hocha la tête. Il déglutit pour lui répondre, mais regretta aussitôt cette décision. Il fut surpris par une quinte de toux violente et douloureuse.

“Oulà, je vous avez dit de faire attention !“ s’esclaffa l’horlogère.

Le fonctionnaire parvint finalement à reprendre son souffle :

“Je suis Enven Hansof, commis de Madame Carmin, et je suis à sa recherche, comme je vous l’ai dit tantôt. Puis-je vous demander si vous savez où elle se trouve ?“

“Oui, je sais où se trouve Madame Carmin, mais je vous le dirai uniquement si vous me promettez de finir votre tasse !“

Hansof scruta le visage hilare de son hôtesse, y cherchant une trace de sarcasme – espérant vraiment y trouver du sarcasme – jusqu’à ce que celle-ci explose de rire et lui donna une tape sur l’épaule

“Je vous charrie, voyons ! Bien sûr que je vais vous dire où elle est partie ! On a discuté de son projet, qui a besoin de pas mal de métallurgie, mais elle voulait savoir s’il était possible de de mettre un garde-fou magique, en cas de surchauffe. Comme moi je sais pas trop faire ça, je l’ai renvoyée vers un artisan-mage que je connais bien.

“Il s’appelle Alémope et travaille dans le quartier shamanique, dans le cercle Valion. C’est facile à trouver, vous verrez.”

“Merci beaucoup !” Hansof fit très attention de reposer sa tasse sans la renverser – il ne voulais pas risquer d’abîmer le revêtement du plan de travail – puis partit en direction du quartier shamanique.


“Madame Carmin ! Madame Carmin !”

Ces mots n’avaient presque plus de sens dans sa bouche. Hansof était à peine conscient qu’il les prononçaient.

Le quartier shamanique était composé de sous-communautés indépendantes, appelés cercles, chacune ayant leurs propres règles et spécialité, et qui se considéraient entre elle comme si elles étaient étrangères.

Mais contrairement aux arcologies arcanistes, les cercles shamans interagissaient beaucoup entre eux, notamment en terme de commerce, et ainsi les grandes avenues de terre battue qui séparaient ces “villages” étaient couvertes de monde du matin au soir.

Ainsi, Hansof pu rapidement trouver le chemin du cercle Valion, censé héberger le fameux Alémope.

Celui-ci se trouvait dans un atelier à ciel ouvert, en train d’infuser des sorts dans divers outils de forge et de joaillerie.

“Est-ce que je peux vous poser une question ?“, demanda Hansof après s’être brièvement présenté.

“Bien sûr, mon brave !“ répondit l’artisan avec aménité.

“On m’a dit que vous aviez rencontré Madame Carmin, aujourd’hui. Pourriez-vous me dire où elle est partie ensuite ?“

L’artisan réfléchit un instant, puis acquiesça “Oui, je me souviens. Elle m’a dit qu’elle devait rentrer au quartier de l’Égérie pour une réunion urgente avec un juge suprême ou j’sais pas quoi.“

Hansof sombra dans ses pensées. Il consignait tous les rendez-vous de sa cheffe lui-même, mais n’ayant pas son emploi du temps avec lui, il devait faire un effort de mémoire pour s’en rappeler.

Puis enfin, ça lui apparu comme un éclair de génie. ”Mais oui ! La ratification mensuelle des amendements du parlement ! C’était prévu pour ce soir, juste avant le coucher du soleil.”

Il regarda un peu en panique l’astre solaire qui rougeoyait déjà, léchant les toits des maisons au loin.

“Je dois y aller. Merci beaucoup pour votre aide !“

Mais l’artisan leva une main. “Un instant ! J’aimerai vous demander un service en retour.“

Hansof hésita. “C’est que, vous comprenez, je suis pressé…”

Mais le shaman secoua la tête. “Vous savez, mon brave, ici chez les shamans, c’est l’entraide qui prime. Vous aurez toujours ce dont vous aurez besoin, mais en échange il faut aussi que vous portiez votre pierre à l’édifice et répondiez présent si on vous demande de l’aide.“

Cela intrigua le commis. “Mais quelle genre d’aide je pourrais vous apporter ?“

“C’est simple. J’aimerais juste avoir la réponse de la Grande Chancelière – concernant le devis que je lui ai fait aujourd’hui – le plus rapidement possible. Assurez-vous juste qu’on me porte la réponse dès qu’elle se décide. Rien de plus.“

Ce n’était pas un bien grand service, ça Hansof pouvait le faire sans soucis. Et puis, ce n’était qu’un prêté pour un rendu.

“Entendu, je vous tiens au courant !”

L’artisan-mage sourit. “Vous voyez, je ne vous demande pas Minas ! Et au final, ces petits services rendus font que nos deux journées se passent pour le mieux. Vous pensez pas que si tout le monde faisait comme ça, si tout le monde s’entraidait de petits services, tout le monde serait plus heureux, à la fin de la journée ?“

Hansof se gratta le début de calvitie qui trônait sur son chef. “Oui, sans doute. Si au ministère, tout le monde se comportait comme ça, les procédures prendrait chacune, au bas mot, deux fois moins de temps.“

Il rirent tous les deux un bon coup. Mais quand le fonctionnaire se tourna pour repartir, il s’interrompit.

“Attendez une minute, monsieur Alémope, vous prônez ainsi les actions désintéressés, pourquoi vous faites payer la cité pour vos services d’artisans mage ?“

L’intéressé s’esclaffa. “Je ferais certainement ce travail gratuitement et avec plaisir, si la cité elle-même n’était pas si dispendieuse en terme de matières premières, taxes commerciales, loyers, taxes de transport, taxes de…“

Hansof leva la main. “C’est bon, j’ai compris.”

“Au final, je ne fais que subvenir aux besoins de ma communauté en faisant ainsi payer la cité pour mon travail. Ça me permet de me mettre au service de mes proches gratuitement pendant un certain temps.“

“Ce serait en effet compliqué d’appliquer ce mode de pensée aux autres traditions qui habitent la ville.“

L’artisan fronça alors les sourcils “Désolé de vous interrompre, monsieur Hansof, mais vous n’avez pas dit que vous étiez pressé ?“

“Mince !“

Et il détala en direction du quartier central, celui de la neuvième tradition, qui était aussi celui dans lequel se trouvait les bureaux du gouvernement de Cosma : le quartier de l’Égérie.


“Madame Carmin ! Madame Carmin !”

Hansof était à bout de souffle. Cela faisait plusieurs heures qu’il n’avait plus la force de courir et il criait le nom de sa patronne plus par réflexe qu’autre chose.

Les ombres s’allongeaient dangereusement et il croisaient nombre de personnes qui rentraient chez elles après une dure journée de travail..

Il était revenu à son point de départ. C’était le quartier central qui était le quartier des guides mais aussi celui de l’administration centrale, dont Hansof était fonctionnaire.

En passant devant les gardes municipaux qui limitaient l’accès au quartier – et qui, le reconnaissant, lui firent un léger signe de la tête – il eut beaucoup de mal à contenir sa frustration face à l’ironie de la chose.

Et dire que si je m’étais assis sur un banc à l’attendre, j’aurais pu la croiser beaucoup plus tôt… Et surtout je n’aurais pas passé ma journée à courir à travers littéralement tous les quartiers de la plus grande ville du monde.

Le zélé fonctionnaire se retrouva au pied de la Tour Noire, qui était le siège, à Cosma, de la très secrète neuvième tradition, l’Égérie. Là, deux gardes vêtus de noir lui barrèrent la route.

“Désolé, monsieur, mais vous ne pouvez pas rentrer ici sans une autorisation spéciale ou sans être accompagné par un guide.”

Le commis sentit la lassitude le gagner. Il lâcha un long – un très long – soupir.

“Écoutez messieurs, j’ai été mandaté par la Grande Chancelière pour venir lui apporter cette nouvelle dès que j’en aurais pris connaissance. Pour cela, je me suis levé bien avant l’aube, alors que vous même ronfliez encore sous vos édredons, et ne pourrait regagner le mien tant que cela ne sera pas fait. Alors je préfère vous prévenir, et tenez-le vous pour dit, que de gré ou de force, VOUS ALLEZ ME LAISSER PASSER !“

Hansof n’avait jamais crié de la sorte. Il avait beau être facilement décontenancé, contrarié, surpris, pris au dépourvu, penaud ou bien estourbit, sa réputation n’a jamais – au grand jamais – été entachée par quelque comportement aussi colérique.

Mais la fatigue mentale dépassait largement la fatigue physique, et bien qu’essoufflé d’avoir crié, il remercia les dieux qu’il ne portât pas d’arme, car le garde zélé s’en serait trouvé fort marri.

Surtout qu’il refusait toujours de le laisser entrer.

“Allons, allons, pourquoi toute cette commotion ?“

La personne qui avait prononcé ces mots était une femme d’âge mûr, habillée en civil, et qui avait été attirée par les cris du fonctionnaire.

“Madame la Juge Suprême !“ salua le garde. “Nous sommes désolés du dérangement.“

La vieille femme sourit. “Le soleil s’est couché, j’ai déposé mon insigne, je ne suis plus qu’une simple guide jusqu’à demain matin.“

Le commis s’en retrouva tout penaud – un sentiment qui, comme on l’a mentionné, il connaissait bien – et s’excusa à de nombreuses reprise, car les Juge Suprême son les personnes les plus hautes gradées de l’Égérie.

Mais ils ont surtout le rôle de médiateurs et de diplomates dans toutes les affaires d’apparence insoluble. Ainsi, après que Hansof lui a expliqué la raison de sa présence, elle proposa le compromis suivant :

“Et si je vous accompagnais à l’intérieur ? Si ce que vous dites est vrai, votre commission ne devrait pas prendre trop longtemps. Ainsi, vous pourrez délivrer votre message tout en respectant les lois de cette tour.“

Le fonctionnaire la remercia mille fois.

À l’intérieur de la tour, ils n’eurent pas à marcher bien longtemps. Les affaires étrangères à la tradition – même celles impliquant la Grande Chancelière – se faisaient au rez-de-chaussée, les autres étages étant confinés au secret.

Ils arrivèrent devant une grande porte de bois sur laquelle était inscrit un nom pompeux, du genre “Salle de l’Étoile“.

Sans aucune forme de cérémonie, et malgré les protestations de son accompagnatrice, Hansof ouvrit la porte et pénétra dans la salle.

Son regard se posa d’abord sur le petit homme – il devait être encore plus petit que lui – qui était entièrement vêtu de noir, arborait l’insigne des Juges Suprêmes sur le thorax et qui le dévisageait l’air très sévère.

Bien entendu, il le reconnu : c’était le porte-parole des guides pour l’administration de Cosma. La personne la plus haut gradée de l’Égérie. Le chef de tous les Juges Suprêmes.

Hansof sentit son ventre se serrer. Il ne fallait pas plaisanter avec cet individu-là.

Il sentit cependant le ravissement le gagner quand il posa les yeux sur la personne assise en face de lui. Il s’agissait d’une femme élancée, au traits fins mais à l’air sévère. Ses vêtements était simples mais de qualité, et sur sa poitrine trônait la broche réservée à la plus haute fonction de la cité : l’insigne de la Grande Chancelière.

“Madame Carmin !“ rugit le fonctionnaire, subjugué par l’allégresse.

Elle se leva avec aigreur “Que me vaut cette intrusion, Enven ? Ne voyez-vous pas que je suis en pleine réunion ?“

“Désolé”, s’excusa Hansof en faisant un petite courbette insignifiante, “mais vous m’aviez dit de venir vous prévenir immédiatement lorsque…“

Il laissa traîner la fin de sa phrase, mais Madame Carmin avait tout de même compris l’enjeu. Ses yeux s’agrandirent, et elle sorti de la pièce en un éclair, faisant valdinguer la chaise sur laquelle elle était assise l’instant d’avant.

Le Juge Suprême s’en retrouva abasourdi, un peu contrarié et très confus.

Hansof ramassa la chaise que la chancelière avait renversé, et se laissa tomber dessus avec lourdeur. Il pu enfin souffler, et les deux guides présents dans la pièce était persuadés que son embonpoint allait se dégonfler tellement le soupir de soulagement qu’il poussa était profond.

Ses traits se creusèrent sous le poids de la fatigue qui tombait finalement sur lui, et un mince sourire se déposa sur ses lèvres.

C’était fini.

Mais le Juge Suprême ne l’entendait pas de cette oreille.

“J’ose espérer que vous avez une bonne explication pour ce qui vient de se passer, monsieur.“

Hansof eut envie d’éclater de rire. Les préoccupations d’une des personnes les plus importantes de la cité semblaient tellement insignifiantes devant ce qu’il venait d’accomplir.

Mais la vie ne s’arrêtait pas là – c’était le tout le contraire, d’ailleurs – et ainsi le commis pris soin d’expliquer aussi brièvement qu’il lui était donné la situation :

“Vous savez sans doute que Madame Carmin a une fille, n’est-ce pas ? Et bien, depuis ce matin, elle a aussi une petite-fille.“

Le Juge Suprême affichait une expression coite. Hansof ne s’en formalisa pas, et pris congé d’une manière qui lui aurait valu bien des problèmes en d’autres circonstances.

“Sur ce, je vous laisse, je vais aller dormir deux ou trois jours. Je suis sûr que madame la chancelière reviendra vers vous pour finir le processus de ratification. Bonne soirée !“


Hansof frissonnait. Il était immobile, assis sur un banc, les vêtements imprégnés de sueur, à la merci du vent, frigorifié.

La guide de tantôt vint s’asseoir à côté de lui.

“Vous devriez allez dormir, tant que vous le pouvez.“

“C’est amusant,“ releva-t-il, “mais ça fait des années que je travaille au service de la ville, sans vraiment la connaître. Elle est tellement riche et pleine de cultures différentes…“

“C’est pour ça qu’on l’appelle la Cité-Univers, c’est parce qu’elle rassemble toutes les cultures du monde et les surpasse pour former une société unique en son genre. Vous pourriez passer votre vie à essayer d’en apprendre toutes les subtilités que vous n’en connaîtriez pas le dixième.“

Après quelques instants de silence, Hansof sourit.

“Je ne sais pas pourquoi, mais je trouve ça beau.”

Horror Vacui

Des formes, des couleurs, aussi claires que de l’eau de roche, aussi nettes que n’importe quelle autre forme ou couleur, mais qu’il est impossible de comprendre, de mentalement assimiler. Comme un objet qui serait très réel, très substantiel, mais qu’on ne pourrait jamais saisir. C’est comme si j’oubliais instantanément ce que je vois. Je sais que je les ai vues, je sais que je les ai ressenties, je les perçois dans mon esprit, mais mon intellect est incapable de se concentrer dessus pour les décrire. Imaginez un horizon, bien net, bien concret, mais qui se tordrait dans tous les sens et qui serait répété jusqu’à emplir votre champ de vision en un kaléidoscope asymétrique. Autant de lignes qui sont accrochées à une réalité, chacune de manière indépendante, mais qui sont toutes des abstractions de notre perception. Votre vision sera brouillée par ce bruit, si bien que la réalité substantielle, qui est par essence contenue entre toutes ces lignes, devient illisible. Le tableau se brouille alors, et quand je tente de dissocier le réel et l’abstrait, les deux se mélangent. Le seul remède est de mettre à plat ce tableau, de le tracer sur une feuille. Ainsi, bien qu’il est imparfait, il ancre mes perceptions abstraite dans une représentation matérielle. Mais mon cerveau est malade, aussi limité que celui de mes congénères. Les tracés issus de ma psyché ne sont qu’un fragment du bruit que je perçois. Alors je dois le compléter. On me hurle de le compléter. Je remplis le vide avec la seule chose qu’il me reste : le fil de mes pensées. Ce fil se déroule à tout allure, sans cohérence constante, partant dans toutes les directions, mais suivant une seule ligne. Il n’y a qu’un seul sens, qu’un seul moyen de le parcourir, ce qui est rassurant. Mon tableau se change en une pelote de pensée, le fil canalisé, confiné dans un cadre rectangulaire. Ma perception est selon cinq dimensions, car au-delà des trois dimensions de l’espace et celle du temps que chacun connaît, mes sens en parcourent une cinquième, celle de la réalité. C’est un fil qui s’étend entre l’abstraction absurde et la vérité factuelle, et qui m’est retranscrite selon un gradient dont je peine à détermine la direction. Une feuille de papier rectangulaire ne peut contenir une réelle vision. Car les trois dimensions de l’espace sont réduites à deux, et confinées dans un cadre absurdement petit. Car la dimension du temps ne peut être représentée que de manière abstraite et donc, imprécise. Et car il n’y a aucun moyen de compartimenter la dimension de la réalité à plat. Alors j’aplatis tout, l’espace, le temps, la réalité. Le résultat est très vide et très plein à la fois, car ce fragment de pensée couchée sur papier est infinitésimale, une zeptaportion de ma réelle perception, mais aussi parce que je dois absolument la remplir. Symboliquement. Compulsivement. On obtient un tableau et un dessin fractals, qui sont complexes quelle que soit l’échelle à laquelle on les contemple. Car le vide ne se tient pas seulement sur les surfaces blanches de la feuille, mais aussi entre chaque trait, entre chaque ligne, entre chaque grain de fusain. Tout comme il est impossible de me concentrer sur une idée ou une perception unique pour en saisir la substance, car chaque fois que mon attention s’y porte, je me rends compte qu’elle est aussi complexe que ma psyché toute entière. Alors je dessine, je trace, j’écris, je remplis. Car j’ai horreur du vide. Horreur du vide.

Apologie d’un arbre ou l’extrospection d’un ascète oisif

Écrits retrouvé dans les ruines d’une habitation troglodyte isolée, proche de la ville de Ad-Pyrra, dans la Chaîne de Ryou


Qu’est-ce que la beauté ?

La beauté, ce sont les ramures invisibles qui, dans une recherche éternelle de bienfaits nutritifs, vont parcourir les terres les plus éloignées, s’enfoncer dans les sables les plus profonds, faire le tour de rochers incontournables dans le seul but d’obtenir l’ambroisie qui, bien qu’inutile à son propre intérêt, est essentielle à un organe supérieur, à une destinée plus grande, à une volonté plus mystique.

Elles n’ont que faire de cette vie grouillante dont la glaise est la nation. Elles ignorent que c’est cette vie, ainsi que la mort de cette vie, qui lui offre son nectar. Elles l’ignorent et les ignorent.

Une fois installées, il est impossible de les faire partir. Elles ancrent leur destin pour l’éternité, jusqu’à ce qu’elles s’effritent de l’intérieur, ce qui est la fin de leur éternité. Mais même au-delà de cet infini, une partie d’elle subsistera, à jamais enracinée, témoin d’une gloire passée, mais n’étant désormais plus que le cadavre d’un destin éculé et qui n’a plus l’utilité que de, dans une ironie qui constitue l’essence de notre monde, nourrir d’autres ramures souterraines.

En attendant ce sort funeste, elles progressent, avancent, s’enfoncent, percent, soulèvent, contournent, entourent, s’ancrent et se figent comme une fondation inamovible. Leur destin est pluriel, mais simple. Elles progressent, avance et s’enfoncent sans réfléchir. Elles percent, soulèvent et contournent sans se rendre compte des obstacles. Elles entourent, s’ancrent et se figent, car tout repose sur elles.


Qu’est-ce que la beauté ?

La beauté, c’est le socle majestueux dressé vers le ciel, qui émerge des tréfonds pour octroyer la vie à son être sibyllin, qui est un phare dressé s’offrant à la faune, la flore et à sa propre existence, qui serait d’une laideur monstre s’il était livré à lui-même, mais qui est en réalité le canevas d’une beauté aussi complexe que complète, car il n’existe pas deux troncs qui offrent aux yeux la même peinture.

Mais il n’y a pas que cette esquisse métaphorique qui s’épanche sur sa peau écorchée, il est aussi l’échafaudage d’une vie qui se décrit à de nombreuses échelles. La plus petite d’entre elles se cachent sous sa peau, peinant à se prémunir des instincts de chasse de plus gros, dont les attributs sont spécialement fuselés pour percer celle-ci. Les plus imposants et plus agiles s’en servent à loisir d’abri, de garde-manger ou d’aqueduc. Les derniers, enfin, ont la patience des basidiomycètes et parasitent l’écorce dans un effort de survie.

C’est un pilier de la vie bien au-delà de son corps, car avec ces confrères ils soutiennent l’ombrageuse canopée qui offre un refuge aux être qui fuient les yeux célestes ou les rayons de feu. En famille, ils offrent un labyrinthe aux proie qui courent et aux prédateurs qui guettent. Ils sont le soubassement de la Vie

Le socle est généreux, car dans son immobilité séculaire, il permet à tant d’autres de se mouvoir et de vivre. Cette générosité s’étend bien au-delà de la mort, car lorsque la sécheresse et la pourriture auront pris la place de sa sérénité, la vie n’en sera que plus importante, grouillante et rampante.


Qu’est-ce que la beauté ?

La beauté, c’est l’expansion fractale d’appendices qui explosent en milliers de mains sinoples. Partant du tronc, les nœuds mènent à d’autres nœuds qui mènent à d’autres nœuds dans une répétition exponentielle qui mène à une asymptote aussi dense que la surface d’une sphère pleine.

Cette infinité est porteuse d’ares cent fois plus conséquente que le sol sur lequel son pilier est posé, car la complexité est synonyme d’optimalité. Une optimalité dont la fonction première est de capter le nectar doré qui s’écoule de l’astre chaud, ainsi les innombrables mains sont tournées vers le ciel, suppliant pour avoir l’énergie d’accomplir le cycle de vie de cet atome forestier.

Le sang de jade affleure à cet endroit, s’abreuvant de la chaleur solaire avant de replonger dans le tube de copeaux. La sensibilité de l’être est la plus forte à l’extrémité de ses membres, car les ramures ne sont que le proxy entre la nutritive terre et les frondaisons lumineusement perméables.

Mais c’est lorsque le vent les caresse qu’elles révèlent leur plus beau secret : une harmonie mélodieuse, subtile et complexe, qui se superpose au chant aphrodisiaque des passereaux qui s’en servent comme promontoire. Ainsi, la vie prend tout son sens dans le creux de l’oreille des animaux et des observateurs qui ont l’intelligence de rester silencieux. Et lorsqu’elle se détache enfin, la petite pelure végétale n’émet dans son dernier souffle que le bruissement ponctuel de sa courbure qui se pose sur le tapis auburn formé des millions de ses congénères tombées avant elle.


Qu’est-ce que la beauté ?

La beauté, c’est l’apparition miraculeuse d’un grain de vie, qui s’extrude de l’armature rigide qui en est la matrice et expose sa tendre fragilité aux merveilles du monde.

C’est une explosion de couleur et de senteur, qui lance un appel retentissant à la faune bariolée pour qu’elle l’aide à engendrer une génération nouvelle. C’est une explosion de couleur et de saveur, qui lance un appel retentissant à la faune volante et grimpante, pour qu’elle transporte le plus loin possible les petites étincelles de vie qui se cachent au creux de ses chairs.

La fleur est le fleuron de l’organisme, qui met tout en œuvre pour assurer le futur bois vert. Le fruit est le fruit de son travail acharné, la recette de ces nutriments accumulés et très justement dosés, pour être sûr que les petites mains le choisisse. C’est cette complexité ultime qui sonne le pinacle de la beauté de l’être, car tout y converge, de la plus vulgaire racine jusqu’à la plus fine branche.

C’est une bouffée grandiose, une inspiration profonde avant un grand souffle où culmine sa beauté dans la mince brume jaune et les jus sucrés qui sont jetés au monde. Cette respiration cyclant sur une année entière, laissant à chacun de contempler chaque mouvement qui l’anime. Ainsi, avec tous les individus en cœur, c’est la sylve tout entière qui respire à plein poumon pour croitre et s’épandre, un but qui se suffit à lui-même. Un but qui peint un tableau somptueux sans le vouloir. Un but qui s’appelle la luxuriance.


Qu’est-ce que la beauté ?

La beauté, c’est quand le jonc dépose son dernier souffle, sa dernière chance de féconder la terre, avant de s’abattre sur cette même terre. Son sang est lentement drainé, son écorce lentement asséchée. Parfois, il vit plusieurs décennies de mort avant de choir, parfois il choit presque immédiatement, abattu par la lassitude ou l’instrument d’un bourreau.

Mais le bois mort n’est pas à proprement parlé une mort. C’est le début de la vie, car si son corps n’est, pour un sujet, plus qu’un déchet dépourvu d’âme, il se transforme en abris, en terre fertile où se mettent à habiter nombre d’animaux, de végétaux et de champignons, ce qui représente mille fois plus de vie que celle qui l’habitait quand il se tenait encore debout. Un petit monde qui n’existe que parce que l’écorce qui en est la terre a un jour connu la vie. Ce monde mettra de nombreuse années à être épuisé, tant la quantité de nourriture et la possibilité d’y trouver socle ou refuge sont grandes. Mais il finira par sombrer, comme tous les mondes.

Puis, quand ce corps usé aura perdu tout substance matérielle, que seuls d’abris effondré il ne peut être considéré, de champs épuisés pour les petites vies, il va pouvoir se fondre dans cette terre qui l’a si longtemps porté. Il se glissera alors sous le tapis douillet qu’il a longtemps contribué à pouvoir, et faire don de tout ce qu’il reste de son essence au manteau minéral qui nous a tous porté et nous portera tous, qu’on ignore et piétine à chaque instant. C’est après tant d’année, autant que sa propre vie, qu’on peut effectivement voir que ce corps et devient cendres.

Le cycle se renouvelle, éternel, car ces cendres deviennent le terreaux des nouvelles pousses.


Qu’est-ce que la beauté ?

La beauté, c’est l’équilibre d’un monde complexe.

Heureuse(s)

Cité de La Féria, région des Milles-lacs, année 2066 du calendrier divin.

“Tiens-toi droite, Yot’.“

J’obéis machinalement, alors que ma sœur ajuste un peu plus d’épingles dans mes cheveux.

“Tu peux me rappeler pourquoi c’est pas moi qu’ai choisi ma coiffure ?” je lui demande.

“Parce que je suis ton aînée, que je suis déjà mariée et que moi, au moins, j’ai bon goût.” Elle ponctue sa réponse d’un petit rire espiègle.

Je baisse les yeux vers mes chaussures pour cacher mon sourire. Les souliers à hauts lacets dont je suis parée sont assez confortables et, il faut le dire, très élégants. Ma mère est en train d’y accrocher des petits fanions aux couleurs de notre famille. “Il ne faut pas négliger les détails.” murmure-t-elle à elle-même.

“Je vais serrer ton corset,” m’avertit mon père dans mon dos, lacets en main, “préviens-moi si c’est trop étroit.”

Il entreprend alors de tirer gentiment les lanières de cuir jusqu’à ce que je lui dise d’arrêter.

Pendant que ma famille s’occupe de moi, je laisse mon regard vagabonder par la fenêtre. Un passereau se pose sur la branche d’un cerisier et se met à chanter.

Mon sourire s’élargit un peu plus. C’est agréable de se sentir belle, apprêtée, tout en étant de centre d’attention de toute sa famille.

Je me rends compte alors que c’est la première fois que souris depuis l’annonce de mes fiançailles, il y a huit mois.

Ce constat agit comme un rappel à la réalité et me fait l’effet d’une enclume qui tombe sur ma tête. Mon sourire s’évapore d’un coup. Je change involontairement de position sur mon tabouret, ce qui provoque un éclat de douleur là où les baleines du corset percent mes côtes.

“Aïe !”

“Désolé. Attend, je desserre un peu.” Je l’entends manipuler les lacets de cuir, mais je ne sens pas vraiment de différence. C’est à l’image de ce qu’est ma famille : des personnes très aimables en façade, mais qui veulent me façonner, me faire rentrer dans un moule. Un moule aux couleurs de la noble maison Télehume dont je suis la cadette. Je n’ai jamais rien choisi dans ma vie : ni la coiffure que j’arborais, ni les souliers dont j’étais chaussée, ni les vêtements que je portais…

Ni même la personne que j’allais épouser.

J’ai presque toujours su que j’allais être l’objet d’un mariage arrangé. Il y a presque dix ans, ma sœur a épousé l’ainé d’une maison mineure dans le but de l’absorber. Ce jour, j’ai compris qu’on me réservait aussi comme monnaie d’échange pour une alliance politique.

Mais j’ai toujours pu rationaliser en me disant que l’amour était un sentiment forgé avec le temps. Je me disais que pour peu que mon futur mari soit une personne décente, j’aurai toute ma vie pour en tomber amoureuse.

Après tout, c’est ce qui est arrivé à mes parents : fruit diplomatique d’une puissante alliance, ils ont fini par asseoir la puissance de leur maison respective à travers un mariage stable et aimant. Je les ai toujours connus amoureux, alors qu’ils se sont rencontrés le jour de leur mariage. J’espérais que cela se passerai de la même manière pour moi.

Je me souviendrai toujours du jour où ma mère est venue m’annoncer mes fiançailles. Elle avait dit : “Ma fille, j’ai une grande nouvelle à t’annoncer. Tu vas te marier. Grâce ton union, nous allons former une alliance militaire avec la maison Auriam.”

Je suis restée interdite un instant, ne comprenant pas la situation. “Mais, mère, si je me souviens bien, le seigneur Auriam n’a pas de fils à marier, juste une fille…”

C’est dans le regard incrédule de ma mère que je compris que mes espoirs d’amour avaient été vains.

Moi, Yotora Télehume, femme hétérosexuelle, allait épouser une autre femme.

Depuis ce moment, au cours des huit mois qui ont suivi cette annonce, j’étais désespérée. Je suis condamnée à être enfermée dans une relation qui ne me correspond pas. Qui ne pourrait jamais me correspondre. Les mariages homosexuels, même arrangés, ne sont pas vraiment rares, mais mon esprit empli de déni n’avais jamais envisagé cette possibilité.

Soudain, des coups lourds frappent à la porte. Le souvenir douloureux s’estompe et je reviens à la réalité.

Mon père va ouvrir la porte. Il s’agit du majordome de la maison Auriam, venant voir si j’étais prête pour la cérémonie.

“Oui, elle est prête.” lui répond-il. Un peu stupéfaite, je constate que ma rêverie douloureuse a duré assez longtemps pour qu’ils finissent de m’apprêter. Ma sœur place alors un grand miroir devant moi et m’invite à me lever pour me contempler.

Je suis effectivement magnifique. Une longue robe rose et rouge, avec des doublures blanches un peu partout, Des rubans colorés soigneusement entremêlés dans mes cheveux dans une coiffure sophistiquée et des bottines blanches, à hauts talons, auxquelles sont noués des petits fanions discrets de couleur bleu or.

J’enfile les longues mitaines de soie que me sœur me tend, couvrant mes bras jusqu’au-dessus du coude.

Je sens sa main s’attarder sur mon épaule. Quand je tourne mon regard vers elle, je vois la compassion dans ses yeux.

“Ne t’inquiète pas.” Me glisse-t-elle à voix basse. “Je l’ai déjà rencontrée. Elle est très gentille.”

Ces mots me touchent. Le fait de savoir que, à défaut d’amour, je passerai ma vie avec une personne décente atténue un peu ma tristesse. Un peu.

Ma mère me saisit par le bras et m’entraîne hors de la pièce.


À l’image des deux maisons majeures en train de sceller une alliance, le jardin où a lieu la cérémonie est somptueux.

Il fait la taille de deux grands champs. Un tiers de sa surface est recouverte par d’immenses parterres de fleurs, laissant juste assez de place pour marcher et se réunir en petits groupes entre les massifs efflorescents. Les fleurs sont de toutes les espèces et de toutes couleurs, dans un entremêlements de tracés sophistiqués, mêlant virtuosité, esthétisme et symbolisme.

Les arbres, parsemés de loin en loin, sont décorés d’arabesques colorées tracées à même l’écorce à l’aide de peintures spéciales, faisant s’entremêler les couleurs des deux maisons qui s’unissent. Ces peintures seront laissées telles quelles jusqu’à ce que la pluie les lave, témoins de l’évènement pour quelques semaines encore.

À quatre emplacements, chacun situés à distance égale du centre du jardin, se trouvent des estrades. Sur chacune trône une formation musicale différente, allant du groupe de musique traditionnelle au barde de renommée mondiale.

Le clou de la décoration reste l’estrade centrale. Elle est située au bout d’une allée tracée par deux très longues rangées de bancs bleus, autour desquels les longues tables de banquet, pour le moment vide, sont disposées.

L’estrade centrale est immense, obligeant tous les convives à lever la tête pour en voir le sommet. Elle se tient juste entre deux beaux cerisiers en fleurs, dont les branches se rejoignent dans une grande arche florale, qui accueillera les deux épouses et les deux marieurs.

Tous les convives sont déjà présents. Ils sont éparpillés dans le jardin, loin des bancs pour le moment, en petits groupes de discussion. On peut entendre une musique traditionnelle qui est interprétée par un petit orchestre, lui aussi traditionnel.

Ce décor se découvre à mon regard derrière le fin voile blanc qui sert à me cacher. Ainsi en est la coutume : les futures mariées doivent rester à l’abri des regards jusqu’à ce qu’elles entament leur progression vers la grande estrade. Mais le voile est assez fin pour qu’elles puissent observer la foule à leur discrétion.

Ainsi je découvre les coûteuses –mais somptueuses– décorations que ma famille et celle de ma future ont préparé.

Ma promise est proche de moi, mais une draperie épaisse nous sépare. Il nous est interdit de nous voir avant d’avoir prononcé nos prières aux dieux, qui est l’acte qui scellera notre union.

Nos familles respectives se trouvent derrière nous. Elle accompagneront notre avancée dans l’allée centrale.

Je me perds dans la contemplation de décor irréel. J’ai du mal à assimiler le fait que tout cela a été préparé pour moi, en mon honneur – même si en vérité il faudrait plutôt dire en l’honneur de ma famille, et de celle de ma fiancée.

Une trompe sonne une fois, annonçant que la cérémonie va bientôt commencer. Les convives se précipitent lentement vers les bancs, chacun désireux d’être le plus près possible de l’estrade, tout en laissant les bancs la première rangée libres pour accueillir la famille proche des fiancées.

Après cinq minutes, une fois tout le monde assis, la trompette sonne trois fois, marquant le début de la cérémonie. La musique change alors, passant à un morceau entraînant aux envolées lyriques interprété par un orchestre harmonique, car il est coutumier que les différentes formations musicales, sur leur estrade respective, s’enchaînent les unes après les autres au fil des festivités, à chaque fois dans un style différent du précédent, parfois avec des paroles, parfois sans.

Le voile devant nous tombe et l’assemblée nous découvre. Le drap qui se situe entre nous reste dressé.

Les deux marieurs arrivent, habillés de longues robes rouge et or, couronne de fleurs roses sur la tête.

La première marieuse est de haute noblesse, représentante de la plus grande famille de la région des Mille-Lacs. Sa présence indique que ce mariage est sous la protection de la tradition toute entière. Elle est grande, fière, a le visage austère et légèrement altier.

Le second marieur est un ovate, un spécialiste des dieux locaux. Il est présent pour guider la cérémonie et s’assurer que les dieux sont satisfait de l’évènement.

La noble se place à l’avant et l’ovate à l’arrière. Ils se saisissent chacun d’un côté du drap et le soulève, de manière suivre notre progression vers l’estrade.

Nous commençons à marcher dans l’allée, d’un pas lent et cérémonieux. Nos familles forment leur procession et nous suivent.

Je ne peux toujours pas découvrir mon épouse. J’entraperçois son ombre, qui caresse timidement le tissu nous séparant quand un rayon de soleil daigne dessiner sa silhouette.

Nous faisons quelques pas sans nous adresser la parole. Usuellement, la marche vers l’estrade est le moment où les futures mariées échangent quelques mots à voix basse. C’est voulu pour les rassurer, leur confier une intimité face à la foule afin de surmonter le trac qui s’ensuit.

Puis une voix claire et douce vient percer le voile.

“Bonjour…”

Je bafouille une réponse qui n’est certainement pas assez forte pour qu’elle l’entende.

“Nous n’avons jamais été présentées,“ enchaîne la voix d’un ton léger, “je m’appelle Pravée.“

Un peu raide, je lui réponds. “Enchantée Pravée, je suis Yotora Télehume.”

En entendant cela, elle rit d’un petit éclat contenu. “Ce n’est pas la peine d’être aussi formelle, Yotora. Nous sommes vouées à passer beaucoup de temps ensemble, alors autant se sentir tout de suite à l’aise, l’une avec l’autre, n’est-ce pas ?”

Je reste silencieuse, profitant de l’instant pendant quelques secondes. Je ne saurais pas dire précisément pourquoi, mais cet échange m’apaise. La légèreté de sa voix et de son attitude. “Est-ce que je peux vous… Est-ce que je peux te poser une question ?”.

“Bien sûr.”

“Es-tu lesbienne ?”

Juste après l’avoir dite, je regrette d’avoir posé cette question de manière aussi brusque. Je cafouille une excuse mais elle me coupe pour me répondre.

“Oui. Mais j’ai ouï dire que ce n’était pas ton cas. Tu es inquiète ?”

Je fixe mes chaussures qui battent l’herbe au rythme de mes pas lents.

“J’aimerais avant tout que tu te sentes bien avec moi”, reprend-elle, “que l’on se sente bien ensemble.

“Ce mariage est une opportunité pour nos familles respectives, mais nous pouvons le changer en opportunité de prendre soin l’une de l’autre, en marge de tout affect romantique.

“Le pire qui puisse nous arriver, c’est qu’on doivent respectivement passer nos vies avec une personne qui nous délaisse. J’aimerais autant éviter le pire, n’es-tu pas d’accord ?”

J’écoute son apologue avec patience. Depuis le début je me sens perdue, mais elle a l’air de savoir où elle veut aller. Et elle semble vouloir m’emmener avec elle.

“Tu veux dire, qu’on soit amies ?” je lui demande.

Nous nous stoppons. Je constate avec une légère amertume que nous sommes déjà en bas de l’estrade. La marieuse qui tient le voile à l’avant réajuste sa prise, puis commence à gravir l’édifice par l’escalier prévu à cet effet. Pravée et moi la suivons, toujours isolée l’une de l’autre.

“Oui, c’est exactement ça que je veux dire, Yotora.” me répond-elle enfin. Son timbre est si doux que c’est comme si je pouvais entendre son sourire à travers ses paroles.

Nous gravissons les dernières marches de l’estrade quand elle ajoute : ”J’ai hâte de découvrir ce que tu m’as préparé !”

J’ai envie de lui donner une réponse, de lui exprimer la réciprocité de mon transport, ne fut-ce que par politesse, mais je mets trop de temps à réfléchir et notre ascension arrive à son terme.

Le silence nous est imposé. L’orchestre s’interrompt. L’assemblée, qui murmurait jusque là des commentaires à notre égard, se tait également.

Ce silence de plomb dure plusieurs minutes. J’attends, face à la foule, le signal des marieurs pour la suite.

Les deux ecclésiastiques se tournent alors vers moi, m’indiquant d’un signe de la tête que c’est à moi de commencer. Je balai des yeux le sol autour de moi et finis par trouver ce que je cherche. Trois pinceaux et trois pots de peinture, de couleur rouge, orange et vert.

Je prends un des pinceaux puis me tourne vers les pots de peinture. Je réfléchis un instant à avec quelle couleur je devrais commencer, avant d‘opter pour l’orange. Je me retourne face au drap puis, après m’être assurée que la toilé était bien tendue par les officiants, je commence à peindre.

Dans la Tradition Expressionniste, chaque époux doit exprimer ses vœux à l’autre sous la forme d’une expression d’art. Moi-même je ne suis pas une grande artiste, au bas mot médiocre, mais j’affectionne la peinture. J’y consacre quelques heures par semaine. Je n’ai pas vraiment la fibre artistique, mais ça me détend.

Bien sûr, je me suis entraînée en vue de cette cérémonie. Mais je ne suis pas complètement confiante. Un drap n’est pas un canevas, et je veille bien à ce que mes gestes soient mesurés pour que le trait imprègne correctement le tissu et ainsi que l’image dessinée soit aussi élégante du côté de ma fiancée que du mien.

Mais je me suis surtout appliquée à choisir une représentation adéquate et pleine de sens. Utiliser la draperie comme support a été ma première idée. Cela me permet de me montrer originale tout en permettant d’en faire directement profiter ma future épouse. Il ne me restait plus qu’à trouver un sujet.

Au départ, j’avais pensé à une rose, dont les différentes symboliques sont très largement connues. Mais c’était trop simple et peu original. Pour marquer le coup –et honorer ma famille– j’ai plutôt choisi une fleur à la symbolique plus subtile : la fleur du câprier.

Je commence donc à dessiner des pétales orange, renvoyant aux espèces de câprier poussant au pays de Vael et des plaines alentour. Le câprier de Vael est connu pour être d’une persistance légendaire, n’ayant besoin que de très peu de ressources pour survivre. Il est également très peu envahissant, ce qui en fait un arbrisseau parfait pour décorer les jardins. Enfin, c’est une énigme pour les botanistes car bien qu’il soit très persistant, il ne pousse naturellement que dans un climat particulièrement doux.

Le câprier de Vael est donc un symbole de résilience et recherche de paix. J’avais trouvé que c’était une image subtilement adaptée pour un mariage forcé qui ne me rendra pas heureuse.

Cependant, après la petite discussion que j’ai eu avec Pravée, je trouve cette idée un peu amère. Bien sûr la symbolique ne vient pas entacher notre échange, mais je ne suis plus dans le même état d’esprit que lorsque j’ai pensé à cette peinture.

Une fois les pétales terminées, je me saisis alors de la peinture rouge. Par nature, le câprier de Vael a de longs et innombrables pistils jaunes. Mais il existe une espèce de câprier, le câprier épineux de Vael, qui a un pistils rouge. Cette espèce ne pousse que près des étangs forestiers qu’on peut trouver au pied des Pic Acerbes, la plus haute chaîne de montagne du monde.

Cela altère un peu la symbolique originale et représente pour moi une petite touche de solitude, que seuls les plus perspicaces dans l’assemblée pourront comprendre. Mais cela évoque aussi l’eau. Ayant grandi dans la région des Mille Lacs, j’ai un amour tout particulier pour les étendues d’eau.

Une fois les pistils terminés, je décide d’apporter la touche finale à mon œuvre : la tige. Cette espèce de câprier est, comme son nom l’indique, épineuse. Je dessine donc la longue tige verte et, répartis à intervalle régulier, de petits ovales orange. Ainsi, avec un peu de recul, on a l’impression que toutes les épines ont été arrachées.

Je fais quelques pas en arrière pour contempler mon œuvre. Je la trouve pas mal, étant donné le support. J’espère simplement que ma future saura l’apprécier.

Je laisse tomber les pinceaux. Quelques murmures critiques s’élèvent, autant du côté Téléhume que du côté Auriam de l’assemblée. J’essaie de ne pas y prêter attention.

Voyant que j’ai terminé, les deux marieurs pivotent et se tourne vers Pravée, toujours en tenant le drap entre nous.

Le silence enveloppe de nouveau toute la scène. Comme le drap est maintenant couvert de peinture fraîche, je ne perçois même plus l’ombre de ma promise.

Pendant de longs instants, rien ne se passe. J’en viens presque à me demander s’il n’y a pas un problème, lorsque soudain…

Je suis étourdie par la beauté subite d’un son cristallin qui déchire radieusement le silence. D’une douce puissance, aussi aigu que léger, il caresse mes oreilles et celles de l’auditoire comme la douce et chaude brise qu’on ressent à la fin de l’hiver, quand la fraîcheur glace cède enfin sa place au tendre baiser de la saison sèche.

Le son dure quelques longues secondes, avant de changer finalement de ton.

C’est quand commencent à s’enchaîner les notes que je comprends qu’il ne s’agit pas d’un instrument, mais de la voix de Pravée. Une magnifique voix de soprano, qui navigue sur les hauteurs de la tonalité comme un esquif agile effleure les vagues agitées de la mer.

Le chant est somptueux, et l’espace de quelques instants que je me retrouve transportée par la mélodie et ses envolées.

Je reviens à moi cependant, quand je commence à comprendre les paroles.

… Que je suis forte d’emprise et d’émoi
Serait-elle la compagne idéale ?
Une femme, une toile, un don floral
La rosée des Télehume, Yotora !

J’ai peine à y croire. Elle improvise.

Ce n’est pas qu’une chanteuse, c’est avant tout une poétesse.

Un frisson parcourt mon échine. Cette chanson est pour moi ? Aussi impersonnelle qu’était mon œuvre, ma future a été capable de chanter une ode à mon égard à partir de la seule chose qu’elle savait de moi : la peinture que j’ai faite pour elle.

Je me sens soudainement minable. Est-ce tout ce que je suis capable de faire ? Une répartie insipide et dessin fade ? Alors qu’elle a parfaitement maîtrisé la discussion, son rassurement et son art ?

Le chant se termine sur une note douce et légère. Le silence revient, faisant un lourd contraste avec le chant virtuose. J’ai l’impression que quelqu’un me tire les jambes par les chevilles pour me raccrocher au sol.

L’ovate, au plus proche de la foule, prend alors la parole, aussitôt accompagné par les musiciens traditionnels.

“Les deux personnes se trouvant de part et d’autre de l’estrade sont des sommités, représentantes de deux des plus grandes maisons de la région. À ma droite, Yotora de la maison vrécoltant Télehume. À ma gauche, Pravée de la maison vrévivant Auriam.“

L’ovate continue son monologue destiné à la foule, probablement conjointement écrit par nos deux familles. Mon attention est entièrement captée par la personne de l’autre côté du drap, qui ne bouge ni ne fait le moindre bruit.

L’espace d’un instant, je me demande si elle est encore là. Ce sentiment me glace, mais je parviens à rester rationnelle et me rappelle que, comme moi, elle doit attendre patiemment la fin de l’apologue.

“En ma qualité d’ovate, j’invite les deux femmes ici présentes à présenter leurs vœux à Uxa, dieu veillant sur les plaines alentour…”

C’est le moment où nous allons devoir adresser nos prières aux dieux.

“… à Ferria, déesse tutélaire du lac Ferreux…”

Le nombre de dieux à honorer lors d’un mariage est conséquent. Je laisse l’ovate continuer sa tirade, non sans une certaine impatience.

“… à Miléa, déesse veillant sur la région des Mille-lacs…”

L’assistance aussi à l’air de s’impatienter. Elle s’agite, car après deux démonstrations artistiques –dont une de grande qualité qui plus est– un acte aussi formel semble un peu insipide. Même s’il est important –très important– d’honorer les dieux, je me demande s’il n’existe pas de manière plus agréable de le faire.

“… aux dieux d’en-haut pour qu’ils leur apportent chance et bonheur…”

Je me demande ce que Pravée en pense. Elle semble immobile, attendant sagement son tour, mais là encore, je ne peux pas la voir. Qui sait si je pourrais lire l’impatience sur son visage s’il m’étais donné de le contempler ? Je me rends alors compte que ma fébrilité doit être visible de toute la foule. Je raffermis mon expression. Il ne faut pas fléchir.

“… et aux dieux d’en-bas pour qu’ils leur apportent prospérité et protection.“

L’ovate a enfin fini. Je réprime un soupir de soulagement.

La marieuse, dans un mouvement inconfortable dû au fait qu’il devait toujours tenir le drap, puise dans sa ciboire et en sort deux bouteilles de vin, qu’elle dépose par terre, de part et d’autre de la séparation. Je sens peser sur moi le regard de l’ovate, m’invitant derechef à m’exprimer en premier.

Je ramasse donc la bouteille qui m’est destinée. Sans trop m’y attarder, je lis l’étiquette manuscrite qui y est apposée. Il s’agit d’un Cépage des plateaux de Fer, un très bon cru pour ce que j’en sais. Je la débouche et laisse choir le bouchon.

Je dispose mes mains devant moi, perpendiculaires au sol et paumes tournées vers l’intérieur, toujours en tenant la bouteille. Je prends la parole en élevant la voix pour que toute l’assemblée perçoive ma prière.

“Uxa, dieu des plaines, veille sur cette union et fait que la cérémonie soit un moment de divine allégresse pour tous.” Je conclus ma phrase par le versement d’une libation sur le sol, en prenant soin de la verser par-delà l’estrade, directement dans l’herbe.

“Ferria, veille sur notre maisonnée, où que nous logions, et porte nos vœux à travers le pays.“ Derechef, une libation.

“Miléa, fais en sorte que nos paroles et nos actes apportent gloire, honneur, richesse et humilité sur les deux maisons qui scelle une union.“ Une troisième libation.

Je prends une seconde pour respirer. S’adresser directement aux dieux, en particulier devant une foule, est plus fastidieux que ce que j’avais imaginé.

Et le plus dur reste à faire.

Une fois mon souffle calme, je tourne les paumes vers le ciel. C’est assez délicat de le faire sans échapper la bouteille, mais je n’ai pas le droit à l’erreur. Toute incartade au moment le plus solennel de la cérémonie serait terrible pour l’image de ma famille.

L’image de ma famille. Je ne cesse d’y penser depuis que je suis sur l’estrade, probablement parce que rien de ce qui s’y passe n’est destiné à mon bien-être. À défaut de mon bonheur, il ne reste que mon nom à honorer.

“Dieux d’en-haut, apportez-nous chance et fortune au cours de notre vie conjointe, et puissiez-vous nous porter vers le dénouement séculaire de nos existences.“

Une fois de plus, je verse une libation. Je fais bien attention à verser un peu plus de vin pour ces dieux-là. Cela de fait pas vraiment partie de la coutume, mais les dieux d’en-haut m’ont toujours inspiré la crainte. Responsables de la bonne fortune et de l’avancée inexorable du temps, j’ai toujours eu l’impression que je n’étais pas dans leur bonne grâce.

Puis, enfin, je tourne mes paume vers le sol. “Dieux d’en-bas, préservez-nous de maladie et des maux dont l’existence humaine est pourvue, comme nous resterons pieuses toute notre vie.”

Je penche la bouteille une ultime fois, et comme je l’avais bien calculé, la bouteille est complètement vide à l’issue de l’hommage.

C’est maintenant au tour de Pravée de déclarer ses vœux aux dieux.

Son discours ne se démarque pas du mien. Et pour fait : il s’agit exactement du même. Comme les prières ne doivent pas être prononcé à la légère et que c’est la réputation des deux familles qui est en jeu, les seigneurs de nos deux maisons –à savoir ma mère et le père de Pravée– les ont rédigées ensemble avant de nous les faire apprendre par cœur.

Alors, plutôt que d’écouter les mots, je me laisse transporter par le fluet dansant de celle qui est désormais ma femme. Car c’est au moment où les vœux sont déclamés aux dieux que le mariage est acté.

Ce discours est donc le chant du cygne de mon célibat volontaire et de mes espoirs d’amour. À l’instar du panégyrique velouté mais sans substance de ma jeune moitié, cet instant est doux-amer. La porte de la cage dorée se ferme ainsi sur moi.

Je tente en vain de mettre en bride mes émotions, mais ne peux empêcher une larme de s’échapper fautivement de la commissure de mon œil pour aller creuser un sillon humide à travers mon maquillage qui jusque là était parfait.

Puis, sur ordre de l’ovate, le drap tombe, et je peux enfin découvrir le visage de ma femme.


Je garde les yeux fermés. Juste quelques instants encore, je me dis. Le son régulier des vagues s’échouant sur les berges du lac m’apaise.

Je sens quelque chose de soyeux effleurer le dos de ma main. Pravée.

“Tu peux me laisser une minute de plus ?” dis-je sans rouvrir les yeux. “Je ne me sens pas tout à fait prête.“

“Pas de soucis. Je voulais juste te signifier que j’étais toujours là, avec toi.”

Un courant d’air léger fait bruisser les buissons autour de nous.

“Nous sommes seules”, appuie-t-elle, “et nous avons tout notre temps.”

J’inspire profondément par le nez. J’ai l’impression que c’est la première fois que j’arrive à prendre une bouffée d’air frais depuis la cérémonie.

Nous sommes actuellement aux abords du lac Ferreux, à l’abri des regards indiscret au sein d’un petit bosquet.

La tradition veut qu’après les vœux, les épouses descendent de l’estrade et partent s’isoler dans la nature, dans un coin convenu à l’avance, afin d’avoir l’intimité nécessaire pour faire connaissance – même s’il est courant que, lorsque les époux étaient en couple avant le mariage, ils s’adonnent à une autre forme d’intimité.

J’expire par la bouche. Je me sens recouvrer le contrôle de mes sens.

J’ouvre enfin les yeux. L’étendue aqueuse couvre la majorité de mon champ de vision, jusqu’à une petite ligne horizontale au loin.

La main de Pravée effleure de nouveau la mienne. Je sens sa présence à ma droite, légèrement en retrait. Émane d’elle un halo de léger trouble.

Je me perds dans la contemplation du lac. “J’aimerais te poser une question, Pravée”, lui dis-je.

Je la sens se figer, à l’écoute.

“Est-ce que je peux te faire confiance ?“

La question me semble absurde, tournée ainsi, au vu de nos interactions jusque là. Alors je décide de préciser.

“J’ai l’impression que tu es une personne bien, mais j’ai peur que ça cache autre chose. J’aimerais entendre la vérité, de ta bouche.

“Les dés sont jetés pour moi, nous sommes unies jusqu’à la mort pour le bien de nos familles respectives. Je ne ferai jamais en sorte de rompre ou de braver cela. Ne soit donc pas inquiétée, tu n’as pas besoin de façade. Ce que tu pourras m’avouer ne changera pas mon comportement.

“Mais j’ai vraiment besoin de savoir. Si tu me réserves une vie toxique, néfaste, j’ai besoin de m’y préparer.“

Le silence tombe. Lourd. J’espère que poser la question de manière aussi directe la poussera à être sincère. Je sens des larmes me monter aux yeux mais je fais tout pour les retenir.

C’est après ce qui me semble être une éternité qu’elle me répond enfin.

“Tu as si peur de moi ?“

Mes yeux s’embuent. Je les clos pour m’empêcher de pleurer, mais une larme s’échappe malgré tout.

“Je ne te dirai pas ce que tu veux entendre, tout simplement parce que c’est faux. Tu es libre de me croire ou pas.“

J’ai effectivement du mal à la croire. Pourquoi ? Je ne sais pas vraiment.

“Mais j’ai une question à te poser,“ reprend-elle, “est-ce que tu m’aurais posé cette question si j’étais hétéro ?“

Surprise, je me tourne vers elle. Son regard s’est sensiblement endurci.

“Non, je… c’est pas ce que je voulais dire“ balbutiais-je.

“Réponds moi honnêtement, s’il te plaît.“

Je baisse les yeux. La question est légitime. Aurais-je posé cette question si elle avait eu la même orientation sexuelle que moi ?

“Non,“ je réponds, sans lever les yeux. “Si tu avais été hétéro, j’aurais pas posé cette question.“

“Est-ce que tu sais pourquoi ?“

Je réfléchis un instant sans parvenir à trouver de réponse satisfaisante. Aucune raison logique du moins.

“Tu as peur que notre relation soit asymétrique.” répond-elle à ma place. “Tu as peur que parce que j’aime les femmes, j’aurais de facto un ascendant sur toi. Parce que j’arriverai à vivre cette relation comme une relation normale.“

Elle a raison. C’est effectivement une crainte qui m’habite. Je ne sais pas si c’est ce qui a effectivement motivé ma question, mais cette peur, je la ressens bel et bien.

“Mais je vais te dire une chose : je n’aime pas les femmes hétéros. Je n’aime que les lesbiennes.“

Comme je lève vers elle des sourcils froncés, elle explique : “Crois moi, j’ai déjà eu le béguin pour toute sorte de femmes. Mais l’amour, le vrai, celui qu’on construit autour d’une relation, je ne peux le connaître qu’avec une femme homosexuelle.“

Elle a mis une emphase particulière sur le mot relation. En effet, l’amour, le couple, se définissent au-delà de l’orientation sexuelle.

“Dans ce couple, je suis exactement dans la même situation que toi : coincée avec une femme de qui je ne pourrai jamais vraiment tomber amoureuse…“

Un voile de tristesse recouvre son visage. Je la dévisage. Elle m’apparaît soudainement sous un jour nouveau – sous son vrai jour. Elle n’est pas la femme que j’avais pressentie lors de la cérémonie, pleine d’aménité parce qu’elle était au-dessus de mes craintes et de mon malheur. Elle n’est qu’une femme qui a fait don de gentillesse et d’espoir parce qu’elle-même en avait cruellement besoin.

Pour la deuxième fois aujourd’hui, je découvre une femme que je ne connaissais pas. Un silence navré nous enveloppe, me laissant l’occasion de redécouvrir le tableau qui m’a été offert en mariage.

Le reflet du soleil déclinant coule dans ses longs cheveux auburn, des cheveux incroyablement soyeux qui se laissent soulever par le vent avec une légèreté sans égale. Son teint, très clair, fais ressortir la profondeur de ses yeux en amande, couleur bleu lagon, et l’expressivité de ses traits, parsemés de petit rides espiègles. La touche finale de ce tableau somptueux, vide de tout maquillage tant il est parfait, est sa lèvre inférieure, écarlates et parsemées de petites paillettes argentées.

Ses vêtements sont d’une simplicité élégante. Sa tunique de soie brune est fendue des épaules jusqu’au bout des manches, n’ayant pour fantaisie que quelques broderies noires. Elle descend jusqu’aux genoux, ouverte en haut et en bas pour mettre en valeur son décolleté d’une part et son nombril d’autre part. Ses jambes sont habillées d’un élégant pantalon blanc de coupe droite, qui plonge dans des bottes de cuir d’excellente facture.

Je sens alors, que par mes préoccupations cavalières, c’est à moi de briser ce silence et de faire mea culpa.

“Je comprends, je…“ je laisse traîner la dernière syllabe, ne sachant trop quoi ajouter. Finalement, je sors un simple “Désolée“.

Elle pose sa main sur la mienne. “C’est pour ça que nous devons être ensemble, soudée, parce que cette adversité, nous la partageons.”

Elle caresse de son pouce la base de mon poignet, un geste de sororité. “Si nous parvenons à être amies, nous seront plus fortes, et nous pourront être heureuses.“

Je l’écoute sans rien dire. Je suis transportée par son optimisme et sa bonne volonté, qui survient malgré ses aveux et le fait que sa réalité est aussi dure que la mienne. Cela fait germer en moi une graine d’espoir.

Elle se tourne vers le soleil, plissant ses yeux brillants. “Et qui sait ? Peut-être connaîtrons-nous un jour, chacune, l’amour ?“

Je tique, interloquée par la contradiction de cette dernière phrase avec son discours d’amitié. Elle parle toujours de nous deux ?

Je lui fais une moue interrogatrice, mais son regard et toujours tourné vers l’astre diurne.

Elle se lève alors et me tire gentiment la main. “Viens, il faut que je te montre quelque chose.”

De plus en plus intriguée, je décide de la suivre. Elle m’entraîne sur une vingtaine de pas dans les buissons, en faisant attention de choisir un chemin qui n’éprouverait pas nos tenues délicates.

Au milieu des fourrés, elle s’arrête puis appelle à la cantonade.

“Caloé !“

Je m’ébaubis quand une femme émerge des broussailles. Elle devait être cachée ici avant même qu’on arrive, sinon on l’aurait entendu. Elle est restée là plus d’une heure, à nous attendre ?

L’inconnue s’avance vers Pravée qui lui prend la main.

“Caloé, voici Yotora, ma femme. Yotora, je te présente Caloé, mon amante.“

Cette révélation me laisse sans voix. Je dévisage la femme sans parvenir à contenir une moue contrariée.

C’est de toute évidence une roturière, à en juger par le style négligé de sa coiffure et la mondanité de ses vêtements. Ses cheveux sont courts et roux, sa peau légèrement dorée et ses yeux verts éclatants. Elle porte un chemiser noir sous une salopette vert feuille. Elle est chaussée de solides bottes de travail. Elle ne porte pas de bijou, mais je décèle un maquillage simple, qu’elle n’a visiblement pas l’habitude de porter.

Malgré son port vulgaire, elle a une stature digne et déborde de confiance en elle. Elle fait bien une demi-tête de plus que moi, a les bras d’une charpentière et ne sourcille pas quand je plante mon regard dans le sien, ce malgré notre différence de statut. Ajouté à cela un brin de nonchalance, une main plantée dans une poche de salopette, lui donne – il faut l’avouer – un certain charme.

Pravée lâche alors la main de son amante pour se positionner face à moi et me prendre les épaules.

“Tu vois, rien ne nous empêche de trouver l’amour. Je connais Caloé depuis mon enfance, et nous avons toujours été ensembles. Tu pourras toi aussi te trouver un amant, tant que nos familles ne le savent pas.“

Elle jette un regard par-dessus son épaule vers sa maîtresse qui, silencieuse, observe la scène. Cela la fait sourire.

“Tu verras, Caloé est très gentille, attentionnée et protectrice. J’espère que vous pourrez devenir amies.“

Pravée s’écarte et, maladroitement, Caloé fait quelque pas vers moi pour poser une main caleuse sur mon épaule.

“Enchantée, Yotora.“ sa voix est plus aiguë que ce que j’imaginais, et incroyablement plus douce. “J’espère que tu prendras soin de Pravée.“ Elle ponctue sa prière par un sourire timide.

Tout va si vite. En une journée, je me suis mariée, ai rencontré ma femme, eu une discussion sérieuse sur l’avenir de notre couple, appris que ma femme avait une amante et me suis faite priée par cette même amante de bien prendre soin de ma femme.

Émotionnellement, c’est le chaos. Je suis passée par tellement de sentiments différents que je serais incapable de tous les nommer. J’ai énormément de mal à mettre le doigt sur ce que je ressens actuellement. Gène ? Espoir ? Adultère ? Circonspection ? Probablement un peu de tout ça à la fois.

Je ferme les yeux et me concentre sur ce que je sais. Sur les éléments qui forment le noyau dur de cette journée et de mon avenir. Pravée est ma femme. Elle veut devenir amie avec moi. Elle a déjà une relation. Elle essaye d’être heureuse et de me rendre heureuse.

Le bilan est sans appel. Je rouvre les yeux et souris à mon tour. “Je vais essayer.”


Un flash illumine la pièce. Le tonnerre retenti presque immédiatement après. Je sursaute, manquant de faire tomber le livre qui est posé sur mes genoux.

Je jette mon regard à travers les carreaux de la grande fenêtre. La nuit est noire et un épais rideau de pluie cache le paysage.

J’entends la porte d’entrée qui s’ouvre. Des pas boueux retentissent. L’instant d’après, Pravée entre dans la pièce. Elle a les cheveux, le visage, et les yeux ruisselants.

Elle se laisse tomber en silence dans le fauteuil qui jouxte le mien, alors que je reprends ma lecture.

Elle observe un instant les ouvrages que j’avais disposés à mon propre égard sur la table basse, puis prend celui en haut de la pile.

“Je croyais que tu détestais la philosophie“, dis-je d’un ton que j’ai voulu taquin, mais que l’ambiance morose de cette soirée orageuse a rendu sombre.

“Tout pour oublier cette journée de merde.“ Elle ouvre une page au hasard et se plonge dedans.

Le silence retombe quelques instants, mais je remarque que son regard, au lieu de suivre les lignes, passe à travers le bouquin et se perd dans le vide.

Cela fait maintenant quatre ans que nous vivons ensemble, je commence à connaître ses schémas de pensée. Quelque chose la tracasse et elle n’arrive pas à s’en soustraire.

“Tu penses toujours à elle ?” tente-je.

“Évidemment !” explose-t-elle. “Ça fait à peine trois jours qu’elle est partie… Comment je pourrais penser à autre chose ? On se connaissait depuis qu’on était enfants, j’te rappelle.”

Je ne sais pas trop quoi dire, alors je ne dis rien. Elle essuie son visage humide du revers de la main.

“Je ne sais pas ce que sera ma vie sans affection, sans personne pour s’occuper de moi, émotionnellement.“

Elle me fait de la peine, j’aimerais pour l’aider sur ce plan-là.

Elle reprend. “Je sais pas comment tu fais pour rester seule, toi.“

“J’ai beaucoup trop de travail” je lui réponds, “je n’aurais jamais le temps de m’occuper d’une autre personne.“

Pravée tourne des yeux humides et suppliants dans ma direction. Je réalise alors ma faute, car c’est exactement la raison que Caloé a invoqué pour la quitter.

Je me précipite pour compléter ma pensée : “Mais, si un jour je trouve le bon, ça changera sans doute la donne. Il me suffit de tomber sur un homme à qui ça conviendra, qui acceptera le fait que je suis quelqu’un d’occupé. Tout n’est qu’une histoire de compatibilité, non ?“

“Oui, sans doute.” Elle baisse les yeux. “Mais j’ai toujours du mal à croire que Caloé n’était pas la bonne pour moi.”

“C’est normal.”

Le silence retombe. Je tente de me replonger dans ma lecture, mais sans succès. Le poids du malheur de mon amie m’empêche de me concentrer, mes yeux lisent les mots sans les comprendre.

Je sens le regard de Pravée posé sur moi. Je la vois hésiter, alors je l’enjoins à me parler : “Tu veux me dire quelque chose ? Tu peux continuer à me parler si tu veux.“

Elle prend une grande inspiration, puis se jette à l’eau. “Yot’, est-ce que tu veux bien dormir avec moi ce soir ?“

Je tourne la tête vers elle, les sourcils levés. Après quatre ans de chambre-à-part, c’est assez inattendu comme requête.

Elle insiste en plissant ses yeux en amande. “S’il te plaît ! Je ne me suis jamais sentie aussi seule, je veux juste un peu de chaleur humaine…”

Je reste interdite un instant, subissant la supplique de ma femme.

Malgré ces années de “vie commune”, nous ne sommes pas si proches que ça. Nous avons toutes deux des attributions bien distinctes dans notre vie professionnelle et avons des loisirs différents. Les seuls moments que nous partageons sont les repas du soir et les quelques veillées nocturnes que le hasard des calendriers nous fait partager.

Je ferme le livre qui est sur mes genoux, le pose sur la table et me lève. Je m’approche de Pravée, qui me suis du regard en attendant ma réponse. Je pose une main sur son épaule.

Aussi épars soient nos moments partagés, ce sont tout de même des moments d’intimité. Des moments où nous partageons nos tracas, où nous parlons sans tabou et sans inhibition, comme toutes les meilleures amies le font. Je ne peux pas rester indifférente à ce qu’elle endure.

“Allez, viens“ dis-je en l’enjoignant à se lever. Elle sourit doucement et se lève.

Je la prends dans mes bras. Notre étreinte dure plusieurs minutes, au cours desquelles j’ai l’impression d’entendre des sanglots étouffés.

Une fois finit, je saisis sa main et la mène vers sa chambre.

Timidement, elle murmure de sa voix d’or, “Merci.“

Les Chasseuses et l’Aiguille

Aguilerra, désert de Kayis, année 2481 du calendrier divin.

Un courant d’air moite caressa mon visage quand j’ouvris la porte de la taverne. Une odeur de sueur, de bière et de graillon. Dans tous les rades du monde il y avait ce fumet caractéristique. Les vrais baroudeurs l’appréciaient comme celle de leur propre maison. C’était une fragrance universelle dans laquelle je me complaisais.

“Putain, ça fouette…” me glissa Sigéa à mi-voix quand elle passa la porte à son tour.

L’entrée donnait directement sur la grande salle de la taverne. Il y avait un bar, mais peu de gens y étaient assis. Comme c’était l’heure du repas, la plupart de clients étaient à table. L’homme derrière le bar nettoyait des chopes avec un chiffon sale et deux employés faisaient le service.

Mon regard se posa sur un serveur, qui se rendait à la table la plus éloignée de l’entrée. Là-bas se tenait une femme, seule. Elle semblait assez vieille, des cheveux gris, coupés court, la peau noire des gens du désert. Un de ses yeux était aveugle et barré d’une cicatrice.

Mon attention fut attirée par le fait qu’elle était la seule cliente à ne pas avoir d’assiette. À la place, sur la table, étaient posées quelques bourses de cuir, un petit paquet de feuilles de vélin et une chope que le serveur venait remplir.

Je m’avançai dans sa direction en incitant Sigéa à me suivre. Quand nous croisâmes le serveur, je lui fis signe de nous apporter à boire. Il acquiesça en silence.

Nous arrivâmes devant la table de la femme. Elle fit semblant de ne pas nous voir, les yeux rivés sur ses papiers. Deux tabourets étaient disposés en évidence face à elle. Je m’assis. Sigéa posa son gardard et m’imita.

“Bonsoir” dis-je d’un ton ferme.

Elle leva les yeux sans bouger la tête, comme si elle adressait à des importuns. “Vous êtes ? “

“Sigéa et Xeltes,” répondis-je en nous désignant respectivement du doigt, “chasseuses.”

Elle reporta alors son entière attention vers nous, laissant de côté son papier, et croisa ses mains sur la table.

“Chasseuses de prime, hein ? J’ai quelques cibles sous le coude, mais rien de bien juteux. Ne vous attendez pas à faire fortune dans cette ville.”

Sigéa et moi échangeâmes un regard amusé. À ce moment-là, le serveur apporta nos boissons. Je me penchai au-dessus de la table pour saisir les chopes et m’approcher du visage de notre interlocutrice.

“Chasseuses de démons.”

La femme prit du recul sur sa chaise. Elle haussa insensiblement les sourcils, si subtilement que je faillis ne pas le remarquer.

“Ça explique tout. Je suis plutôt bonne pour jauger les gens et vous me sembliez un peu trop aptes pour traîner dans une ville de seconde zone comme celle-ci.”

Maintenant que nous nous étions présentées, je me détendis un peu. Je tendis sa chope à Sigéa et sirotai la mienne. C’était de la corma.

“Bon”, reprit-elle, “passons aux choses sérieuses.”

“Juste une question, avant cela.” interjetai-je.

Elle se stoppa, un peu surprise.

“Oui ?”

“On aime savoir pour qui on travaille. Vous êtes de la police, ou bien cautionnaire pour une coterie locale ?”

Elle fronça les sourcils. La question était très indiscrète, mais les chasseurs de démons étaient suffisamment rares pour qu’on puisse exiger ce genre de détail.

“Je suis indépendante.”

Elle travaillait donc pour une coterie locale. Cela ne nous donnait pas beaucoup d’information, à part celle de se méfier. Les indépendants pouvaient aussi bien être du crime organisé qu’une maison noble réglant ses propres intérêts. Dans tous les cas, il faudrait surveiller nos arrières et exiger une avance.

“Et vous, qui vous a indiqué qu’il y avait un contrat ici ?” rétorqua la cautionnaire avec animosité.

Elle voulait sans doute nous intimider, nous faire comprendre qu’elle avait compris qu’on avait été tuyautées, mais c’était une question dangereuse pour elle. Elle n’était pas en position d’exiger quoi que ce soit, car si nous décidions de partir, elle n’aurait pas d’autres chasseurs de démons avant des semaines, voire des mois.

C’est Sigéa qui lui répondit avec sa voix tranchante. “Un broker de Uestea. Il connaît bien la route entre Slevaria et le Bazar et n’aime pas qu’on s’intéresse à son business.” Elle ponctua sa phrase d’un cul-sec.

La cautionnaire comprit le message et ne se fit pas prier. “Bon, voici le contrat.” Elle sortit la dernière feuille de la pile sans même la regarder, puis nous la tendit.

Cible : Démon (clan inconnu)
Signalement : Peau blanche, cheveux blancs, yeux blancs. Visiblement malade (bubons jaunes sur une partie du torse et le bras gauche)
Méfaits : Démon, agression et tentative de meurtre, dégâts agricoles.
Récompense : 5’000 étoiles

Je l’étudiai un instant avant de demander à Sigéa : “Qu’est-ce que t’en pense ?”

“Hum, comme ça, je dirais : aberrissant. Ou désintègre, mais ce serait bizarre qu’il soit tout seul.”

Je reportai mon attention vers la cautionnaire. “Est-ce que des témoins ont vu une marque sur le démon ?”

Elle secoua la tête. “Je n’en sais pas plus que ce qui est marqué sur la feuille.”

“Du coup vous ne pouvez pas nous dire quels sont les dégâts agricoles ni même quelles plantations ont été touchées ?”

Elle secoua de nouveau la tête.

“C’est pas grave, on trouvera un moyen de se renseigner.”

Sigéa et moi échangeâmes un regard. Je croisai les mains et dit à la cautionnaire, avec l’air le plus sérieux du monde :

“On veut bien prendre ce contrat. Par contre, vous vous rendez compte que cinq mille étoiles, pour ce genre de travail, ça ne correspond qu’à l’avance qu’on va vous demander ? La vraie valeur de ce genre de contrat tourne autour de vingt-cinq mille étoiles.”

Elle fit la moue sans grande conviction.

“Vous savez, je n’ai pas le contrôle sur ce que mes employeurs paient et…”.

Je l’interrompis d’un geste. “Si c’est tout ce que vos employeurs ont prévu de payer, sachez qu’aucun vrai chasseur de démons n’acceptera ce contrat, surtout avec aussi peu d’information.”

Je commençai à me lever et Sigéa fit de même.

“Désolées, mais nous ne pouvons pas faire affaire avec des personnes qui ne sont pas renseignées sur la valeur de notre expertise.”

La cautionnaire se dépêcha de nous interrompre. “Attendez, attendez. Je peux faire un addendum au contrat. Je suis sûre que mes employeurs consentiront à payer ce que vous avez demandé”.

Nous nous rassîmes pendant qu’elle prit une plume et griffonna quelques mots sur le contrat. Elle le signa et nous le tendit. “Voilà, vingt-cinq mille étoiles dont cinq mille payées d’avance. Ça vous convient ?”

Je pris un instant pour lire l’addendum. “Tout m’a l’air en règle.”

Elle farfouilla dans un sac qu’elle gardait par terre à côté d’elle et sortit une bourse de cuir. Elle me la passa et je la tendis à Sigéa, qui commença à compter son contenu.

“… vingt-quatre, vingt-cinq. Il y a vingt-cinq stel, ce qui fait cinq mille étoiles. Le compte y est.”

Elle rangea la bourse dans son sac, puis je fis de même avec le contrat.

“Bonne chance” articula la cautionnaire.

Je me levai et déposai quelques pièces pour nos boissons. Sigéa pris son gardard et ensemble nous quittâmes la taverne.


Il ne nous fallut pas très longtemps pour trouver où le démon était apparu, l’incident ayant été enregistré à la bourgmestrerie. Il s’était produit dans un petit verger de cormiers désertiques.

Le cormier désertique était un des rares arbres fruitiers à pousser sous la chaleur sèche du pays des diseurs et était la principale source de revenus d’Aguilerra. Malgré l’entretien intense que requiert ces plantations, souvent développées autour d’un puits, c’est grâce au fruit des cormier, la corme, qu’on fabrique la corma, boisson fermentée plus saine à boire que l’eau des puits et que l’on cuisine pour accompagner le gibier au goût fort et la chair des cactus plutôt fade. Ainsi, les habitants du Grand Désert peuvent avoir une nourriture saine, variée et goûtue.

C’est pour cela qu’une attaque sur des plantations de cormier, aussi minime soit-elle, peut mettre en émoi toute une ville.

Quand nous arrivâmes à l’endroit qu’on nous avait indiqué, à presque une kalieue de la ville, nous pûmes constater les dégâts. Ils étaient bien plus conséquents que ce que nous imaginions.

“D’accord, là je mets tout mon argent sur le clan aberrissant…” me glissa Sigéa.

Je vis un paysan s’approcher de nous. Il devait être proche de l’âge de sagesse, car ses traits étaient plissés, ses cheveux décolorés et sa peau noire tannée par les décennies de travail rural. Ce devait être le propriétaire.

“Z’êtes qui ? Vous ressemblez à des bandits, avec vos armes, là !” nous jeta-t-il en guise d’introduction.

“On est des chasseuses de démons.”

Il écarquilla les yeux. “Vrai de vrai ? Bons dieux, par Aguilerra et par Kayis, nous sommes enfin sauvés !“

Le vieil homme s’approcha de moi comme pour me prendre dans ses bras. J’eus un mouvement de recul.

J’enchaînai plutôt. “Décrivez-nous ce qu’il s’est passé, s’il vous plaît. Sigéa, tu peux essayer de voir ce qu’il y a à tirer de ce… cette contamination ?”

Elle hocha la tête et s’approcha de la zone en question. Elle était experte dans ce domaine, je la laissai faire. Je me tournai vers l’homme pour recueillir son témoignage.

“Ben, y’a pas grand-chose à dire, madame. Ça s’est passé la nuit. C’est mon fils qui a entendu. Alors j’ai pris l’épée familiale, d’habitude ça suffit à éloigner les voleurs, et je suis sorti dans le verger.”

“J’ai vu la silhouette de quelqu’un qui rôdait, à la lumière de la lune. On était à la mi-nuit, Mina était haute dans le ciel. Je me suis approché en criant, en brandissant mon épée, mais il s’est figé. J’ai marché dans un truc moite. J’ai essayé de regarder ce que c’était mais il faisait trop sombre.“

“Quand j’ai relevé les yeux, le rôdeur me fixait. Ses yeux brillaient comme deux petites lunes. Blancs et brillants. Je pouvais plus bouger. J’ai fait deux pas en arrière. Le rôdeur s’est approché de moi et j’ai compris que c’était pas un humain. J’ai vu sa peau, blanche comme du lait, et ses cheveux, pareils.“

“Il a levé un bras et j’ai vu qu’il avait un genre de maladie. Des grosses cloques jaunes, ou un truc du genre. Il a donné un coup avec sa main – ou sa patte, j’sais pas comment on dit – un coup dans un arbre, par trop loin de moi. L’arbre est tombé comme si le tronc avait été tranché net. Puis le démon est parti en courant.”

J’écoutai avec attention. Il ne s’épanchait pas sur les détails utiles, mais étant donné les circonstances ce n’était pas étonnant.

“Vous avez remarqué quelque chose d’autre en particulier, ce soir-là ? Une marque sur sa peau, par exemple.”

Il se gratta le crâne avec ses doigts épais. “Non, j’ai pas vu de marque. Mais pour sûr que si le démon avait voulu me tuer, il aurait pu facilement le faire. J’sais pas pourquoi il s’est barré, mais je suis bien content d’être en vie.”

C’est normal, le modus operandi des aberrissant n’était pas de tuer directement les humains. Mais je gardai ça pour moi.

“Vous avez vu dans quelle direction il est parti ?”

Il pointa un doigt en direction de l’unique relief de la région. L’Aiguille de Sable. Une montagne très pointue se dressant au-dessus d’un massif rocheux assez dense.

“Mon fils a de bons yeux, il a vu le démon s’enfuir au loin. La nuit, on peut voir les ombres sur le sable clair du désert, même de très loin.“

Je vis que Sigéa avait fini d’étudier la scène et s’approchait de nous. Je la laissai prendre la parole.

“Bon, voici ce que vous allez faire. Il va falloir que vous creusiez une tranchée d’au moins une disse et demie de profondeur, à deux disses minimum de la zone sinistrée. Si vous tombez sur des racines, arrachez-les toutes. Vous allez remplir cette tranchée de mortier et ériger un mur de deux disses de haut.”

“Comment ? Mais c’est impossible, je…”

Sigéa coupa net sa protestation. “Est-ce que des gens ou des objets ont été en contact avec la corruption ?”

“Euh… juste ma botte. C’était assez dégoutant alors je l’ai jetée. Mais c’est tout.”

“Vous l’avez jetée où ?”

“Dans la grande corbeille, là-bas” dit-il en montrant une corbeille en osier qui faisait facilement la taille d’un humain.

“Vous allez jeter la corbeille et son contenu dans la zone contaminée. Tout de suite et sans discuter. Surtout, quoiqu’il arrive, ne brûlez jamais un objet corrompu.“

Le paysan s’énerva. “Mais… mais c’est n’importe quoi ! Je ne vais tout balancer comme ça et construire un mur autour de mes plantations ! Comment je fais, moi, après ? Là, vous me demandez tout simplement de laisser tomber un tier de mes arbres ! C’est pas possible, j’peux pas faire ça moi, j’ai une famille à nourrir ! Vous pouvez pas utiliser une magie ou un truc pour réparer ça ?”

Je vis les joues de Sigéa s’empourprer de colère et ses sourcils se froncèrent de manière indignée. De deux longs pas qui martelèrent la terre meuble, elle rejoignit l’homme et le saisit par le bras.

“Regardez ! Non mais regardez l’œuvre du démon ! Vous pensez que quelque magie peut guérir ça ?”

Elle balaya de la main la partie du verger qui était corrompue. En effet, l’œuvre du démon était atroce. Tous les arbres étaient noirs comme l’encre. Les branches et les feuilles semblaient sèches, effritées. De long fils noirâtres, épais comme le poignet, s’étendaient d’arbre en arbre, les reliant tous dans une espèce de réseau corrompu. Mais le pire de tout cela était que les arbres et les fils suintaient. Une moisissure vert foncé s’écoulait périodiquement de toutes les plantes corrompues et formaient sur le sol un tapis malfaisant de décomposition végétale.

Comme le silence était retombé, on pouvait entendre un suintement visqueux, faible mais constant. La corruption progressait. Lentement, mais sûrement.

Le regard du vieil homme avait balayé la scène en même temps que le mien. Sigéa se plaça alors devant lui, les bras écartés pour mettre l’emphase sur ce qu’elle venait de lui montrer.

“Impossible de réparer ça ! La seule méthode est d’isoler la zone contaminée pour éviter qu’elle ne touche le reste de la plantation, ou pire, des humains ! Alors maintenant vous faites ce que je vous dis et vous la bouclez !”

Sigéa me fit un signe de tête pour m’inviter à la suivre et partit.

Je restai un moment en arrière pour m’assurer que l’agriculteur avait bien compris ce que ma collègue avait essayé de lui dire et qu’il ne fasse pas de bêtise. Il avait les yeux perdus dans le vague, la bouche entrouverte, les traits affaissés par le désespoir.


”N’oublie pas, Xeltes, pas de composant organique.”

“Ah oui, c’est vrai.”

Je reposai le flacon d’épices rares sur l’étagère. Je regardai un peu autour de moi et réalisai que j’étais dans la section alimentaire du magasin. Ce ne serait pas ici que je trouverai de bons composants.

Sigéa, quant à elle, était à quelques pas de moi, en train de choisir des graines. Je m’éloignai et me dirigeai de l’autre côté de l’échoppe.

Voyant que je musardais, la tenancière s’approcha de moi.

“Vous cherchez quelque chose en particulier ?”

“Je suis mage de la destruction et je cherche de bons composants pour mes sorts.”

“Je vois. Vous avez besoin d’objets à sacrifier. À quel point avez-vous besoin qu’ils soit onéreux ?”

“Un objet de bonne facture et fabriqué par un maître artisan devrait suffire. Sinon des objets relativement précieux, comme des petites gemmes, feront l’affaire”.

“Nous avons toute sortes de bijoux et autres objets fait mains. Par contre, l’artisanat que nous vendons ici est assez mondain, je ne sais pas s’il fera l’affaire…“

“Les bijoux iront très bien je pense. Voulez-vous me les montrer ?”

La vendeuse me mena au rayon bijouterie et me laissa faire mon choix.

J’essayai d’estimer combien de bijoux je pouvais me permettre avec l’avance que nous avait donné la cautionnaire.

Du coin de l’œil, je vis Sigéa se glisser à mon côté.

“J’ai fini.” me dit-elle simplement.

J’arrêtai finalement mon choix sur des bagues relativement bon marché en espérant que cela suffirait et commençai à les collecter.

”Pourquoi tu as menti à ce pauvre paysan ?” lui demandai-je.

“J’voulais pas qu’il se fasse d’idée. Les mages capables de soigner la corruption sont extrêmement rares et chers. Si je lui en avais parlé, ça lui aurait fait un faux espoir.“

“En plus, comme il n’y en a probablement pas dans cette ville, à tous les coups il nous aurait demandé d’aller en chercher un nous-même.“

“Ça fait partie de notre métier, non ?” lui rétorquai-je.

“Oui, mais le pauvre bougre a perdu une partie importante de sa plantation. Il ne peut pas se permettre de payer des chasseuses de démons pour trouver un type. Surtout s’il doit payer le type après. Et nous, ben on a besoin de manger.”

“Je sais que ça t’embête, mais on ne peut pas donner dans la charité.”

Elle avait raison. De bout en bout. Mais je ne pus m’empêcher de me sentir triste en repensant à ce malheureux qui n’avait rien demandé à personne et qui avait vu sa vie chamboulée du jour au lendemain.

Nous nous dirigeâmes vers la caisse et réglâmes nos achats.


La chaleur du désert était moins pesante que lorsque nous sommes arrivées en ville plus tôt dans la journée. Il était midi passé et à cette heure, le soleil était plus clément qu’en début de matinée. Mais surtout, nous avions délaissée nos armures de cuir pour revêtir des robes, par-dessus nos gambisons.

Le cuir faisait partie des matériaux qui pouvaient être corrompus par les démons du clan aberrissant et nos armures étaient trop précieuses pour le risquer. Nous avions quand même pu garder nos brassards et jambières, qui étaient métalliques.

L’Aiguille de Sable se dressait devant nous, à plusieurs heures de marche. Nous ne savions pas si nous pourrions trouver où se terre le démon avant la fin de la journée, et quand bien même, dans tous les cas, nous devrions faire le chemin retour de nuit.

“Dis-moi, Sigéa, il y a quelque chose que j’ai du mal à comprendre.”

Ma compagne de chasse, qui ouvrait la marche, ne daigna pas tourner la tête.

“Les démons aberrissants corrompent la nature, n’est-ce pas ?”

“Oui, pour ce qu’on en sait.” me répondit-elle.

“Alors comment ça se fait que la corruption puisse s’étendre au cuir ou aux toiles de tissu ? Ce sont des matières mortes, non ?”

Sigéa resta quelques instants silencieuse.

“On ne sait pas trop, mais c’est un fait assez connu. L’hypothèse la plus en vogue, c’est que les aberrissants ne peuvent pas corrompre directement les animaux, mais que la corruption peut très facilement passer des végétaux aux animaux.

“Tu as toi-même vu ce que des animaux aberrants peuvent faire – c’est assez cauchemardesque. Du coup, même mortes, les matières animales sont susceptibles de se faire contaminer.”

Je baissai un instant les yeux sur mes vêtements. Nos gambisons étaient en coton, mais les robes que nous avions achetées ? Poils de chèvre ? Il faudrait faire attention.

Nous marchâmes longtemps. Le soleil était presque à l’horizon et Crepus avait largement passé le zénith. Les montagnes entourant l’Aiguille de Sable étaient à moins d’une heure de marche.

Pendant la saison sèche du désert, le soleil se couchait au monde, derrière le massif rocheux. De longues ombres distendues léchaient nos pas et obstruaient notre vision des environs. Les saillies rocheuses qui au loin projetaient des reflets d’argent et d’airain sous les rayons torrides étaient désormais ternes et sombres.

“On va commencer la traque maintenant.” déclara Sigéa.

Nous prîmes alors nos armes en mains pour nous parer à toute éventualité. Je saisis la lance qui était accrochée à mon sac et la portai à deux mains, pointe vers le sol.

Sigéa avait son gardard accroché à l’épaule droite et elle le sangla au reste de son bras. Ainsi, elle pouvait utiliser l’énorme plaque de métal pour se protéger et me servir de couverture. Elle tenait la poignée qui saillait à mi-hauteur de l’arme avec sa main gauche ce qui lui permettait de la manier plus aisément.

Le gardard de Sigéa avait la forme d’une larme inversée, large au niveau de l’épaule pour une protection optimale et fin à la pointe pour plus de maniabilité.

L’épieu qui était serti à la pointe de l’arme était un des plus lourd que j’avais vu sur un gardard. Mais je connaissais bien ma compagne d’arme et je savais qu’elle était assez forte pour alterner rapidement entre les postures de protections et les attaques à l’épieu, aussi lourde son arme soit-elle.

Une fois parée, elle sortit le sachet de graine qu’elle avait acheté tantôt et les glissèrent dans un petit récipient de verre. Elle accrocha ensuite le récipient à son gardard, de sorte à ce qu’elle l’ait toujours sous les yeux.

Mon rôle au sein de notre binôme était de surveiller les flancs de notre formation. Sigéa s’occupait du pistage et de protéger nos avants.

Ce qui voulait dire que notre point faible était nos arrières. Tant que l’on avançait, ce n’était pas un gros souci, mais plus la traque se préciserait et plus il faudrait que je sois vigilante.

Les ombres rocheuses limitaient notre visibilité mais il ne fallait pas non plus qu’on soit voyant de loin. Nous décidâmes donc de ne pas allumer de lanterne.

Nous mîmes plusieurs heures à traquer le démon. Mina était levée dans notre dos et éclairait un peu mieux notre chemin.

Sigéa avait repéré çà et là des traces de passage du démon. Il s’agissait soit de traces minimes de corruption sur la végétation rare du relief rocheux, soit de traces de pas là où le sable fin parvenait à se glisser sur les roches du massif.

Au bout d’un moment, Sigéa s’arrêta et leva le poing à mon intention. Elle me montra son récipient : les graines étaient partiellement noircies. Nous étions proches d’une forte zone de corruption. Le démon était probablement tout près, accompagné d’un lot de plantes contaminées.

Nous redoublâmes de vigilance. Notre progression se faisait désormais pas à pas. Je gardai sans cesse un œil sur nos flancs, guettant l’embuscade, et sur Sigéa qui pouvait à tout moment me faire signe.

Nous passâmes un petit détroit de roches au bout duquel ma compagne se stoppa. Étant légèrement plus grande qu’elle, je pu voir par-dessus son épaule et son gardard. Il s’agissait d’une sorte de petite oasis recluse, nichée autour d’un petit réservoir d’eau de pluie stagnante. Le sol était couvert d’herbes du désert et quelques buissons fruitiers avaient poussé. Il y avait même une armée de petits reptiles.

Sauf que tout était corrompu. Pire que dans la plantation de cormiers, une couche de moisissure verdâtre recouvrait absolument toute la végétation. Elle était tellement épaisse qu’on pourrait facilement s’y enfoncer jusqu’au mollet.

Les reptiles étaient contaminés, monstrueux et difformes. Ils nageaient dans la moisissure et s’attaquaient les uns les autres, avec des griffes et des dents disproportionnées pour leur nature. Des morceaux de reptiles mort – tantôt une tête décapitée, tantôt des boyaux répandus – jonchaient le tapis corrompu à divers endroits.

Nul doute que s’ils nous avaient vues, ils se seraient jetés sur nous pour tenter de nous lacérer, mais ils étaient trop occupés à se massacrer entre eux.

La conclusion était évidente : on avait trouvé l’antre du démon. Par contre, pas un signe du démon lui-même. Pis, on ne pouvait plus avancer à cause de la corruption…

Un déclic se fit dans ma tête. Le détroit rocheux, la zone corrompue… l’endroit parfait pour un guet-apens.

Je fis volte-face, ma lance en position de défense pour anticiper une éventuelle attaque. Je vis une ombre au-dessus des rochers me surplombant, sur ma droite. Je criai aussitôt “Contact !”.

J’entendis Sigéa manœuvrer derrière moi. Étant donné la l’étroitesse du détroit rocheux, nous ne pouvions pas échanger nos place.

“Garde haute !” me répondit-elle

L’instant d’après je vis deux projectiles arquer haut dans les airs et fondre directement sur moi.

Dans un réflexe entraîné, je me baissai.

Deux bruits mats firent résonner le gardard que ma compagne avait mis au-dessus de ma tête pour nous protéger. Elle s’était accroupie juste derrière moi et nous couvrait toutes les deux d’éventuelles attaques de projectiles.

Je pouvais voir les muscles de ses bras bandés à l’extrême pour maintenir l’arme de métal à l’horizontale.

J’analysai la situation rapidement. “Soit il passe à l’arrière et on inverse la formation, soit il passe à l’avant et on se replie de dix pas.”

Sigéa acquiesça brièvement. “D’ac.”

Sous la couverture du gardard, à dix ou quinze pas devant moi, je vis deux mollets blanc et faméliques se poser lourdement sur le sol poussiéreux.

Je ne me fis pas prier. “Inversion !”

Je me recroquevillai et bomba l’échine. Je sentis Sigéa prendre pied sur mon dos pour se hisser par-dessus moi et interposer son gardard entre notre ennemi et ma lance.

Je dû serrer les dents à cause du poids de la guerrière et de son attirail qui étaient d’autant plus lourd que je n’avais pas mon plastron de cuir pour amortir la pression.

Je me redressai et me mis en formation. Le monstre, entièrement blanc de peau, avait de longues griffes couleur cendre et une série de bubons jaunes ornaient son bras droit. Il avait des cheveux blanc cassé et ses yeux étaient si vide qu’ils reflétaient la lumière de la lune. Son visage était figé dans un rictus de douleur.

Sa posture suggérait qu’il pouvait utiliser son bras droit pour nous envoyer des projectiles, probablement grâce à ces bubons. Nous savions aussi que ses griffes étaient assez tranchantes pour que, avec la force qu’il avait, il puisse trancher un tronc d’un seul geste.

Mais Sigéa ne se senti aucunement intimidée par le mostre. Elle se mis à avancer vers lui, en poussant un grognement rauque ponctuant chacun de ses pas. Je mis mes pas en rythme avec les siens et accompagnai ses grognements. Nous avancions d’une seule femme, d’un pas ferme et déterminé.

Le démon n’avança pas mais ne recula pas non plus. Il n’avait pas l’air intimidé.

Quand nous arrivâmes à portée efficace, le démon prit l’initiative d’attaquer et leva ses deux jeux de griffes. Sigéa se stoppa pour se préparer à l’impact en poussant un simple “Ho !”.

Comme il n’y avait pas d’ouverture dans la garde de ma compagne, le monstre frappa le gardard métallique avec une force considérable. Elle amorti les impacts sans difficulté et enchaîna rapidement avec un ordre. “Alt !”

Je levai ma lance au-dessus de son épaule gauche. Au moment où je lançai un coup d’estoc, le gardard s’effaça pour laisser passer mon arme qui visait l’épaule droite du démon.

Un peu surpris par cette contre-attaque rapide, il n’eut pas le temps de complètement esquiver le coup. La lance ne perça cependant pas le cuir épais du monstre et ne fit que l’érafler.

Le démon leva derechef ses griffes pour tenter une nouvelle fois de percer la défense de Sigéa.

Cette fois-ci, la guerrière n’attendit pas l’impact pour donner son ordre. “Passe-trois !”

J’amorçai la passe d’arme commandée. J’assenai un coup d’estoc en position basse, à la gauche de Sigéa pour viser le mollet droit du démon, puis enchaîna rapidement avec trois coups d’estoc sur la droite, pour frapper successivement la cuisse, le flanc et le poitrail de l’ennemi.

À chaque mouvement, le gardard de ma compagne s’ouvrait légèrement pour laisser passer ma lance tout en nous protégeant.

Je ne voyais pas les effets de mes coups, mais je sentais que le fer ne pénétrait pas profondément dans la chair.

Nous échangeâmes quelques passes supplémentaires. Nous bloquions sans mal les coups du monstre et contre-attaquions sans problème, portant plusieurs coups à chaque fois.

Sigéa et moi étions parfaitement entraînées. Nous avions un langage de combat bien rôdé et notre synchronisation était sans bavure.

Mais cela ne suffit pas à tomber le démon. Les blessures que nous lui infligions semblaient superflues et ses assauts ne ralentissaient pas.

J’essayai de penser à une autre stratégie quand l’ennemi changea soudainement de comportement.

Il brandit son bras bubonneux vers nous. L’instant d’après tous les bubons explosèrent, faisant jaillir leur contenu contaminé dans notre direction. Sigéa leva son gardard et absorba la corruption qui nous était destinée, mais l’attaque était large et les parois rocheuses qui nous encadraient se retrouvèrent également aspergées.

Une odeur de moisi emplit mes narines. “Attention ! Ne touche pas les murs, Sigéa !”

“Il prépare la même attaque !” me lança-t-elle en guise de réponse. En jetant un coup d’œil risqué par-dessus l’épaule de ma compagne, je pus voir que le démon gardait une distance respectable. Ses bubons, qui était maintenant vides et flasques, commençaient à se remplir d’eux-mêmes. On n’avait que quelques secondes pour agir avant d’être aspergées de nouveau.

J’avais une stratégie en tête, mais il fallait l’exécuter rapidement. J’économisai les mots pour en faire part à Sigéa.

“Je purifie, tu protèges, puis on perce.”

“D’ac.”

J’ouvris une des bourses qui était à ma ceinture. Je saisis une des bagues que j’avais achetées tantôt et commençai à incanter un sort.

Détruit la corruption.”

Des fissures brillantes apparurent sur le bijou puis il se désintégra dans ma main. Au même moment, tout le liquide corrompu qui se trouvait dans un rayon de six pas autour de nous disparu dans un claquement sec.

En parallèle, je vis que des arabesques irisées apparurent sur le gardard de Sigéa, qui elle-même était en train de lancer un sort. “Je nous protègerai“ articula-t-elle. L’instant d’après, un vent glacial commença à tourner autour de nous en guise de bouclier protecteur.

Mais elle ne s’arrêta pas là. Aussitôt eut-elle achevé son sort qu’elle prépara la percée que je lui avais indiquée.

Défiant toute forme de défense, elle se projeta en avant, ouvrant son gardard pour brandir l’épieu dont il était pourvu. Je lui emboîtai aussitôt le pas dans une formation qu’on avait maintes fois travaillé, brandissant ma lance dans l’ouverture qu’elle venait de faire.

Le démon, constatant notre charge, fit quelques pas rapides en arrière pour creuser la distance. Cela lui laissa le temps de lancer son attaque contre nous. Les bubons explosèrent de nouveau et la corruption fusa comme des projectiles. Sauf que cette fois-ci, nous étions à découvert.

Mais la magie de Sigéa se révéla plus puissante que l’attaque du démon. Au contact de la barrière glaciale, le fluide contaminé se gela en plein vol, le rendant inefficace.

Cependant, cela ne ralentit ni ne détourna la trajectoire des projectiles et nous fûmes percutées par des dizaines de petits glaçons.

Nos gambisons absorbèrent la majorité des impacts, mais je ne pus éviter un des projectiles qui me frappa en plein visage. Ma joue fut entaillée comme si elle avait été frappée d’une flèche.

Mon élan ne fut pas interrompu, mais ma vision se voila un instant sous le coup de la douleur intense. Me fiant à mon instinct, mon entraînement et mes autres sens, je continuai mon attaque. Je frappai là où le démon se situait d’après moi.

Ma lance heurta quelque chose de dur et je sentis le fer se déformer à la pointe. Le bois de la hampe craqua entre mes doigts, probablement fendu par la puissance de l’estoc.

Tout cela dura une fraction d’instant, et ma vue recouvrit rapidement.

Ma lance s’était enfoncée jusqu’à la hampe dans le ventre du démon et était ressortie de l’autre côté, heurtant le sol de pierre. L’épieu de Sigéa avait perforé son cou de part en part, ne laissant sa tête accrochée à son corps que par un mince lambeau de chair.

Le corps blanchâtre du monstre ne bougeait plus. Le démon était mort.

Je sentis un liquide chaud couler dans mon col, sous ma robe et mon gambison.

“Je suis blessée” signalai-je à Sigéa, “il faut que je panse. Tu es indemne ?”

Sigéa, sans mot dire, décrocha les sangles de cuir qui fixaient son gardard à son bras. Elle le laissa tomber par terre et se tourna vers moi.

Je vis alors qu’elle n’était pas à proprement parler indemne. Une giclée de pus contaminé tachait sa robe de l’épaule jusqu’à la hanche.

Était-ce dû à une défaillance dans son sort ? Non, c’était probablement issu de la première attaque. Ce qui voulais dire qu’il ne fallait pas perdre de temps et que chaque seconde comptait.

Je tirai une dague qui était accrochée dans mon dos au niveau de la ceinture. Sigéa se tint droite, les bras légèrement écartés. Je tranchai les lacets de la robe qui se situaient au-dessus des épaules. Le vêtement glissa sur le sol.

Je sorti une lanterne de mon sac et l’allumai. Je commençai à examiner le gambison de ma compagne d’arme, afin de détecter une éventuelle trace de corruption. Nos gambisons était principalement faits de coton, plutôt résistant à la corruption des démon aberrissant. Mais l’avant et l’arrière du poitrail, ainsi que les manches étaient reliés entre eux par des lacets de cuir.

Après un examen attentif, je remarquai que le lacet se situant sous son aisselle commençait à se faire corrompre.

“Le gambison est touché” lui dis-je. “Je vais te l’enlever pour voir si tes sous-vêtements sont affectés aussi.”

Elle ne broncha pas ni ne manifesta la moindre émotion. Si la corruption était passée à travers toutes les couches de vêtements et avait atteint sa peau, il faudrait l’amputer. Si ce n’étais pas possible, Sigéa serait condamnée à devenir une aberration. Elle savait ce que ça signifiait et me forcerait à ne pas la laisser aller jusque-là.

Je détachais, toujours à l’aide de ma dague, le lacet contaminé. Je défis les autres lacets sans les abîmer. J’ôtai ainsi son gambison et révélais ses sous-vêtements. Elle avait des bandages qui tenait sa poitrine en place, ainsi que des rubans de lin pour empêcher les frottements sur le haut des bras, les poignets et les hanches.

Je procédai à un autre examen minutieux.

“C’est bon, aucune trace de corruption.” lui annonçai-je, soulagée.

Mon adrénaline retomba et je pus sentir le poids de la traque et du combat tomber sur mes épaules. Le ciel s’était couvert et il faisait nuit noire maintenant.

Le vent se leva légèrement et me glaça la joue. En palpant le sang poisseux, je me souvins que j’étais blessée. La douleur se réveilla, intense.

“Je vais te soigner.” me dit ma compagne.

Elle récupéra sa sacoche de soin et entrepris de panser ma plaie. Elle était consciencieuse et prenait le temps nécessaire pour s’assurer que cela ne s’infecterait pas. Elle se lava les mains à l’eau claire, alluma un feu pour stériliser les bandelettes à l’eau bouillante et au savon et commença à appliquer un onguent apaisant sur la plaie.

Voyant tout cela, je ne pus m’empêcher de penser à voix haute. “On devrait quand même apprendre la magie de la guérison. Ça nous ferait gagner beaucoup de temps, non ?”

Tout en continuant sa besogne, elle me rétorqua calmement. “Tu as déjà essayé de l’apprendre, Xeltes. Tu sais comme moi que tu n’as pas réussi.”

Je grimaçai. La douleur était vive.

“Chaque magie nécessite une philosophie, une compréhension, un état d’esprit particulier. Ni toi, ni moi, ne sommes faites pour le Cercle de la Vie.”

Je tombai dans un silence contemplatif. Sigéa avait fini d’appliquer l’onguent et commençait à sécher les bandages.

“Et si on engageait un guérisseur pour nous accompagner ?” dis-je sans grande conviction.

“Tu le ferais venir avec nous sur le terrain ? Qu’il sache se battre ou pas, ça nous embêtera plus qu’autre chose. On a développé nos techniques de combat en binôme. On ne peut pas s’enticher d’un troisième guerrier ou d’une personne à protéger. Il faudrait tout revoir. Et puis, la magie de guérison a aussi ses limites.”

Elle commença à me bander le visage, en utilisant des épingles à nourrice pour que bandage sans qu’elle ait à me couvrir la bouche.

“Et ça ne servirait à rien de le laisser en ville. Les blessures, il vaut mieux les traiter le plus vite possible.”

“Sans parler qu’il faudra le payer. Non pas qu’on gagne mal notre vie, mais même si on le paye moitié moins que nous, ça réduira considérablement notre salaire.“

Elle avait la voix de la raison, sans le moindre doute, mais je ne pus m’empêcher de renchérir.

“Ce ne sont pas de vrais problèmes, au fond. D’accord on devra partager notre paie en trois, mais ça fera quand même une personne de plus dans l’équipe. On pourra travailler mieux et plus vite. Au final, on pourra retomber sur nos pieds.”

“Et puis, si on doit réapprendre à se battre, on le fera. Toi et moi on a bien dû apprendre à se battre ensemble non ? Il ne faut pas avoir peur du changement non plus.”

Elle recula d’un pas pour contempler son travail à la lueur de la lanterne.

“D’accord” dit-elle. “Si on trouve une personne assez compétente pour nous être utile et qui connaît la magie de la vie, on pourra y réfléchir. Mais il y a des chances pour qu’on ne rencontre jamais une telle personne.”

Je touchai le bandage du bout des doigts. La blessure me faisait mal, mais beaucoup moins qu’avant. “Merci, Sigéa.”

Nous entreprîmes de récolter les résidus de notre combat. Nous transportâmes les cristaux de fluide corrompu et les vêtements endommagés dans le nid de corruption que nous avions vu plus tôt.

“Tu veux remettre ton gambison ? Je dois avoir un lacet de rechange dans mon sac.”

“Je ne préfère pas. Il y a toujours un risque qu’il reste du pus dessus. Je voudrais l’examiner à la lumière du jour avant. Je vais l’accrocher à mon sac jusqu’à ce qu’on rentre en ville.”

“La nuit est fraîche. Tu veux ma robe ?”

Elle ricana. “Non merci. Après avoir passé la journée à bouillir dans une armure matelassée, je préfère rentrer torse nu. Et je sais que tu es plus frileuse que moi.“

Le vent glacial mordait toujours ma plaie et je frissonnais de sueur froide à cause du sang que j’avais perdu. Je ne me fis pas prier.

“Il me faudra une nouvelle lance aussi.” signalai-je en montrant le fer plié et la hampe fendue. Sigéa acquiesça sans un mot et finit de nettoyer son gardard, qui était couvert de pus.

Nous avisâmes ensuite le cadavre du démon.

“Tu vois sa marque quelque part ?” demandai-je à ma collègue qui était meilleure que moi dans ce travail.

Du bout de son arme, et fit tourner le corps sans vie et découvrit sa marque à la base de son dos.

Je lui tendis ma dague. Elle commença à découper un rectangle de peau autour de la marque pour la prélever. Elle sécha un peu la peau à la chaleur de son feu et la rangea dans son sac.

Ensuite, nous balisâmes les alentours pour prévenir les éventuels voyageurs que la zone n’était pas sûre et qu’ils devaient la contourner. C’était un travail plutôt long et fastidieux, surtout en pleine nuit et avec la fatigue du combat. Cela ne figurait jamais sur les contrats, mais c’était une partie des attributions tacites des chasseurs de démons.


Quand nous partîmes en direction de la ville, Minas était sortie des nuages et l’échait l’horizon. Il nous fallut quelques heures pour traverser le désert et c’est en milieu de matinée que nous entrâmes dans la taverne où était stationnée la cautionnaire.

“Vous revoilà. Je suppose que vous avez exterminé le démon ?”

Il y avait du sarcasme dans sa voix. Sans doute ne s’attendait-elle pas à ce que nous réglions l’affaire en moins d’une journée.

En guise de réponse, Sigéa sortit la peau fraîchement découpée et la jeta sur la table. La cautionnaire eut un mouvement de recul.

“Qu’est-ce que c’est que ça ?”

“C’est la marque du démon. La preuve qu’on a réalisé notre travail. Maintenant, notre salaire, s’il vous plaît.”

Il y avait de l’animosité dans sa formule de politesse. Je n’aimais pas être agressive avec mes employeurs, mais je ne pouvais pas lui en vouloir non plus. On nous traitait trop souvent comme des exécutrices bas-de-gamme, des guerrièrres lambda qu’on embauche pour un travail, sans se rendre compte du degré d’expertise que notre métier exige.

Elle tripota le trophée avec le bout de sa plume d’écriture. “Bon, très bien…” Elle hésita. “Je vais prévenir mon commanditaire. Il vous amènera lui-même votre récompense. Rendez-vous dans une heure à la résidence Milamova.“

Elle se leva, prit ses affaires et partit.

Sigéa se laissa tomber sur un tabouret. “Si tu veux mon avis, ça ne sent pas bon…”

Je fronçai les sourcils et prit un ton impérieux. “Lève-toi Sigéa, on a du boulot. On va se racheter des vêtements, trouver un armurier et faire tanner notre trophée.”

“Pas de repos pour les chasseuses de démons, hein ?”

“On se reposera quand on sera payée.”

Sigéa se releva. “C’est juste. Allons-y.”


La résidence Milamova était extrêmement pompeuse. Des jardins exultant d’une richesse visant à impressionner quiconque s’y rendait, et une villa recouverte de marbre de toutes les couleurs, de dorures et autres fantaisie architecturales.

Je reconnu immédiatement le genre de noble à qui elle appartenait. Des gens hautains qui étalaient bien plus de richesses qu’ils n’en avaient réellement dans le seul souci de l’image qu’ils projetaient. Ce n’était pas la première fois que nous travaillions pour ce genre d’individus et à chaque fois ça me mettait mal à l’aise.

“Ces rupins vont nous tenir la jambe toute la journée pour nous payer moins que ce qu’ils ont promis, alors qu’une seule dalle de leur jardin vaut trois fois notre salaire.” En prononçant ces mots, Sigéa affichait un sourire vénal. “On aurait dû leur demander dix fois plus.”

Le grand portail orné de pierres rares était ouvert et un valet nous attendait à mi-chemin de la demeure.

Nous avions dépensé ce qui restait de notre avance pour me racheter deux belles lances que j’exhibai fièrement dans mon dos et nous racheter des vêtements de voyage. Nous avions également enfilé nos armures de cuir clouté par-dessus nos vêtements.

“Veuillez patientez quelques instants ici, je vous prie.” Nous dit le valet quand nous arrivâmes à sa hauteur. “Sa glorieuse seigneurie Potrovec Milamova va daigner vous rencontrer dans quelques instants.”

Je détestais les types mielleux dans son genre. Je jetai un œil à Sigéa. Son sourire avait disparu.

Le noble qui passa la porte de sa propre demeure était un homme ayant facilement passé les cinquante ans et qui était aussi richement habillé que ce à quoi on pouvait s’attendre. Ses poignets, ses chevilles et son cou était débordant de bijoux faits d’or, d’argent et de pierres précieuses. Son physiom prenait la forme de longs et fins barbillons qui tombait le long de ses joues jusqu’aux épaules. Ils étaient percés d’anneaux d’or.

Il s’approcha de nous, souriant et affable, les bras écartés dans un geste amical. Une bonne douzaine de personnes l’accompagnait. Il y avait quelques domestiques mais surtout des gens d’arme. Ils ne portaient chacun qu’une jacque et une épée longue à la ceinture. Probablement des nobliaux, pas de vrais guerriers comme nous.

En regardant attentivement, je vis également que la cautionnaire faisait partie des gens, mais qu’elle essayait de se faire discrète en restant à l’arrière.

À l’approche de la troupe, le valet ne put s’empêcher de hurler. “Sa glorieuse seigneurie Potrovec Milamova et sa suite !”

Sigéa émit un petit soupir d’exaspération.

“Ah, voilà les héroïnes de la journée !” nous lâcha le noble.

“Sigéa et Xeltes, chasseuses de démons, monseigneur.” lui dis-je pour qu’il sache à qui s’adresser.

“Très bien ! Sigéa et Xeltes ! Je tâcherai de retenir ces noms pour en faire l’éloge à tous ceux qui auront besoins de services efficaces et rapides.”

“… services qui sont fournis pour un salaire adéquat.” précisai-je.

“Ah ! Tout de suite dans le vif du sujet, n’est-ce pas ? Promptes à vous embarquer le plus rapidement dans votre prochaine aventure, c’est cela ? Ou bien tout simplement êtes-vous trop modeste pour supporter le moindre compliment à votre égard ? Dans tous les cas, je respecte ça.”

Il joignit les mains devant lui et pris un air plus sombre.

“Néanmoins, je crains que nous ayons un petit problème. Mon employée ici présente m’a signifié que vous aviez déjà perçu la prime de cinq mille étoiles que j’avais réuni en guise de récompense.” Il désigna la cautionnaire qui sorti légèrement du rang à son appel, l’air gêné.

“Vous vous méprenez” lui répondis-je. “Les cinq mille étoiles correspondent seulement à l’avance sur le travail que nous allions effectuer. Le salaire total est de vingt-cinq mille étoiles. Il vous en reste donc vingt-mille à payer.”

Je sortis le contrat sur lequel la cautionnaire avait griffonné l’addendum. “Voici le contrat qu’elle a signé en votre nom suite aux négociations que nous avons faites.”

“Voilà qui est malheureux.” nous glissa le seigneur avec un air faussement désolé, “car mon employée n’a pas le pouvoir de signer des documents à ma place. J’ai bien peur que vous vous soyez faites embobinées par cette personne. Mais soyez rassurées : elle sera punie à hauteur de son exaction.“

Je me pinçai l’arête du nez en soupirant. Le noble continua sa tirade.

“Maintenant que vous réalisez que nos dettes ont été payées depuis longtemps, je vous prierai de quitter notre domaine. Faute de quoi, mes gens d’arme se verront contraints de vous indiquer eux-mêmes la sortie.”

Le noble se tourna pour repartir. Je levai ma main et claquai des doigts. Le bruit sec le stoppa dans son élan.

C’était un signal pour Sigéa, qui ôta son sac à dos, l’ouvrit, et jeta son contenu sur le sol, devant la troupe.

Le geste eut pour impact de regagner l’attention du seigneur qui examinait maintenant l’étalage sur le sol, perplexe.

“Qu’est-ce ?” demanda-t-il un peu craintif.

“Il s’agit de peaux tannées. Comme vous pouvez le voir, sur chacune d’entre elle se trouve un symbole. Ce symbole signifie que la peau était autrefois celle d’un démon.“

Il y avait une soixantaine de peaux sur le sol. Le résultat de nombreuses années de carrières.

“Chacun de ces démons aurait facilement pu massacrer votre petite troupe d’opérette. Nous les avons tous tués.”

Je commençai à m’approcher, l’air menaçant, vers notre débiteur. Plusieurs gens d’arme firent un pas en avant en portant la main à l’épée, mais aucun n’osa dégainer.

“Les chasseurs de démons sont payés pour que des rapaces dans votre genre puissent prospérer. Combien pensez-vous qu’il y a de chasseurs de démons dans le monde ? Mille ? Dix mille ? Si le bruit commence à courir que cette ville ne paie pas correctement les chasseurs, vous pouvez être assuré que personne ne viendra à votre secours lors de la prochaine attaque.“

“Qui croyez-vous qu’on lynchera en premier quand cela arrivera ? Si le peuple apprend qu’il n’y aura plus jamais de chasseur de démons dans cette ville parce que le soi-disant seigneur Milamova ne règle pas ses dettes, que pensez-vous qu’il se passera ? Survivrez-vous au moins la première nuit ?“

J’étais assez proche de lui pour sentir son souffle rapide sur mon visage. Il évitait mon regard. Je saisis brusquement son poignet pour le forcer à me regarder. Les miliciens ne bronchèrent pas.

“Si on n’était pas intervenues, la corruption aurait pu se propager à toutes la plantation. Si cela s’était produit vous seriez ruiné. On vous a évité de perdre cent fois – que dis-je, mille fois ! – la somme qu’on vous demande aujourd’hui. Alors, maintenant, vous nous payez.“

Le seigneur suait à grosse goutte. Je jetai un œil furtif autour de moi, les gens d’arme ne savait pas quoi faire et les domestiques étaient terrorisés.

Le noble sorti de son égarement et se libéra de ma prise. “Je… Très bien.” bégaya-t-il. “Kalev, allez chercher la récompense demandée.”

Le valet partit en courant vers la demeure.

Le seigneur fit mine de partir. Pour se donner de la contenance, il se permit d’ajouter “Ramassez-moi votre bazar, là, et fichez le camp avec votre récompense.”

Sa voix tremblait trop pour être convaincante. On pouvait voir dans le regard de ses gens qu’il avait baissé dans leur estime.

Quand Kalev le valet revint avec notre récompense, Potrovec Milamova et sa suite était partis.

En quittant nous-même la résidence, je dis à Sigéa “Bon, ben ça s’est finalement plutôt bien passé.”

Elle leva les yeux au ciel “Ouai, enfin à chaque fois c’est la croix et la bannière pour se faire payer convenablement.”

Nous marchâmes dans les rues ensoleillée d’Aguilerra en silence, pendant quelques instants. Puis Sigéa déclara finalement :

“Parfois, je me demande ce qu’est le plus dur. De combattre les démons, ou de se faire respecter des humains ?”

Divagations en La mineur

Extrait d’un recueil de poèmes datant du début du Deuxième Âge, trouvé dans une tombe anonyme du pays d’Arop et intitulé “Divagations en La mineur”.

Note du transcripteur : Le style de l’auteur varie beaucoup d’un poème à l’autre et emprunte des formats de poème variés venant de pays et d’époques très différentes. Néanmoins, les thématiques restent très similaires dans la globalité du texte, ce qui laisse penser qu’il s’agit bien d’un auteur unique et non plusieurs auteurs. Il est néanmoins impossible de se prononcer avec certitude.

Note du transcripteur : un certain nombre de feuillets ont été rendus illisibles à cause de l’humidité.


Les voix du fleuve

D’où vient cette musique annonçant le trépas ?
Cette philharmonie d’où retenti le glas ?
Quelques sourds violoncelles, une boîte à musique,
Sont-ils le prélude d’un requiem tragique ?

Ce sont des dissonances instiguant la souffrance
Et conduisant les âmes à la désespérance,
Une fanfare qui fourvoie en fulminant
Et qui veut aveulir la vigueur des vivants.

Laissons couler nos peines dans l’onde insipide,
Buvons cette eau amène à l’arrière goût acide,
Plongeons dans la fontaine et ses remous fétides,
Embrassons cet éden et ses flots génocides.


Rencontre avec un Psychopompe

Ma volonté morte
Me supplie d’abandonner;
On frappe à la porte.

Avec précaution
Je me force à avancer;
Sans invitation.

Sur le noir chemin
On m’agresse violemment;
Un étranger vient.

Couvert de blessures
J’échoue et je chois, mourant;
Divine figure.

Je suis allongé
Et redeviens silencieux;
Salut échangé.

Une lueur brève
Apparaît devant mes yeux;
La fin de mon rêve.


Joie invisible

Harmonie millénaire emplissant mon organe !
Enhardie par mes pairs ambroisant les profanes,
Ravie par le tonnerre éclatant mes membranes,
Tu fais vivre et enterres tous les mélomanes.

Ondulation gracieuse exultant de foi,
Définition du beau, du parfait, de l’émoi
Je veux, pour l’éternité, me lier à toi,
Mais tu es la seule maîtresse de ta voix.

Alors je caresse tes enfants mécaniques
Chantants la complainte de ma vie ironique
Je fais vibrer, jouir tes organes acoustiques
Pour invoquer ta divine essence phonique.

Puisse-tu m’accompagner, de plus en plus fort
Au cours de ma vie, mes joies, mes peines et ma mort
Reste avec moi, juste quelques instants encore,
Ainsi, fatiguée mais apaisée, je m’endors.


Haikus

Haiku n°1

Le vent facétieux
Soulève la jupe brune ;
L’automne est joyeux

Haiku n°2

Petite tortue,
Donne tes œufs au destin !
Comme tant de fois.

Haiku n°3

Il est plus joyeux
D’écrire avec une fleur :
L’hivers, pas de plume…


Comme de l’eau sur une lyre…

Comme de l’eau sur une lyre,
S’épanchent mes plus grands désir,
Mes joie, mes peines, mes idées.
Mon âme se pâme, aliénée.

Quand je noirci le papier blanc
Pour faire parler mes sentiments,
Qu’il soit rayé ou quadrillé
C’est le plus beau des messagers.

Alors laissons choir à l’envi
Les mots nous venant à l’esprit.
Et l’encre coule avec loisir
Comme de l’eau sur une lyre…


Haikus

Note du transcripteur : le texte original du haiku numéro 4 est illisible.

Haiku n°5

Dans tout ce chaos,
Vers la folie salvatrice
Il n’y a qu’un pas

Haiku n°6

Beauté de la pluie
Qui inspire le lyrisme,
Muse nostalgique.


Tankas

Tanka n°1

Les grands patriotes
Se déchirent et se suicident,
Ce depuis toujours.
Quand réaliseront ils
Qu’il n’y a pas de pays ?

Tanka n°2

Quand l’esprit s’éveille
Il se demande toujours
Comment s’élever.
En recherchant la sagesse ?
En accueillant la folie ?


L’Autre côté

La musique
Qui apaise mon esprit
Est silencieuse.

La folie
Est une façon lucide
De vivre la mort.

Quand l’envie
Est plus grande que la peur,
Étrange enthousiasme.


La Solitude

Je regarde au loin.
Tant de papillons passent devant mes yeux,
Mouvement perpétuel.

J’aime rester seul,
Je me plaît dans cet univers infini
Où je suis protagoniste.

Toujours, je médite.
J’aime le gris, neutre, ascète, misanthrope.
Sérénitude complète.


Tankas

Tanka n°3

Chacun a le droit
D’emprunter le long chemin
De la rédemption.
Ne sont pas des monstres ceux
Qui y mettent des barrières ?

Tanka n°4

Le destin est clos.
Même si la route est longue,
Aucune jonction.
Peu valent le vent, la neige,
Le devoir est accompli.


Éminence grise

Il ne parle pas mais mord
Aussi fort que l’autre aboie,
Tous seuls ils sont deux.

Maître de ce qui l’entoure
Préfet de ceux qui l’entourent
Ce pion est un roi.

Voir croire les êtres maîtres,
Mirer vers ces bleus béjaunes,
Se sentir puissant.


Vaguelettes

Doux romantisme

Note du transcripteur : le poème intitulé “Doux romantisme” est en grande partie illisible.

Marche impériale

L’unification
Mène vers la tolérance et le progrès.
Mais trop de grand conquérants
Ont pavé de sang le chemin y menant.

Vaguelette n°3

Ni blanche ni noire,
La routine est grise et elle prend racine.
Le monde, les gens se fanent,
Je me transforme en albinos achromate.

Voie et illumination

Une feuille morte
Voyage sereinement sur l’eau paisible
Visage sans nom, sans voix
Mais qui aime l’autre plus que lui-même


Courteaudes

Art

Regard attentif
Sert à l’analyse.
La contemplation
Doit être éphémère.

Rêves et Songes

Nos rêves déments
Sont un exutoire.
Ce sont les cautères
De notre folie.

Rêves et Folies

Le fou ne sais pas
Qu’il est dérangé.
Le rêveur ignore
Ce qui est réel.


Rêves, réalité et souvenirs

Les sermons aveuglants m’emplissent de frissons,
Mais le soleil radie et réchauffe mon cœur.
Il épanche l’espoir, le rêve et la tiédeur.
Bientôt main dans la main nos désirs brûleront,

L’orage frappe l’horizon de ses éclairs,
Mais la pluie lave mon désespoir et mes craintes.
En chœur nous récitons une douce complainte
Et résonne dans les cieux nos voix de tonnerre.

Nous penchons en arrière un regard nostalgique.
Pour ces jours difficiles où nous semblions morts,
Pour ces moments où nous voulions être plus forts,
Nous arborons un sourire mélancolique.

Poème dédié à la personne qui m’est la plus chère


Haikus

Haiku n°9

Dans la solitude
Mon esprit se chauffera
Entre les deux cieux

Haiku n°10

Boisson de soleil,
Mon âme est une tableau vierge
Qu’il se faut graver

Haiku n°11

D’un jaune éclatant,
Le feu repousse le blanc
Qui cache le pourpre


Note du transcripteur : le reste des textes (estimé à une douzaine de feuillets) est complètement illisible.